Condamné à 98 heures de travaux d’intérêt général pour avoir tué six pingouins

Publié par emma le novembre 6, 2018 | Maj le novembre 6, 2018

Un tribunal australien a doublé la peine infligée en première instance et a ajouté une peine d’emprisonnement de deux mois qu’il ne purgera que s’il rechute dans l’année qui suit.

L’île de Tasmanie, au sud de l’Australie, est l’un des paradis naturels où vous pouvez profiter de la présence des pingouins bleus. Cependant, en 2016, ces animaux ont été les protagonistes des médias et non en raison de leur anatomie particulière. Un jeune homme nommé Joshua Leigh Jeffrey a décidé avec une autre personne de battre à mort six de ces pingouins.

Selon la sentence

En juillet de cette année, un tribunal a entendu sa cause et, bien qu’il ait défini ce qui s’est passé comme un “acte impitoyable” parce que les pingouins étaient “une cible très facile”, il a seulement jugé que le crime de cruauté envers les animaux entraînerait une peine de 49 heures de travaux communautaires et paierait les frais du procès : 82 $. Tout cela, en comptant sur le fait que l’agresseur sauvage “n’a montré aucun remords et a continué à nier sa culpabilité”, selon la sentence.

L’accusation a décidé de faire appel et une cour d’appel a maintenant décidé de doubler la peine, c’est-à-dire que Joshua doit purger 98 heures de travaux communautaires. En outre, il impose une peine de deux mois de prison, mais la laisse suspendue. Vous n’aurez à vous conformer que si vous commettez un crime dans les 12 prochains mois.

Les réactions des groupes d’animaux et des citoyens anonymes n’ont pas tardé à venir et ont crié dans le ciel pour la moindre condamnation. En Tasmanie, la peine maximale pour cruauté grave envers les animaux est de cinq ans d’emprisonnement ou une amende de plus de 30 000 $A. Il ne semble pas y avoir de lien avec la sentence que Leigh a reçue.

Dans son compte Facebook, bien qu’il ne soit fermé qu’à ses amis, il y en a beaucoup qui affichent des liens vers des journaux locaux dans les quelques images qu’il publie. Certains souhaitent même qu’il ne trouve jamais d’emploi décent et d’autres laissent des liens vers la pétition sur change.org pour qu’une ” sentence appropriée ” lui soit appliquée. Jusqu’à présent, ils ont déjà dépassé les 100 000 signatures.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *