Coronavirus : quelle sera la vie après le déconfinement ?

Santé Coronavirus Coronavirus : quelle sera la vie après le déconfinement ?

Le coronavirus a bouleversé nos habitudes. Depuis le 17 mars 2020, les Français sont confinés. Lors de son dernier discours du lundi 13 Avril, le président de la République Emmanuel Macron nous annonçait une fin de confinement progressive pour le 11 mai. Mais quelle sera la vie après ce déconfinement ? Imaginons cela ensemble dès maintenant.

Déconfinement : la vie comme avant ?

De nombreuses personnes espèrent un retour à la vie normale immédiat, mais mieux vaut tirer un trait sur cette illusion tout de suite. La vie reprendra son cours progressivement et de nombreuses mesures resteront en place pour protéger les personnes à risque. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Il n’y a aucune certitude pour le moment, que ce soit au niveau de la population ou même du gouvernement.

On imagine pourtant facilement que l’école, le transport et le commerce restera fortement impacté. Les mesures de distanciation ne permettront pas un retour à la normale immédiat. Si ces conditions n’étaient pas respectées, nous risquerions de retourner en confinement rapidement devant une nouvelle vague de l’épidémie.

Déconfinement : la reprise de l’école

Nous savons d’ores et déjà que les universités garderont portes closes jusqu’en septembre minimum. En ce qui concerne les écoles maternelles et primaires, les collèges et lycées, le 11 mai 2020 devrait marquer le retour en classe. Pourtant, les interrogations sont nombreuses.

Si le gouvernement et l’Éducation Nationale disposent d’un peu moins d’un mois pour tout organiser, les parents ont beaucoup de mal à imaginer comment tous les élèves pourraient retourner à l’école tout en respectant la distance d’un mètre entre chaque enfant et en appliquant correctement les gestes barrières. Si la possibilité de faire porter des masques aux enfants durant le temps scolaire a déjà été évoquée, elle ne semble pas non plus réalisable pour les plus jeunes. Il risquerait d’être très difficile pour les enseignants d’empêcher les élèves de toucher leur masque, de le retirer, etc tout en menant un cours normal.

Une autre supposition propose de scolariser les enfants de soignants, les enfants ne disposant pas d’Internet et ceux de parents pour lesquels le télétravail est impossible dans un premier temps, tout en séparant les classes par petits groupes à condition qu’il y ait un nombre d’enseignants suffisant.

Le déconfinement au quotidien

Au quotidien, nous devrons aussi faire preuve d’adaptation. Après les nombreux débats sur le port du masque, il conviendrait visiblement pour les particuliers de s’équiper d’un masque alternatif lors de ses déplacements. Par masques alternatifs, on entend les masques en tissus et autres possibilités. Les masques chirurgicaux et les masques FFP2 resteront bien entendu à destination des soignants.

Pour autant, les gestes barrières comme se tenir à un mètre d’une autre personne, tousser dans son coude, ne pas se faire la bise ou échanger de poignée de main, resteront en vigueur. On imagine donc très mal tout cela avec les gens prenant le métro, le bus ou même le train aux heures de pointe. Il faudra sans aucun doute possible adapter les transports en commun, les pistes cyclables et une limite de personnes présentes dans les magasins sera certainement maintenue.

Nous bénéficierons certainement de plus de liberté que durant le confinement dû au coronavirus. La limite à une heure de sortie devrait disparaître, mais sera-t-il possible de se rendre chez des amis, d’aller voir les membres de notre famille ? Toutes ces questions restent à éclaircir, notamment lorsqu’il est question de personnes âgées ou à risque.

Le déconfinement au quotidien

Un confinement prolongé pour les personnes âgées ou à risque ?

Si, pour un grand nombre de personne, la date du 11 mai sert actuellement de compte à rebours avant la fin du confinement, pour d’autres, c’est un peu la douche froide. En effet, les médias et le gouvernement laissent facilement entendre que les personnes âgées et celles atteintes de facteurs aggravants pourraient devoir rester en confinement durant de longs mois. Le mois de décembre aurait même été évoqué.

Si des restrictions de visite dans les hôpitaux ou les ehpad semble raisonnables, il paraît difficile de faire respecter un si grand délai à des personnes en parfaite santé. On se demande donc comment tout cela pourrait être appliqué et le cas échéant si cette mesure serait respectée. L’impact d’un confinement si long pourrait aussi avoir de lourdes conséquences psychologique sur des personnes parfois seules et isolées.

En attendant plus de précisions dans les semaines à venir, on ne peut que faire quelques suppositions. La seule chose dont nous pouvons être certains, c’est que le déconfinement sera une période durant laquelle chacun d’entre nous devra s’adapter et faire preuve de patience. Plus nous respecterons les directives qui nous sont données, quitte à se priver de certains bons moments temporairement, plus vite le cours normal des choses refera son apparition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -