Deux blessés près des Champs Elysées à Paris

Publié par Jerome le octobre 7, 2018 | Maj le octobre 7, 2018

Au moins deux hommes ont été abattus ce dimanche dans le quartier exclusif près des Champs-Elysées à Paris, car ils étaient la cible d’agresseurs à moto, selon des sources de la préfecture de police.

Une fusillade en pleins Paris

Selon les premiers éléments de l’enquête, la première hypothèse fait état d’un règlement de comptes, selon une source policière. Les deux victimes ont été prises “dans un état grave après avoir été blessées par balle”, a déclaré un porte-parole des pompiers parisiens. Les deux blessés se trouvaient à l’intérieur de sa voiture au moment de l’agression sur l’avenue George V, vers 06H00 (04H00 GMT) le matin de Paris, ajoute la préfecture. Les assaillants étaient en fuite.

Le 23 mars, un homme armé a arrêté plusieurs personnes dans un supermarché de la ville française de Trèbes, près de Carcassonne, dans le sud du pays.

Des sources de la préfecture de l’Aude ont confirmé qu’une opération est en cours autour du supermarché Super U de Trèbes et ont demandé que “l’accès aux forces de l’ordre” soit facilité.

Dans un autre incident apparemment lié à cette prise d’otages, un homme a ouvert le feu sur quatre policiers de la Police nationale antiémeute (CRS) qui faisaient du jogging près de Carcassonne et en a blessé un, selon France Info, la chaîne publique.

Selon les premières informations, un homme armé est entré dans le supermarché Super U vers 11 heures, heure locale, où plusieurs personnes ont été prises en otage, et reste retranché à l’intérieur, bien qu’il n’ait pas encore été confirmé s’il est l’auteur des tirs contre la police.

Le Parquet antiterroriste de Paris a repris l’enquête sur l’événement, ce qui met en évidence le caractère terroriste possible de la prise d’otages, ont confirmé des sources du ministère français de l’Intérieur.

Selon les médias français, le ministère public a annoncé que l’auteur présumé de l’enlèvement prétendait appartenir au groupe terroriste État islamique.

Le ministère de l’Intérieur a lancé un appel sur Twitter pour “ne pas diffuser de fausses informations ou de fausses rumeurs”.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *