Le défibrillateur est-il obligatoire dans les entreprises ?

Santé Le défibrillateur est-il obligatoire dans les entreprises ?

Un défibrillateur, aussi appelé DAE (défibrillateur automatisé externe) est un dispositif médical qui peut sauver des vies. En effet, quand une personne est victime d’un arrêt cardiaque, le défibrillateur permet d’aider à la réanimation en attendant l’arrivée des secours et une prise en charge médicale. Vous avez forcément déjà vu un DAE, parce qu’ils sont de plus en plus obligatoires dans les ERP (établissement recevant du public) et qu’ils sont placés de manière visible et facilement accessibles. Mais alors, qu’est-ce qu’un défibrillateur exactement, et dans quelles entreprises est-il obligatoire ?    

Qu’est-ce qu’un défibrillateur ? 

On vous l’a dit, vous avez forcément déjà croisé un défibrillateur, même si vous n’y avez pas prêté attention. Ce dispositif médical est souvent contenu dans une pochette rouge, protégé par une boîte accrochée à un mur de façon bien visible. La boîte porte la mention DAE (pour défibrillateur automatisé externe) sur fond vert, avec un logo représentant un cœur traversé d’un éclair : il est important que le défibrillateur soit facilement reconnaissable pour permettre une intervention rapide.

Si vous avez déjà fait une formation aux premiers secours de niveau 1 (le PSC1, qui est obligatoire au collège), vous savez déjà que ce dispositif comporte deux grosses électrodes, à placer sur le torse de la victime d’un arrêt cardiaque. Plus précisément, une électrode doit être placée en dessous de l’épaule droite, la deuxième en dessous de la poitrine gauche, sur le flanc. Les électrodes sont reliées à un boîtier, qui permet d’envoyer une décharge électrique pour faire repartir un cœur qui s’est arrêté. Sachez qu’il existe deux types de DAE : le défibrillateur semi-automatique et le défibrillateur entièrement automatique. C’est par ici pour en savoir plus !

Qu'est-ce qu'un défibrillateur ? 
Source : shutterstock.com

Quand faut-il s’en servir ? 

Un défibrillateur ne doit pas être utilisé n’importe comment : il est utile en cas d’arrêt cardiaque, c’est-à-dire quand une personne ne respire plus. Avant toute chose, si vous êtes témoin d’un arrêt cardiaque, il faut vérifier que la personne ne respire plus et appeler les secours en urgence (le 15 pour le SAMU, c’est le plus adapté, ou bien le 18 pour les pompiers ou le 112, qui est le numéro d’urgence valable dans toute l’union européenne). De plus, les secours pourront vous indiquer le défibrillateur le plus proche. On utilise le DAE pour augmenter les chances de survie, mais il faut dans tous les cas une prise en charge médicale. Sachez que l’utilisation d’un DAE se couple aussi d’un massage cardiaque : on commence d’ailleurs par faire le massage cardiaque, qui doit être fait jusqu’à l’arrivée des secours.

Si cela vous semble complexe, ne paniquez pas : les défibrillateurs sont tous munis d’un assistant vocal (semi-automatiques comme automatiques). L’appareil vous donnera donc les étapes à suivre : quand commencer à faire le massage cardiaque, comment placer les électrodes, quand envoyer la décharge, quand reprendre le massage cardiaque. La seule différence est que le semi-automatique nécessitera que vous appuyiez sur un bouton pour faire la défibrillation (qui va réinitialiser le cœur et essayer de lui permettre de repartir normalement), alors que le DAE totalement automatique délivrera le choc lui-même.

Sachez enfin qu’il n’y a pas besoin d’être médecin pour utiliser un défibrillateur. Même si l’appareil vous guide, il vaut mieux être formé aux gestes qui sauvent (notamment pour bien faire le massage cardiaque). Cependant, si vous êtes face à une victime d’arrêt cardiaque, appelez les secours, appelez de l’aide autour de vous et suivez les instructions du DAE sans paniquer : vous pouvez sauver une vie.

Quand faut-il s'en servir ? 
Source : shutterstock.com

Dans quelles entreprises le défibrillateur est-il obligatoire ? 

En cas d’arrêt cardiaque, tout va très vite : très rapidement, le débit sanguin qui parvient au cerveau chute, ce qui peut provoquer la mort. Utiliser un DAE dans les 3 à 5 minutes après l’arrêt cardiaque permet d’augmenter les chances de survie de 50 à 70%, selon les chiffres de l’ERC (conseil européen de réanimation de l’arrêt cardiaque).

C’est pour cela qu’en France, une politique de déploiement des DAE a été menée et que les défibrillateurs deviennent progressivement obligatoires dans différentes catégories d’ERP (établissement recevant du public). Les ERP comportent notamment les entreprises qui reçoivent du public. Si votre entreprise ne reçoit jamais de clients, vous n’êtes donc pas un ERP : par contre, cela n’empêche pas d’installer un défibrillateur !

Les catégories d’ERP sont déterminées par rapport aux capacités d’accueil du bâtiment : ce nombre inclus donc les salariés. Il existe 5 catégories : les ERP catégorie 1 peuvent accueillir plus de 1501 personnes, les ERP catégorie 2 entre 700 et 1500, etc. Le site service-public vous expliquera en détail les différents ERP. Pour savoir dans quelle catégorie se situe votre entreprise, vous pouvez vous référer au dernier compte rendu de visite de sécurité ou contacter le service d’incendie et de secours de votre département (SDIS).

Sachez que les ERP de catégories 1 à 3 doivent avoir un défibrillateur (c’est une obligation), et depuis le 1ᵉʳ janvier 2021, cela concerne aussi les ERP de catégorie 4 (qui reçoivent jusqu’à 300 personnes). Les catégories 5 auront la même obligation en 2022. Vous l’avez compris, la logique est de munir le maximum de lieux d’un défibrillateur, afin d’éviter les morts par arrêt cardiaque. Ne pas respecter cette obligation est passible d’amende et de fermeture administrative de l’entreprise. Dans tous les cas, donc, il vaut mieux munir son entreprise d’un DAE, un dispositif qui sauve des vies !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -