Le dilemme occidental de la suspension ou non des ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Publié par Jerome le octobre 24, 2018 | Maj le octobre 24, 2018

L’assassinat de Jamal Khashoggi a embarrassé les dirigeants occidentaux quant à leur politique de vente d’armes à l’Arabie saoudite. Un marché qui représente une importante source de financement.

Suspendre les ventes à l’Arabie Saoudite est perte de profit

Angela Merkel a été ferme et a annoncé la suspension des ventes d’armes à l’Arabie saoudite. Le chancelier allemand espère ainsi faire pression sur le royaume pour qu’il fasse la lumière sur la “monstruosité” du consulat saoudien à Istanbul, qui a pris fin avec la mort du journaliste Jamal Khashoggi.

“Tant que cette question n’est pas résolue, il n’y aura pas d’exportations d’armes vers l’Arabie saoudite, je vous le dis clairement “, a annoncé Mme Merkel lors d’une réunion à Ortenberg le 21 octobre.

L’Allemagne a exhorté les autres pays européens à adopter une position similaire. “Ce n’est que si tous les pays européens sont d’accord que le gouvernement de Riyad subira des pressions “, a déclaré Peter Altmaier, ministre allemand des finances. “Il n’y aura pas d’effet positif si nous sommes les seuls à arrêter les exportations et, en même temps, d’autres pays du continent comblent cette lacune “, a-t-il insisté.

Toutefois, des ventes d’armes qui ont déjà été approuvées ces derniers mois auront lieu. De janvier à septembre 2018, Berlin a autorisé 416,4 millions d’euros d’exportations d’armes vers l’Arabie saoudite, selon l’AFP.

La question des ventes d’armes à Riyad a généré des tensions au sein du gouvernement d’Angela Merkel, entre conservateurs et sociaux-démocrates. L’accord de coalition prévoit la fin de la vente d’armes à des pays impliqués dans des conflits militaires, comme l’Arabie saoudite au Yémen.

Un coût très élevé pour les États-Unis

L’arrêt des ventes d’armes à l’Arabie saoudite “causerait beaucoup de dommages” à notre économie, a déclaré le président Donald Trump. Riad est le premier client de l’industrie américaine de l’armement. Cependant, l’indignation à l’égard de l’Arabie saoudite est palpable au Congrès. Il pourrait alors bloquer la vente d’armes entre la Maison-Blanche et Riyad et même voter des sanctions.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *