De Trump et Maduro à l’UE : les dirigeants réagissent au triomphe de Jair Bolsonaro au Brésil

Publié par Jerome le octobre 29, 2018 | Maj le octobre 29, 2018

L’élection de l’extrême droite comme nouveau président de la plus grande économie latino-américaine a été accueillie, pour la plupart, avec de bons vœux. Les Etats-Unis ont demandé à ” travailler côte à côte ” et le Venezuela a appelé à ” reprendre les relations diplomatiques “.

Les dirigeants félicitent le nouveau Président Brésilien

La victoire de l’extrême droite Jair Bolsonaro au Brésil a suscité des réactions des dirigeants politiques au niveau international, en particulier dans les Amériques. En général, les messages ont été formulés dans le respect des résultats et de l’appel à travailler ensemble.

Deux des salutations les plus attendues venaient des Etats-Unis, pour l’admiration exprimée par Bolsonaro pour la figure du Président Donald Trump, et du Venezuela, pour les différences de pensée qui, a priori, éloignent Nicolás Maduro et Bolsonaro.

Donald Trump a salué M. Bolsonaro lors d’un appel téléphonique dans la nuit du 28 octobre et, selon la Maison-Blanche, le président américain lui a demandé de ” travailler côte à côte pour améliorer la vie des peuples des États-Unis et du Brésil et, en tant que dirigeants régionaux, des Amériques.

Bolsonaro lui-même a célébré l’appel de Trump à travers son compte Twitter et a déclaré que “nous exprimons le désir d’unir ces deux grandes nations et d’avancer sur le chemin de la liberté et de la prospérité.

Et le matin du 29 octobre, le président des États-Unis a fait référence à la conversation avec le président élu du Brésil et a prévu que les deux pays travailleront “étroitement” dans des domaines tels que “le commerce, les militaires et tout le reste”.

Le gouvernement de Nicolás Maduro a exprimé la position du Venezuela dans un communiqué diffusé sur Twitter par le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza. Dans cette lettre, le président vénézuélien a demandé à son homologue brésilien de ” reprendre les relations diplomatiques de respect, d’harmonie, de progrès et d’intégration régionale pour le bien-être des deux pays.

Précisément, l’un des défis auxquels le nouveau gouvernement de Bolsonaro devra faire face sera la crise migratoire des Vénézuéliens à la frontière nord du Brésil.

C’est pourquoi Maduro semble avoir mis de côté les divergences possibles et ratifié “son engagement à continuer à travailler main dans la main” avec le peuple brésilien “dans la lutte pour un monde plus juste, multicentrique et pluripolaire, où prévalent l’autodétermination des peuples et la non-ingérence dans les affaires intérieures.

Le secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, a également été un fervent partisan de Bolsonaro. A travers son compte Twitter, le dirigeant uruguayen a surpris en applaudissant le “message de vérité et de paix” du président élu et s’est engagé à “travailler ensemble pour la démocratie, les droits de l’homme, la sécurité et le développement dans la région.

Les dirigeants latino-américains appellent à une “collaboration” avec le gouvernement Bolsonaro

Les dirigeants des principaux pays d’Amérique latine ont réagi rapidement à l’élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil et se sont mis d’accord sur l’appel à collaborer avec son futur gouvernement.

Le président argentin Mauricio Macri, avec lequel Bolsonaro a maintenu des contacts téléphoniques après le premier tour, a souhaité “les meilleurs vœux” au président élu du Brésil et a exprimé son intérêt pour “le renforcement des liens traditionnels d’amitié et de travail entre les deux nations.

Dans le même ordre d’idées, le Président chilien Sebastián Piñera a souligné les ” bonnes relations ” de son pays avec le Brésil et a invité Bolsonaro à se rendre au Chili ” en tant que président élu “. En ce sens, le futur chef de cabinet brésilien, Onyx Lorenzoni, a confirmé que le premier voyage de Bolsonaro sera au Chili.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto, qui remettra son poste à Andrés Manuel López Obrador le 1er décembre prochain, a félicité Bolsonaro et les Brésiliens pour cette journée électorale “exemplaire”.

Entre-temps, le président de la Colombie, Iván Duque, a souhaité que ” cette nouvelle étape du pays voisin soit celle du bien-être et de l’union ” et a anticipé qu’il cherchera à ” renforcer les liens politiques, commerciaux et culturels ” avec le Brésil.

Le président péruvien Martín Vizcarra, qui a appelé à un approfondissement des “relations bilatérales fraternelles” ; le président équatorien Lenín Moreno, qui a appelé à “renforcer les liens traditionnels d’amitié et de travail” ; et le président paraguayen Mario Abdo Benítez, qui a invité à “travailler ensemble pour renforcer la démocratie dans la région.

L’Europe, la Chine et la Russie ont également salué Bolsonaro

Depuis l’Europe, la porte-parole de la Commission européenne, Natasha Bertaud, s’est déclarée confiante qu’ils travailleront avec Jair Bolsonaro pour ” consolider la démocratie ” au Brésil et a souligné ” l’importance ” du pays sud-américain dans les négociations pour un accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur.

Moins enthousiaste est le commissaire européen chargé des affaires économiques, Pierre Moscovici, qui décrit Bolsonaro comme un “populiste de droite”. Lors d’un entretien avec la chaîne française “Public Sénat”, le fonctionnaire a attribué la victoire de l’ancien capitaine militaire à une sorte de “lassitude démocratique” face à la crise provoquée par les cas de corruption au Brésil.

Pour le bloc européen, le Brésil est un allié stratégique en Amérique latine, étant donné que plus de 48% des investissements européens dans la région sont dans le géant latino-américain.

Pour leur part, les dirigeants de la France et de l’Allemagne ont réagi avec prudence à l’élection de Bolsonaro. Le président français, Emmanuel Macron, a appelé le président élu brésilien à maintenir une action stratégique ” fondée sur des valeurs communes de respect et de promotion des principes démocratiques “, tout en lui demandant de relever les ” grands défis contemporains ” tels que ” la diplomatie environnementale et les engagements de l’Accord de Paris sur le climat “, un pacte que Bolsonaro a remis en question dans le passé.

Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand, a déclaré l’exécutif Angela Merkel espère maintenir une “bonne coopération” avec le Brésil, mais a précisé que l’évaluation de la gestion de Bolsonaro sera faite “selon ses performances.

Du ” Vieux Continent ” sont venus des messages de célébration de la part de référents d’extrême droite. En Italie, le vice-président et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a souligné que “même au Brésil, les citoyens ont aussi envoyé chez eux à gauche. Et en France, par le biais de Twitter, le chef du Groupement National, Marine Le Pen, a souhaité “bonne chance” à Bolsonaro pour “rétablir la situation économique, sécuritaire et démocratique” du pays.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *