La Commission, dans une démarche sans précédent, demande à l’Italie un nouveau budget

Publié par Jerome le octobre 23, 2018 | Maj le octobre 23, 2018

La Commission européenne a décidé pour la première fois de rejeter le projet de budget d’un pays – l’Italie – parce qu’il ne prévoit pas d’efforts substantiels pour réduire son énorme dette publique. Le Gouvernement de Rome dispose maintenant de trois semaines pour présenter un nouveau projet de budget pour 2019.

Le nouveau casse tête italien

L’argument de la Commission ne repose pas seulement sur le fait que la coalition des populistes et démagogues nationaux (La Liga et Movimiento 5 Estrellas) a conçu des comptes publics qui augmentent sensiblement les dépenses et le déficit même s’ils les maintiennent en dessous de 3%, mais surtout sur le risque que représente l’accumulation de 135% du PIB de dette, de loin le pourcentage le plus élevé dans l’UE que la Grèce dépasse.

Si l’Italie ne modifie pas les chiffres, la Commission pourrait envisager des sanctions. Selon le commissaire à l’économie Pierre Moscovici à Strasbourg, où se réunit la Commission, l’Italie “a bénéficié d’un soutien remarquable de la Commission sous la forme de flexibilité” au fil des ans, mais exige maintenant que Rome établisse un budget qui commence à réduire sa dette. Le poids de cette dette italienne représente 37.000 euros par personne et les intérêts s’élèvent à 65.000 millions d’euros par an, ce qui équivaut au budget de l’éducation du pays tout entier.

Moscovici et le vice-président Vadis Dombrosvkis ont toutefois déclaré que “les portes du comité restent ouvertes” pour trouver une solution à ce problème.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *