Une équipe de stronomères des universités de Zurich et de Cambridge a étudié en profondeur la planète HD219134 b, découverte en 2015 et classée dans la catégorie des superearths. Et il s’est avéré qu’il était complètement différent de toutes les exoplanètes découvertes jusqu’à présent. Sa surface, en fait, pourrait être presque entièrement recouverte de saphirs et de rubis.

A “seulement” 21 années-lumière plus loin, la structure et la composition interne de ce nouveau monde sont si différentes du reste que les chercheurs ont proposé la création d’une nouvelle catégorie planétaire qui pourrait comprendre des planètes exotiques comme celle-ci. Depuis la découverte, en 1995, de 51 Pegasi b, la première planète extrasolaire, l’amélioration continue des méthodes de détection (comme le transit ou la vitesse radiale) nous a permis de découvrir des mondes de plus en plus petits et similaires aux nôtres. Ainsi, alors qu’au début il n’était possible d’observer que des planètes géantes et gazeuses, les progrès technologiques nous ont permis de trouver des exoplanètes de plus en plus petites et rocheuses.

Le “zoo” des planètes

Comme de plus en plus de planètes ont été découvertes, il est devenu évident qu’il y avait de nombreuses sortes de planètes différentes, et ainsi des catégories ou familles sont apparues pour les abriter et les classer : Jupiter chaud, Neptunes chaud, planètes pulsar, carbone, fer, hélium, planète océan… Les super-terres, auxquelles cette nouvelle exoplanète s’ajoute pour l’instant, se caractérisent par leur solidité, leur proximité relative avec leurs étoiles mères et leur masse qui ne dépasse pas dix fois celle de notre propre monde.

La variété inattendue des mondes que l’on trouve “là-bas” révèle également une extraordinaire diversité dans leurs processus de formation et d’évolution. Un authentique “bestiaire” des planètes, donc, qui ne semble pas avoir de fin. En termes de masse, de taille, de distance à son étoile, de composition et de structure interne, en fait, il est possible de trouver pratiquement tout.

HD219134b, dont la surface est pratiquement formée de saphirs et de rubis, serait l’un des trois candidats à faire partie de la nouvelle catégorie des planètes exotiques.

Un rubis dans la constellation de Cassiopée

Situé à 21 années lumière de la Terre, la planète est dans la constellation de Cassiopée. Solide et d’une masse presque cinq fois supérieure à celle de la Terre, il est classé dans la catégorie des superearths. Il orbite très près de son étoile mère, avec une période de révolution de seulement trois jours. Cependant, contrairement à la Terre, HD219134 b n’a pas un noyau de fer massif, mais un cœur riche en calcium et en aluminium et “donc en pierres précieuses”, explique Caroline Dorn, astrophysicienne de l’Université de Zurich et membre de l’équipe qui l’a découvert. Selon ses mots, cette planète “pourrait être recouverte de saphirs et de rubis, qui ne sont que des oxydes d’aluminium”.

Pour les chercheurs, HD219134 b est, avec 55 Cancri et WASP 47, la troisième planète découverte avec une composition et une structure interne si exotiques. La première est la planète la plus dense jamais observée (huit fois plus dense que la Terre bien qu’elle soit un peu plus grande). Selon Dorn, il s’agit d’une nouvelle catégorie de superearths, “formés à partir de condensats à haute température et dont les membres seraient beaucoup plus communs que les détections faites jusqu’à présent.”

Différentes recettes planétaires

Les trois exoplanètes ont en commun le fait de se former dans un environnement très chaud, très proche des étoiles mères, dont le calcium et l’aluminium constituent le principal composant, avec le magnésium et le silicium. Dans ces conditions, ces éléments sont en phase gazeuse, de sorte que les blocs de construction planétaires ont une composition complètement différente de celles qui ont façonné les planètes telluriques du système solaire, y compris la Terre et son noyau, composé principalement de fer et de nickel, éléments qui sont presque absents près des étoiles.

Les chercheurs affirment qu’il n’est pas possible que la vie, du moins la vie que nous connaissons, surgisse sur des planètes comme celle-ci. En fait, les différences avec la Terre sont énormes. Pour commencer, ils orbitent très près de leurs étoiles, ce qui signifie des températures de surface très élevées. Et puis, avec une structure interne si différente de celle de la Terre, ce genre de mondes ne peut pas générer des champs magnétiques qui protègent la vie des radiations. Enfin, son atmosphère et ses mécanismes de refroidissement sont complètement différents de ceux de la Terre. S’il y avait une forme de vie, elle serait totalement différente de la nôtre.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici