L’eau est un grave problème pour le gouvernement indien. Son système d’eau dépend essentiellement de deux fleuves : le Gange et l’Indus. En 2017, un tribunal du nord de l’Inde a décidé d’accorder au Gange le statut de personne, ce qui signifie qu’il a les mêmes obligations et responsabilités qu’un être humain. C’est l’un des plus grands affluents du sous-continent indien et coule vers l’est à travers la plaine du Gange de l’Himalaya au Bangladesh. Si quelqu’un choisit de polluer cette rivière, elle violerait la loi comme si elle attaquait une personne. comme si ses eaux étaient inoffensives pour les humains !

La maison de millions de bactéries

La rivière Ganges représente l’accès au Nirvana, donc la grande majorité des croyants ne se préoccupent même pas du froid a une température moyenne de six degrés Celsius ? ni le degré de pollution de ses eaux, car chaque baignade élimine un péché.

Les pèlerins hindous préfèrent se baigner à Varanasi, l’endroit le plus putride sur le chemin. Lorsque le Gange atteint cette ville, la plus sacrée de l’Inde, elle est recréée le long de trois kilomètres de parcours urbains.

Varanasi est une ville vénérée pour l’hindouisme, mais aussi pour le Janaïsme et le Bouddhisme ; par les ghats escaliers qui descendent vers la rive  des milliers de pèlerins se rassemblent quotidiennement.

Ce que ces pèlerins ignorent peut-être, c’est que la rivière abrite plus de 140 espèces de poissons et 90 espèces d’amphibiens, et plus d’un million de bactéries coliformes par 100 millilitres (qui pourraient entrer dans une petite tasse de thé ou de café). Selon l’Organisation mondiale de la santé, pour qu’un bain soit sûr, il ne doit pas y avoir plus de 500 bactéries.

Un recueil de microbiologie

Les eaux du Gange sont l’une des plus polluées au monde, elles peuvent transmettre dysenterie, choléra, typhus, hépatite et gastroentérite aiguë, une des principales causes de mortalité chez les enfants indous, surtout pendant l’été. Purifier l’âme comporte le risque de contaminer le corps.

La pollution de la rivière peut s’expliquer fondamentalement par trois causes. Le premier est celui des ordures ménagères, car il baigne les villes densément peuplées. Deuxièmement, il y a les rejets industriels, des chantiers navals fluviaux aux tanneries, qui représentent un cinquième de tous les rejets. De plus, à Calcutta, les briqueteries rejettent des gaz nocifs dans l’air, ce qui aggrave encore la qualité de l’eau.

Enfin, il y a les cendres et les morts. On estime que 32 000 corps d’hindous chanceux sont incinérés chaque année dans deux endroits de Varanasi Manikarnina et Harisch Chandra – dont les cendres sont rejetées à l’eau. Les corps des pauvres et des sans-abri, pour des raisons monétaires, ne peuvent pas être incinérés, alors ils sont jetés directement dans la rivière.

Si tout cela n’était pas suffisant, les pèlerins aggravent aussi, peut-être en le sachant, la qualité de l’eau, en plus de tous les déchets chaque jour environ 50 tonnes de fleurs sont jetés dans le fleuve.

Enfin, les eaux du Gange se déversent, non traitées, dans le golfe du Bengale, comme une véritable coulée de boue contaminée par les ordures et les restes humains.

Noter cet article

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici