Les corps de deux sœurs saoudiennes qui avaient demandé l’asile aux États-Unis ont été retrouvés à New York.

Publié par Jerome le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

Mercredi dernier, deux corps sont apparus sur les rives du fleuve Hudson à New York. Ils se sont retrouvés à la 68ème rue, sur l’un des quais qui marquent les rives de Manhattan et qui, ces dernières années, a été transformé en parc fluvial. Les corps étaient ceux de deux jeunes femmes et étaient attachés aux chevilles et à la taille avec du ruban adhésif.

La mort de deux saoudiennes aux US

Sa découverte n’a pas beaucoup attiré l’attention : elle a coïncidé avec l’apparition de colis piégés à New York, qui a maintenu la ville sur les nerfs pendant une grande partie de la semaine.

Peu de temps après, on a su que les filles étaient deux sœurs de nationalité saoudienne : Tala et Rotana Farea, âgées respectivement de 16 et 22 ans. Ils étaient attachés de front en front, entièrement vêtus et leur corps ne montrait aucun signe de violence, ce qui excluait l’une des premières hypothèses des enquêteurs : ils auraient sauté du pont George Washington, qui relie New York au New Jersey.

Une semaine après sa comparution, les chercheurs n’ont toujours pas trouvé d’explication à sa mort. Ce mardi, la police de New York a expliqué qu’elle avait interrogé des proches directs, qu’elle ” réunissait les pièces du puzzle ” sur ce mystère, qui est plus proche d’être ” éclairci “.

La question a été un autre point de tension dans les relations entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite, conditionné par l’assassinat de Jamal Khashoggi, un collaborateur du “Washington Post”, à Istanbul. Le journaliste saoudien, qui a critiqué ces dernières années la monarchie qui gouverne le pays, a été torturé et tué, selon toute apparence, par une opération orchestrée par Riyadh.

Les filles vivaient en Virginie, où Khashoggi vivait également, et ont disparu de leur foyer le 24 août. Ce n’était pas la première fois qu’ils quittaient leur foyer : en décembre 2017, ils ont été portés disparus et se sont retrouvés dans un refuge après avoir demandé la protection des autorités. La mère assura les enquêteurs de la police de New York qu’à la veille de sa dernière disparition, elle avait reçu un appel de l’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington. Ils ont dû quitter le pays parce que leurs filles avaient demandé l’asile politique.

D’autres membres de la famille ont assuré “Arab News” que les filles n’avaient pas disparu, même si leur mère l’avait signalé aux autorités. Selon cette version, la jeune sœur s’était rendue à New York pour visiter l’aînée.

Ils nient également la possibilité qu’ils se soient suicidés, même s’il n’y avait aucun signe de violence.

Le légiste de New York n’a toujours pas déterminé la cause de la mort.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *