Si nous regardons le ciel, nous verrons, au mieux, quelques milliers d’étoiles. C’est tout ce qu’on peut voir d’ici. Mais dans notre seule galaxie, il y en a plusieurs centaines de milliards. Et il y a encore plus de galaxies que d’étoiles dans la Voie lactée. Et tout cet espace, est-il vide ?

Nous avons des voisins extraterestre?

Il devient très difficile de penser que nous sommes seuls au milieu de tant d’étoiles. Mais sinon, pourquoi n’avons-nous pas détecté le moindre signe de nos voisins cosmiques ? Les explications peuvent être multiples.

Où sont-ils tous passés ?

Enrico Fermi, dans son costume impeccable sous une robe tout aussi élégante, sourit avec délicatesse. Alors, où sont-ils ?, question méditative. Ses compagnons, également habillés mais assis à table, le regardent sous leur propre robe. Personne ne vous donne de réponse. Nous nous sommes probablement tous posé la question : si l’univers est si grand, où sont les gens ?

Dans une si vaste étendue, avec des milliards d’étoiles semblables à la nôtre, il devrait y avoir d’autres civilisations extraterrestres au moins aussi intelligentes que la nôtre. Mais, à ce jour, nous n’avons détecté aucune trace. De plus, dans la dernière analyse systématique réalisée en 2015, nous avons constaté que le nombre de civilisations existantes dans les systèmes analysés est nul. C’est le début du paradoxe de Fermi.

Cela peut se résumer ainsi : “La croyance commune que l’univers possède de nombreuses civilisations technologiquement avancées, combinée à nos observations suggérant le contraire, est paradoxale en suggérant que nos connaissances ou observations sont erronées ou incomplètes.

On dit que pour Fermi, la réponse inachevée au paradoxe était une réponse peu flatteuse. Il faut rappeler que Fermi était l’un des protagonistes du développement des armes nucléaires et qu’il croyait que l’humanité flirtait avec son autodestruction : le physicien, dans le paradoxe, voyait-il une réflexion sur notre avenir ? Quoi qu’il en soit, le doute subsiste.

On ne devrait pas être seuls, n’est-ce pas ?

La célèbre formule de Drake est une équation qui tente de calculer le nombre de civilisations intelligentes possibles dans notre galaxie. Les calculs tiennent compte de chiffres tels que le taux de formation des étoiles aptes à la vie, le nombre de planètes dans la zone habitable et des facteurs tels que “l’apparition de la vie” ou “l’apparition de la vie intelligente”.

Cette formule a été développée en 1960 par Frank Drake, président de l’institut SETI, et bien qu’en réalité ce ne soit rien de plus qu’un jeu spéculatif, parce que nous ne pouvons pas résoudre certaines des variables, c’est la première approximation théorique que nous avons pour calculer combien de voisins sont là.

Lorsque les premiers calculs ont été effectués en 1961 pour tester l’estimation, les données ont donné un total de dix civilisations détectables par an. Définitivement un chiffre trop optimiste. Avec quelques ajustements et de meilleures variables, obtenues au fil des ans, ce chiffre est passé de 10 à 0,0000000007, 0,0000000002 et 0,00000000008 civilisations détectables par an, chiffres beaucoup plus conformes à notre réalité.

En tout cas, c’est quand même très étrange que nous n’ayons rien vu ni personne. S’il s’agissait vraiment d’une civilisation technicisée et plus avancée que la nôtre, nous devrions être capables, à tout le moins, de détecter un signal (surtout dans l’infrarouge, par exemple, en raison de la chaleur qui s’échapperait de leurs appareils, ou par une sorte de message volontaire). Mais ce n’est pas comme ça, et nous n’en connaissons pas la raison. Bien que nous puissions imaginer pourquoi.

Le point culminant d’une civilisation et l’échelle de Kardashov

En 1964, Nikolaï Kardashov a proposé une classification quelque peu générale des civilisations. Une civilisation de type I serait capable d’exploiter toute l’énergie de sa planète natale. Nous serions, par exemple, une civilisation de type 0.7 (telle que calculée par Carl Sagan en 1973). Une civilisation de type II serait capable d’exploiter toute l’énergie provenant de son étoile natale. Le type III exploiterait toute l’énergie de la galaxie, dans sa totalité. Ce serait le maximum auquel on peut aspirer.

S’il y avait une civilisation de type II ou III dans notre galaxie, nous le saurions presque certainement. Au moins de type III. Le type II, bien que plus difficile, surtout s’il se trouve de l’autre côté de la galaxie, par exemple, ne pourrait pas passer inaperçu à jamais.

Nos sondes auraient dû détecter votre incroyable technologie à l’époque. En fait, selon les calculs de Drake, plusieurs civilisations de type II devraient exister dans notre galaxie. Par conséquent, la première explication est qu’il n’y a pas si avancé. Il est à espérer qu’une civilisation intelligente existe, mais si elle est située loin dans la Voie Lactée elle-même, il est facile de comprendre qu’on ne peut pas les contacter, mais que se serait-il passé si l’on était apparu dans une “maison” ? pourquoi n’avons-nous contacté personne ?

Raison numéro 1 : le Grand Filtre

Une réponse possible est une hypothèse appelée le Grand Filtre. Cela a été proposé en 1996 par Robin Hanson, un économiste qui a vu l’existence d’un événement évolutif qui empêche le progrès systématique prévu dans nos formules. Imaginez notre évolution, y compris l’évolution biologique, culturelle et technologique, comme une ligne continue où certains jalons se produisent.

Le progrès devrait être arrêté à l’une des étapes nécessaires pour devenir une civilisation de type II ou III. Nous sommes actuellement à une étape précédant la colonisation de l’espace. Gardons espoir et supposons qu’il y ait des voisins galactiques. Sont-ils dans la même situation ? Derrière peut-être ? Il est légitime de penser qu’ils n’ont pas beaucoup d’avance, sinon nous les aurions vus… Où fonctionne le Grand Filtre ?

On ne l’a pas encore dépensé.

Une hypothèse très probable est que le Grand Filtre est devant nous, quelque part avant l’exploration spatiale. Cela expliquerait pourquoi aucun type de colonisation n’est détecté dans notre galaxie, mais cela laisse penser qu’il y a d’autres voisins possibles, en attente.

Malgré tout, il s’agit d’une mauvaise nouvelle parce qu’elle impliquerait de nombreuses chances que nous n’en obtenions jamais plus. Le filtre, dans ce cas, pourrait être un épuisement irrémédiable des ressources, une guerre qui mettrait fin à la civilisation telle que nous la connaissons, une maladie…. En tout cas, ce serait un obstacle évolutif présent dans une civilisation avancée, mais pas au point de coloniser les étoiles.

Nous sommes spéciaux

Une autre possibilité est que nous sommes “les élus”, les seuls êtres vivants de l’entourage capables de surmonter ce Grand Filtre. Cela signifierait que nous sommes en passe de devenir les premiers habitants intergalactiques de la Voie Lactée. Dans un tel cas, le Grand Filtre serait derrière notre moment présent. C’est peut-être l’apparition de la vie, ou l’évolution de la vie intelligente et technifiée. On n’en sait rien.

Le fait est que si nous trouvions, par exemple, des restes de vie extraterrestre sous forme de micro-organismes, nous serions probablement devant l’indication que ce Grand Filtre est dans un moment entre notre moment et l’apparition des organismes. Ce serait un signe que c’est assez facile pour nous d’être seuls.

Raison numéro 2 : Les civilisations de type I et II sont très, très éloignées.

Imaginons qu’il existe des civilisations titanesques, beaucoup plus grandes qu’Asimov lui-même aurait pu l’imaginer dans Fondation. Pourquoi n’avons-nous rien vu d’eux ? Parce qu’ils sont ailleurs. Un autre endroit dans le temps et l’espace, inutile de dire. L’univers est gigantesque. La Voie lactée est brutalement grande et vieille.

Imaginez que oui, il y avait une civilisation intelligente qui a visité notre Terre il y a des milliards d’années. Ce serait impossible à savoir. Cette hypothèse est la préférée des défenseurs des anachronismes et des OVNIs. Mais en réalité, c’est comme si on n’avait jamais reçu de visite.

Par contre, si la civilisation était de type II, tirant profit de systèmes entiers, mais se trouvant à l’autre bout de la galaxie… il nous serait très difficile de la voir, sachant que notre capacité à recevoir des signaux est limitée à seulement 100 années-lumière d’ici. On pourrait en dire autant d’une civilisation de type III dans une autre galaxie que la nôtre, comment l’aurions-nous su ?

Raison numéro 3 : nous sommes les premiers

Une possibilité prometteuse explique pourquoi nous sommes parmi les premiers à avancer jusqu’à la conquête de l’espace. Dans un tel cas, ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un trouve nos signes ou que nous trouvions les leurs.

Peut-être vivons-nous à une époque d’établissement cosmologique qui permet l’émergence de nouvelles civilisations. Les milliards d’années précédentes n’ont peut-être servi qu’à façonner l’univers. Le moment est venu d’évoluer. C’est peut-être le cas.

Raison numéro 4 : Nous sommes entourés de signaux, mais nous sommes des catéchistes de l’espace.

Il se peut, et ce n’est pas déraisonnable, que notre environnement soit rempli de signes indiquant une vie extraterrestre intelligente, mais que nous ne puissions les voir. Peut-être que notre technologie n’est pas assez avancée ou que nous ne regardons pas les bons signaux.

Cela serait aussi lié au fait que personne ne remarque notre présence, de la même manière que nous ne remarquons pas les acariens qui vivent dans nos plantes ou les fourmis qui envahissent notre cuisine. Et ce n’est pas que c’est une comparaison intentionnelle.

Raison numéro 5 : La vérité est là et elle n’est pas bonne du tout.

Et si tous les conspirateurs d’OVNI avaient raison ? Ce n’est pas comme si nous avions été visités par une race extraterrestre qui veut rester anonyme. C’est très peu probable, pour ne pas dire impossible, compte tenu de notre caractère social et de la difficulté de maintenir une telle interaction.

Mais s’il y avait une civilisation qui veille à ce qu’aucune autre civilisation ne dépasse un certain niveau technologique, ou s’il s’agissait d’un super-prédateur à la recherche d’autres civilisations ? Il peut aussi y avoir une superculture qui nous observe, comme si nous étions des animaux dans un zoo, depuis son propre système solaire. Quoi qu’il en soit, ce sont les hypothèses les moins probables de toutes.

Raison numéro 7 : Bonus, tout est un mensonge

Et si l’univers était un hologramme, si nous étions dans une simulation virtuelle super avancée, si nous n’étions qu’une preuve scientifique (si ce mot a un sens) d’une gigantesque “ultra-civilisation” dont les dimensions ressemblent à ce que nous appelons habituellement Dieu ?

Cette idée a été magnifiquement explorée par Asimov dans plusieurs de ses nouvelles. Et le résultat est inquiétant. Dans de tels cas, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Bien que notre réalité soit un mensonge total, c’est la seule réalité que nous ayons, alors nous devrons nous y résoudre.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici