Le comportement exemplaire des fourmis pour éviter une épidémie

Publié par Simon Taquet le novembre 23, 2018 | Maj le novembre 23, 2018

perpétuer sa survie , jusqu’à la mort individuelle de chaque individu, chaque fourmi a délimité sa fonction depuis la naissance (même avant, dans son stade larvaire). Maintenant, une nouvelle étude explique comment ils ont aussi un plan de quarantaine ” fort> plan de quarantaine ” pour contenir les dommages causés par la propagation d’une maladie et éviter ainsi une épidémie.

Les recherches menées entre le Institute of Science and Technology of Austria (IST Autriche) et le University of Lausanne (Suisse) ont été publiées ce jeudi dans la revue “Science”. Les résultats indiquent que les fourmis, infectées et saines, changent leur comportement pour éviter la propagation de la contagion. Mais, en plus, ils utilisent la situation de danger et la reconvertissent en leur faveur, renforçant le système immunitaire du groupe , comme un “vaccin”. </Les groupes qui limitent les contacts

Les fourmis n’interagissent pas de façon aléatoire avec les autres membres de la colonie, mais sont organisés en sous-groupes en fonction de leur âge et des tâches qu’ils effectuent. Tandis que les jeunes fourmis ouvrières , les soi-disant ” infirmières “, s’occupent de la progéniture précieuse, les travailleurs âgés ramassent la nourriture hors du nid. Lorsque la maladie apparaît, ces deux sous-groupes limitent le plus possible leur contact : les travailleurs, qui sont plus susceptibles de transmettre des infections par contact extérieur, passent plus de temps à l’extérieur et les “infirmières”, qui ont une espérance de vie plus longue, restent à l’intérieur.

“Les cliques entre fourmis deviennent encore plus fortes et le contact avec le gang est réduit . Les collecteurs interagissent davantage avec les collecteurs et les infirmières davantage avec les infirmières. C’est une réponse de l’ensemble de la colonie, pas seulement des spécimens infectés”, explique Laurent Keller, chef de groupe de l’Université de Lausanne, sur 2 266 fourmis de jardin , pour suivre les insectes à l’aide de caméras infrarouges. Par la suite, 10 % des fourmis collectrices ont été exposées à des spores fongiques qui se propagent très facilement par contact. Les colonies ont rapidement identifié le danger et changé leurs habitudes, élaborant un plan d’urgence en cas de maladie.

Un système de “vaccination”

En outre, les chercheurs ont utilisé un système de marquage permettant de quantifier exactement combien de spores chaque fourmi portait, pour contrôler l’infection. Ainsi, ils ont observé que seulement quelques individus ont reçu une dose élevée de pathogènes, mais que des spécimens clés, dont la reine, ont reçu de faibles doses qui ne reproduisent pas la maladie, mais qui entraînent le système immunitaire à des infections futures similaires. “L’agent pathogène est réparti sur de nombreuses épaules et le système immunitaire des fourmis peut donc très bien s’en accommoder, ce qui procure une forme de mémoire immunitaire “, explique Sylvia Cremer , responsable du groupe IST Autriche.

Ainsi, les infirmières, avec un pourcentage plus élevé de survie et plus jeunes et plus fortes, et la reine, la seule qui se reproduit, ont reçu les faibles doses, sous forme de “vaccin”. “Dans une colonie, il n’est pas nécessaire de protéger tous les animaux, mais les individus les plus précieux doivent survivre “, dit Keller.

Qui est décédé, qui a survécu

Les chercheurs ont également mené une expérience pour voir survie 24 heures après infection. Les résultats ont été conformes aux attentes : “La mortalité était plus élevée chez les collecteurs que chez les infirmières. Et toutes les reines étaient encore en vie à la fin de l’expérience”, conclut Nathalie Stroeymeyt , premier auteur et postdoctorante dans le groupe de Laurent Keller. Les interactions sociales sont les voies par lesquelles les maladies voyagent et définissent comment les épidémies se propagent. Cette recherche sur les fourmis peut toutefois nous aider à mieux comprendre les processus épidémiologiques d’autres groupes sociaux également “, explique M. Cremer.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *