Confinement : comment France Télévisions s’adapte à la crise sanitaire

Culture Confinement : comment France Télévisions s'adapte à la crise sanitaire

Loin d’être pris au dépourvu, le groupe d’audiovisuel public a très tôt pris des mesures pour protéger ses salariés et assurer ses missions de service public.

La crise liée à la pandémie de coronavirus a remis en lumière l’importance, vitale, des services publics, hôpitaux en tête. Et le confinement auquel s’astreignent, depuis la mi-mars, des dizaines de millions de Français, a redonné ses lettres de noblesse au petit écran, qui demeure, en dépit de l’explosion des usages numériques, l’un des vecteurs préférés des citoyens pour s’informer et se divertir. Autant dire que pour France Télévisions, la période actuelle revêt une importance cruciale, le groupe se devant d’être au rendez-vous des attentes de téléspectateurs plus exigeants – et présents devant leur poste – que jamais.

La sécurité avant tout au sein de France télévision

Publique, France Télévisions n’en demeure pas moins une entreprise – presque – comme une autre, qui à l’image de tous les acteurs économiques a dû s’adapter dans l’urgence aux conséquences de l’épidémie de Covid-19. Le groupe n’a pas attendu que le nombre de contaminations s’envole pour réagir, sa présidente, Delphine Ernotte, mettant sur pied deux cellules – l’une stratégique, l’autre, opérationnelle – chargées de gérer l’évolution de la crise en interne. Un « crash-test » a été organisé, une circulaire « anti-bisous » diffusée auprès des collaborateurs et 30 000 flacons de gels hydro-alcooliques ont ainsi été distribués. « Nous avons deux priorités, a détaillé la direction du groupe : d’une part, comme dans toutes les entreprises, préserver la santé des salariés et (d’autre part) assurer la continuité de nos missions de service public ».

« Je suis particulièrement vigilante à ce que (…) nous assurions pleinement notre mission de service public notamment d’information », a également déclaré Mme Ernotte dans un message envoyé le 6 mars à ses équipes. Un message reçu cinq sur cinq chez France 3, véritable pilier de l’information régionale, où l’on considère qu’« informer est un droit. C’est pour nous un devoir ». « Mais vous informer, poursuit la chaîne, alors qu’on se doit de respecter les mesures barrières (…) n’est pas chose aisée. Surtout pour un média de proximité ». Et France 3 de détailler les mesures prises pour protéger les salariés – « personnel a minima dans les stations, prises de température avant de pénétrer dans les locaux, solutions hydro-alcooliques à disposition, désinfection des matériels » – et poursuivre ses missions : ne plus proposer que 10 éditions régionales, renforcer sa présence sur le numérique, etc.

Nouveaux programmes, cours pour les enfants et adolescents : comment France Télévisions s’adapte à la crise

« Les formats et contenus que vous verrez sur le web et à l’antenne évoluent, conclut la chaîne. (…) Et malgré le confinement, la proximité entre France 3 et son public n’a jamais été aussi forte. C’est ça aussi la force du réseau France 3 ». Une proximité et une adaptabilité qui se traduisent, notamment, par un grand chamboulement des programmes sur les grilles du groupe, France Télévisions souhaitant, pendant la période du confinement, « servir le plus utilement les Français ». Et particulièrement les plus jeunes d’entre eux, le groupe proposant depuis la fin du mois de mars des cours dispensés par des professeurs de l’Éducation nationale à destination des CP et CE1, ou encore des leçons de français et mathématiques pour les collégiens, ainsi que des documentaires historiques pour les lycéens privés de cours.

Des efforts qui ne sont pas passés inaperçus, comme en témoigne la réaction du sénateur de l’Isère Michel Savin (LR), saluant « la décision de Delphine Ernotte de mobiliser ses antennes sur l’éducation pour aider tous les élèves à faire la classe du primaire jusqu’au lycée en ces temps de confinement ». Toujours dans cet effort d’adaptation aux circonstances actuelles, France 3 a lancé, le 18 avril, un nouveau programme, intitulé « Jouons à la maison » et présenté par Alex Goude, qui oppose quatre candidats répondant à des questions… en visioconférence. Ou comment conjuguer, de manière originale et inédite sur les écrans français, missions de service public, divertissement, culture générale et sécurité.

Maintenir la communication en interne

Combien de temps durera cette étrange période ? Nul ne le sait, pas davantage à France Télévisions que dans le reste du pays. C’est pourquoi la présidence du groupe a choisi de s’adresser le plus régulièrement possible à ses employés, privilégiant pour leur sécurité les écrits ou les messages vidéo. Le 20 mars, Yannick Letranchant, le directeur de l’information de France Télévisions, a ainsi rappelé dans un mail interne la « nécessité de réduire drastiquement le nombre de personnes au siège pour assurer la fabrication » des journaux et du site Francetvinfo.fr. Le dirigeant a également annoncé le déploiement « d’équipes de reporters autonomes » pouvant partir en reportage sans effectuer d’aller-retour au siège de leur chaîne.

Photo : sylv1rob1 / Shutterstock.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -