Crise énergétique : quelle est la meilleure solution de chauffage d’urgence pour cet hiver ?

Tout dépend du système de chauffage actuel. Aujourd’hui, plus d’un foyer français sur trois se chauffe à l’électricité et quatre Français sur dix se chauffent au gaz de ville. En revanche, 12 % des Français sont chauffés au fioul domestique. Par ailleurs, 5% d’entre eux utilisent le bois comme principal mode de chauffage.

Chauffage d’urgence pour les Français qui se chauffe au gaz et à l’électricité

Ce sont les Français qui se chauffent à l’électricité et au gaz de ville (et dans une moindre mesure au fioul domestique), qui doivent envisager des solutions de chauffage de secours pour cet hiver.

Pourquoi ? Parce qu’il est fort probable que cet hiver, y ait des délestages sur le réseau électrique. Le gouvernement l’a d’ailleurs déclaré à de nombreuses reprises. La bonne nouvelle, c’est qu’elle vient d’EDF qui a déclaré que les centrales actuellement fermées pour des travaux de réparation ou de maintenance seront progressivement rouvertes à la fin de l’année et au début de l’année prochaine. Si le plan de redémarrage est suivi, la possibilité de pannes de courant diminuera. Toutefois, si ce plan n’est pas suivi et qu’il y a une tempête de froid extrême, les choses pourraient se compliquer. Ainsi, la diminution de la tension du réseau et le délestage qui s’ensuit, pourraient être une option de dernier recours.

Crise énergétique argent Pin
Source : Shutterstock.com

Pour le gaz, il est certain que la France sera en proie à une pénurie de gaz en hiver. Même si le Premier ministre affirme le contraire, il a également déclaré que les entreprises seront rationnées. Il est difficile de croire que les restrictions de consommation ne seront appliquées qu’aux acteurs économiques. De même, Elisabeth Borne a également annoncé une augmentation du prix du gaz en janvier, afin de supprimer à terme le bouclier tarifaire… c’est plus que suffisant pour réfléchir à la possibilité d’une solution de chauffage en cas d’urgence cet hiver.

Le chauffage d’urgence au bois, rentable mais pas pour tout le monde

Le chauffage au bois reste le plus abordable, mais le plus contraignant. La chaudière doit être rechargée en bûches plusieurs fois par jour ! Les pellets aident à limiter l’implication humaine. Les chaudières et poêles haut de gamme sont équipés de réservoirs qui alimentent automatiquement l’appareil.

Lire la suite  La série She-Hulk arrive bientôt dans le MCU
Bûches Pin
Source : Shutterstock.com

Pour trouver une solution de chauffage alternative, il est préférable d’opter pour la plus basique. Si vous résidez dans une maison individuelle, le “petit” poêle à bois (ou à granulés) peut assurer le chauffage de 50 mètres carrés. C’est la solution idéale pour chauffer un espace de vie et les pièces adjacentes, à condition qu’elles soient isolées du reste de la maison. S’il n’y a pas de porte ou de rideau, on peut utiliser le couloir ! Bien entendu, pour utiliser un poêle à bois d’intérieur, vous aurez besoin d’un conduit existant ou d’une cheminée en bon état afin de pouvoir placer une partie du tube du poêle. Le coût minimum d’un poêle à bois est de 400 euros. Si vous n’avez pas de cheminée ou de conduit de fumée, la nécessité de faire appel à un expert pour en construire un pourrait vous faire renoncer à cette option, pour des raisons financières. Mais c’est aussi une question d’accessibilité des experts.

Le chauffage d’urgence au gaz est le plus simple à mettre en œuvre

Plan B… le gaz. Mais pas de gaz de ville ! Je parle du gaz en bouteille. Contrairement à ce que les gens pourraient penser, il n’y a rien de mal à disposer de gaz propane et de butane qui sont des dérivés du raffinage du pétrole. Si nous pouvons importer du pétrole brut, nous produirons du fioul domestique sans plomb, du diesel, du kérosène et tous les autres dérivés du pétrole, dont le propane et le butane. Les petites bouteilles de chauffage au gaz sont conviviales, car elles ne nécessitent pas de conduit de fumée, contrairement aux poêles à gaz.

Bouteille de gaz Pin
Source : Shutterstock.com

Elles sont idéales comme chauffage d’appoint, d’autant plus que le coût d’un réchaud à gaz à haut rendement, capable de chauffer 30 mètres carrés ou plus, est de 100 euros seulement. En termes d’utilisation et de coût, il n’y a pas non plus de mauvaises surprises. Utilisé comme chauffage de secours, il sera donc allumé par intermittence, il consommera une bouteille standard (13 kg) sur une période d’un à deux mois pour moins de 40 euros, sans compter la consigne de la bouteille. En cas d’utilisation intensive, l’autonomie peut varier d’une à deux semaines, en fonction de la température extérieure !

Lire la suite  Tout savoir sur le stage de récupération de points

Le chauffage d’urgence au fioul est une autre alternative

Un poêle à kérosène s’utilise de la même manière qu’un poêle à gaz, car il n’est pas nécessaire de le raccorder aux canalisations. Côté dépenses, les poêles à kérosène ne vous coûteront guère plus cher que les poêles à gaz en bouteille. Certains modèles plus sophistiqués régulent la température de l’espace, et peuvent s’éteindre et s’allumer automatiquement. Le plus gros inconvénient d’un poêle est la nécessité de remplir le réservoir. Dans une maison unifamiliale, il est simple de sortir dans le jardin ou la cour pour remplir le réservoir à l’aide d’un bidon d’huile. Si vous vivez en appartement, à moins qu’il y ait des balcons, c’est plus difficile. Si votre cuisinière à gaz est totalement inodore, elle peut utiliser différents types de combustibles. Les moins chers sont aussi ceux qui dégagent le plus d’odeur de mazout et sont susceptibles de causer beaucoup de désagréments. Les plus chers sont pratiquement inodores. Dans tous les cas, que vous utilisiez un poêle à gaz ou un poêle à pétrole comme source de chauffage d’urgence, assurez-vous de ventiler l’espace où le poêle est utilisé fréquemment.

Chauffage fioul Pin
Source : Shutterstock.com

Oui, l’électricité est une excellente option pour fournir un chauffage d’urgence !

Comme dernière option… l’électricité comme dispositif de chauffage de secours ! Pas les simples convecteurs qui coûtent vingt euros ou les radiateurs à bain d’huile mais les chauffages électriques dits ” à accumulation “. Ces appareils, qui sont toujours assez lourds, souvent des centaines de kilogrammes, possèdent la caractéristique première de conserver la chaleur dans un matériau spécial. Le choix idéal est celui des briques réfractaires ou, en d’autres termes, de la céramique. Si le chauffage électrique est utilisé pour les systèmes de chauffage de secours, c’est tout simplement parce qu’il y a toujours des moments, généralement en fin de nuit entre 22 heures et 6 heures du matin, où l’énergie nucléaire est accessible et, surtout, à un coût moindre. Dans certains accords, cette période est même appelée “heures super creuses” !

Peu importe que vous ayez opté pour un tarif horaire, un chauffage électrique vous permet de stocker la chaleur la nuit, lorsque l’électricité est disponible sur le réseau, et de la restituer tout au long de la journée. Un “petit modèle” de 2 000 kWh permet de chauffer un espace et les modèles de 5 000 ou 6 000 kWh permettent de chauffer un appartement entier ou un étage de la maison.

Ces solutions de chauffage d’urgence peuvent être mélangées. On peut, par exemple, choisir l’installation d’un chauffage électrique en complément d’une chaudière à gaz naturel ; cependant, on peut aussi installer un petit poêle à gaz. En cas de pénurie d’énergie, il suffit de passer à une autre méthode de chauffage domestique.

[yuzo id="61526"]
Partages