Disney et Fox : le colosse est enfin né

Publié par Jerome le novembre 26, 2018 | Maj le novembre 27, 2018

Rupert Murdoch, le magnat des médias à la tête de la 21st Century Fox, a dépouillé la margarita pour la vendre dans une grande partie de l’empire médiatique qu’il contrôle avec sa famille. Le groupe américain Walt Disney a annoncé aujourd’hui l’achat de divers actifs du consortium 21st Century Fox évalués à environ 52,4 milliards de dollars. L’autre petite amie était Comcast, la société qui contrôle NBC, mais Murdoch semblait plus intéressé par une opération dans laquelle le paiement était en actions Disney.

Disney l’ogre qui va manger le monde

Il s’agit de l’un des plus importants mouvements médiatiques d’entreprises aux États-Unis ces dernières années, avec des implications pour l’industrie cinématographique, la télévision, les émissions sportives et les plateformes en ligne.

L’accord de principe impliquerait l’intégration dans Disney d’une grande partie des actifs de Fox dans le cinéma et la télévision. La société Mickey Mouse conserverait 20th Century Fox Film Corporation, National Geographic, leurs réseaux locaux de télévision sportive et leurs participations dans Sky et la plate-forme en ligne Hulu. Les Murdoch maintiendraient les divisions de nouvelles, dont Fox News et Fox Business, ainsi que leurs réseaux locaux généralistes – où “The Simpsons” est diffusé – et la chaîne sportive par câble Fox Sports.

L’opération permettra d’augmenter la puissance de Disney dans plusieurs domaines. Au cinéma, il ajoutera des franchises de super-héros comme “X-Men”, “Deadpool” ou “Lobezno”, qui peuvent être intégrées à celles que Disney possède déjà, comme “Iron Man”, “Captain America” ou “The Avengers” et il est fort possible que ses protagonistes soient mêlés dans de futures productions. De plus, il héritera également des productions d’auteurs de Fox, telles que “La forma del agua” ou “Tres anuncios en las afueras” et les droits sur la saga “Star Wars”.

Ligues sportives professionnelles

L’acquisition de chaînes sportives locales – qui détiennent les droits de la moitié des équipes des ligues professionnelles de baseball, de basket-ball et de hockey, ainsi que d’une grande partie du sport universitaire – sera au cœur de l’un des projets majeurs de Disney : le lancement d’une importante plate-forme sportive en ligne, prévue pour l’année prochaine, basée sur sa chaîne ESPN.

Cet accord permettra à Disney de passer d’un contrôle de 30% à 60% de la plate-forme Hulu, ce qui est en ligne avec sa stratégie d’affronter Netflix dans le futur. Disney retirera votre contenu de la plateforme principale et pourra s’appuyer sur Hulu ou exploiter votre contenu dans une nouvelle plateforme.

Pour certains analystes, l’opération est une décision astucieuse de Murdoch, parce qu’il est désinvesti des actifs dans le monde du divertissement, dont l’avenir avec l’irruption des plateformes numériques est en doute. Plus de risque est observé dans l’achat de Disney, en particulier dans les paris tels que les émissions sportives, qui fouettent l’entreprise à perte et nous devrons voir quelle rentabilité ils obtiennent en dehors de la télévision par câble.

Tout accord ouvrira un long processus d’examen par les autorités et on ne s’attend pas à ce que l’opération soit clôturée avant un an. Nous devrons voir quelle est la position de l’administration Trump par rapport à la création d’un géant des médias comme le futur Disney. Le fait que la division des nouvelles – l’une des rares à avoir une ligne éditoriale pro-Trump – soit exclue de l’opération pourrait peut-être faciliter la tâche aux organismes de réglementation pour qu’ils puissent donner leur aval.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *