Dulce María possède une petite auberge à deux chambres avec son restaurant à La Palmita, une ville de 1000 habitants, situé à 45 minutes en voiture de Boconó, la cité jardin de la région andine du Trujillo de la Ses paysages montagneux sont magnifiques et ses terres fertiles fournissent des légumes à tout le pays.

Les causes de la fermeture

L’auberge a dû fermer en raison d’un manque de clients pendant huit mois. Je n’ouvre le restaurant que lorsqu’il y a des réservations à l’avance, dit Dulce María, se référant aux 10 dîneurs qui viendront dîner le soir du Nouvel An. Mais son problème est d’obtenir les ingrédients pour les hallacas (ragoût de maïs dans des feuilles de bananier enveloppées) qui sont actuellement rares et prohibitifs.

Les hallacas, le plat de Noël typique du Venezuela, ont augmenté quatre à cinq fois par an, selon les ingrédients qu’ils contiennent. Aujourd’hui, la pièce coûte entre 2 000 et 3 000 nouveaux bolivars, selon le cône monétaire actuel imposé il y a quatre mois pour effacer les cinq zéros de la pièce. Les produits importés comme les olives et les raisins secs dépassent 10 000 bolivars par kilo. Et beaucoup ont cessé de les incorporer dans la farce même s’ils n’ont plus le même goût qu’avant.

Maduro n’a pas respecté le pernicieux

Le propriétaire de l’auberge, 49 ans, ne se plaint pas de cette situation. Il a perdu environ huit kilos et ses cheveux sont déjà cendrés. Elle se sent doublement abandonnée. D’abord pour ses deux enfants qui l’ont aidée à l’auberge parce qu’ils ont dû aller en Colombie pour trouver une vie meilleure et lui donner de l’argent. Et deuxièmement par le gouvernement qui “nous a abandonnés.

Parfois avec une fréquence mensuelle, les titulaires de la carte de la patrie, reçoivent la boîte de nourriture, connue par ses initiales CLAP (Comité Local d’Administration et de Production). En décembre, la petite boîte est arrivée avec moins que la moitié habituelle. Et la patte arrière n’est finalement pas arrivée pour la majorité comme promis par Nicolas Maduro.

Alfredo Vargas, 45 ans, est le marchand de la ville. Il n’a pas encore fermé son vignoble, mais il a dû le couper en deux cette année parce qu’il n’a pas de marchandise à vendre. “L’inflation nous rend fous. Il y a beaucoup de pénurie et quand les produits apparaissent, il faut augmenter les prix, chaque jour, on ne peut pas vivre comme ça “, dit-il.

Le vigneron a planté plusieurs plantations dans la parcelle de sa maison. Il y cultive le maïs, la ciboulette, la coriandre, la challota, les haricots

Negros et le céleri. Ils n’ont pas vu de poulet ou de viande depuis des mois. Ils survivent. “Je pense que cela va empirer, à moins que quelque chose ne se produise, nous n’avons pas de leader pour nous dire ce que nous devons faire et nous guider.

Lola Gomez, 55 ans, est veuve et voisine de l’auberge. “Je n’ai pas eu la boîte de CLAP et la patte arrière non plus. Toute une tromperie les élections du 9 décembre dernier. Qu’est-ce qu’on va lui faire ? Mais Jésus Garcia, un garçon de 11 ans, dit la vérité sur ce qui s’est passé dans le bureau de vote de la ville. “Sur les 140 inscrits, seules 18 personnes ont voté “, a-t-il dit avec sérieux et connaissance des faits. Le régime a revendiqué un triomphe de 90% avec une abstention de 72% alors que des instituts de sondage indépendants tels que Mercanalisis ont rapporté une participation de seulement 11%.

Le garçon Garcia veut être chirurgien quand il sera grand. Sa famille est nombreuse. “Nous sommes onze frères, père et mère. Nous avons trois oncles qui sont allés à Bogota il y a un an et qui ont maintenant une maison louée, du travail et de la nourriture, et ils nous envoient aussi des pesos pour nous aider. La façade de leur humble maison est semée de ciboulette, d’ail et de carottes pour survivre à la crise.

Juan est le barbier de la ville de La Palmita. Le boulot ne lui donne plus assez d’argent pour faire les courses. Sur les 500 hommes qu’il rasait chaque mois, il en atteint à peine 50. Nous avons été laissés seuls et impuissants “, dit-il.

L’intérieur du Venezuela souffre plus durement que la capitale des pénuries de nourriture et de médicaments. Le ralentissement de l’activité économique a été féroce. De 15% du PIB cette année à une baisse cumulée de 52% en 4 ans. L’inflation est de 4 % par jour et cette année, elle a augmenté de plus de 1 300 000 %. La prochaine inflation sera de 6 000 000 000 %, selon l’économiste Leonardo Buniak.

En plus d’une inflation incontrôlable, les habitants du Venezuela profond et rural souffrent de pénuries de gaz et d’essence dans un pays qui possède les plus grandes réserves mondiales de pétrole. Et pour protester contre le fait que les gens bloquent les routes comme mesure de pression, ce qui fait qu’il est difficile de se déplacer pendant les vacances. C’est pourquoi les routes semblent solitaires et tristes.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici