Quels sont les dessous du Black Friday en France ?

Publié par Jerome le novembre 23, 2018 | Maj le novembre 23, 2018

Le vendredi 23 novembre passé a marqué le démarrage du Black Friday. Ce grand événement qui a ses origines aux Etats-Unis, marque la dernière période des achats de chaque année. Ce qui permet alors à de nombreux commerçants de proposer d’importants soldes afin de vider leurs stocks. Toutefois, on constate que dans certains pays le Black Friday ne se déroule pas dans les règles de l’art. En effet, au lieu de proposer les meilleures offres de l’année, certaines enseignes font de fausses promotions pour arnaquer les consommateurs. Voyons donc de quoi s’agit-il.

Le Black Friday en France

Selon le Secrétaire Général de l’Observatoire Société et Consommation, les promotions que mettent en place les enseignes en France ne sont pas avantageuses pour les consommateurs. En effet, contrairement à ce qu’on aurait pu le croire, les commerçants vont rarement en dessous du seuil de revente à perte. Leur tactique est simple, ils augmentent significativement le prix réel de vente des produits pour ensuite appliquer une folle réduction. Ainsi, on assiste au final à une toute petite réduction ou tout simplement à aucune réduction.

De là, on comprend la raison pour laquelle les enseignes étalent la période du Black Friday sur plusieurs jours alors que dans son pays d’origine, le Black Friday ne se déroule qu’en un seul jour. Ainsi, ces enseignent s’offrent la possibilité de limiter les ventes à perte puisqu’aucun vendeur ne peut admettre des ventes à perte sur une longue durée au risque de faire faillite. En outre, Agnès Crozet, Secrétaire Générale de l’Observatoire Société et Consommation, craint que les banques ne commencent par proposer aux consommateurs des crédits à la consommation pour cette période. Ce qui les incitera encore plus.

Afin de faire la lumière sur cet état de chose, l’association des consommateurs UFC Que Choisir à relever une multitude de faux rabais sur les principaux sites marchands. Ces relevés ont été faits en début de semaine et voici la conclusion : « Malheureusement, beaucoup de ces rabais sont loin d’être aussi intéressants qu’ils ne paraissent. Non seulement les marchands ont toujours tendance à appliquer des ristournes sur les produits les moins en vue ou à afficher des « jusqu’à -50 % » alors que cette réduction ne concerne qu’une toute petite partie des produits. Mais surtout, ils continuent, pour afficher les rabais les plus importants possible, à s’appuyer sur des prix d’origine élevés qui ne correspondent pas à la réalité ». Il faut reconnaitre que cette pratique est ancienne, mais cela devient vite choquant quand on prend connaissance de certaines fausses promotions.

Mais les consommateurs ne sont pas dupes

Contrairement aux années précédentes, on assistera cette année à une période de Black Friday très spéciale pour les commerçants. En effet, la supercherie que certains commerçants ont mis en place fera du Black Friday de cette année, un véritable fiasco.

Comme on peut le voir avec les prévisions de l’observateur du marché, Context, les plus grandes économies d’Europe connaitront un fiasco total au niveau des ventes du Black Friday 2018. Ceci se remarquera beaucoup plus sur le marché de la technologie grand public. Cet observateur du marché a utilisé un indicateur pour évaluer ce qui se produira le jour du Black Friday sur le marché de la technologie grand public. Il s’agit de la catégorie des ordinateurs portables.

En effet, il a pris en compte les volumes de distribution au niveau des détaillants et des commerçants en ligne sur la période des six premières semaines du 4e trimestre. Selon le Directeur Général de Context, Adam Simon : « la plupart des fournisseurs se préparent pour cet événement en s’assurant que la plupart de leurs livraisons aux détaillants et aux distributeurs soient en grande partie écoulées avant la fin de la semaine 39 ».

Par conséquent, les volumes de ventes qui sont enregistrés après cette période sont généralement de très bons indicateurs en ce qui concerne la demande des consommateurs. Toutefois, on remarque que cet indicateur est totalement en baisse en Europe : « Globalement, nous ne constatons aucune augmentation annuelle importante du volume des ventes d’ordinateurs portables. Et quand les ventes sont en hausse par rapport à 2017, on note quand même un mois de décembre plus faible. »

Par ailleurs, si nous prenons le cas du marché britannique sur la période des six semaines, on constate que les volumes distribués ont diminué de 35 % par rapport à l’année 2016 et de 11 % par rapport à l’année 2017.  Selon l’observateur, cette baisse indique le cynisme progressif des différents consommateurs par rapport à cet événement de shopping. D’ailleurs, sur les autres marchés européens on remarque aisément ce cynisme. Quand on prend la même période, la France et l’Allemagne enregistrent respectivement des baisses de 23 et 11% par rapport aux volumes distribués de 2017.

En somme, cette baisse enregistrée au niveau des technologies grand public indique clairement que la période du Black Friday de cette année ne devrait pas connaitre autant de succès que les années passées.

Le Black Friday est également un vendredi noir pour la planète

Quand il y a consommation de masse, il y a généralement des désastres environnementaux. Or, le Black Friday est sans doute une période de consommation de masse. Ainsi, afin de réduire l’impact de l’émergence du Black Friday, il s’est développé en France le Green Friday. Il s’agit d’un mouvement qui encourage la consommation durable ou tout simplement à la non-consommation.

C’est un collectif d’associations et d’entreprises qui a créé le Green Friday avec le soutien de la ville de Paris. En effet, le Green Friday considère le Black Friday comme une symbole de l’hyperconsommation. Impliquant ainsi la surproduction de biens manufacturés qui consomme beaucoup de ressources non renouvelables qui sont généralement polluantes.

En outre, les enseignes qui participent au mouvement n’offrent pas des réductions pour leurs clients pendant le Black Friday. Toutefois, elles prennent l’engagement de reverser 15 % de leur chiffre d’affaires à des associations de consommation responsable comme Zéro Waste, HOP, etc.

D’un autre côté, pendant que près de 150 structures n’ont pas l’intention de pratiquer de rabais le jour du Black Friday, certains commerçants ont simplement décidé de ne rien vendre.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *