CNN poursuit Donald Trump pour avoir opposé son veto au journaliste Jim Acosta

Publié par Jerome le novembre 13, 2018 | Maj le novembre 13, 2018

Selon la chaîne de télévision, la Maison Blanche viole les premier et cinquième amendements à la Constitution américaine. En plus du président, d’autres représentants du gouvernement ont également été nommés dans la poursuite. Le retrait par la Maison-Blanche des pouvoirs du journaliste Jim Acosta de CNN, Jim Acosta, a donné lieu à une action en justice du réseau contre le président américain Donald Trump et certains de ses fonctionnaires.

Cnn poursuit la Maison Blanche

Acosta a eu un bref échange de mots avec Trump lors d’une conférence de presse tenue un jour après les élections de mi-mandat le 7 novembre. Après l’impasse, le chef de la Maison-Blanche a décrit Acosta comme une “personne grossière et terrible” et ses pouvoirs ont été retirés.

Les conseillers juridiques de CNN soutiennent que la Maison-Blanche a violé le premier amendement établi dans la Constitution et qu’elle défend la liberté d’expression. Il souligne également qu’il y a eu une violation de la Constitution qui établit un traitement équitable dans le cadre du processus judiciaire. En ce sens, les médias susmentionnés ont demandé dans le procès intenté devant la Cour de district des États-Unis à Washington, le retour des pouvoirs d’Acosta.

Dans l’action, outre le président Trump, le chef de cabinet John Kelly, la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Huckabee Sanders, le chef adjoint des communications Bill Shine, le directeur des services secrets Joseph Clancy et un agent des services secrets, initialement identifié par le pseudonyme John Doe.

“Bien que le procès soit spécifique à CNN et Acosta, cela aurait pu arriver à n’importe qui (…) S’il n’avait pas été contesté, les actions de la Maison Blanche auraient créé un dangereux effet de refroidissement pour tout journaliste couvrant nos élus”, a déclaré CNN.

Selon l’agence de presse Reuters, le procès indique que M. Trump a déclaré aux journalistes de la Maison-Blanche qu'” il pourrait y en avoir d’autres aussi “, en référence aux nouveaux journalistes qui se voient opposer leur veto.

Le gouvernement américain a rejeté l’action en justice

Après l’annonce de l’action judiciaire, la Maison-Blanche a publié une déclaration dans laquelle elle assure qu’elle se défendra et a déclaré que le réseau de nouvelles a d’autres journalistes accrédités pour couvrir le président Trump.

“50 journalistes de la chaîne d’information sont accrédités pour couvrir la résidence présidentielle et Acosta n’est ni plus ni moins spécial que n’importe quel autre journaliste”, a déclaré le communiqué.

D’autre part, en ce qui concerne la violation alléguée des amendements constitutionnels, le communiqué indiquait ce qui suit. “Le Premier Amendement ne s’applique pas lorsqu’un seul journaliste, sur plus de 150 présents, tente de monopoliser l’auditorium”, peut-on lire dans le communiqué.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *