Cinq et six ans de prison pour le couple qui a donné le nom d’Hitler à leur fils Adolf.

Publié par Simon Taquet le décembre 19, 2018 | Maj le décembre 19, 2018

Adam Thomas et Claudia Patatas, le couple britannique qui a baptisé leur bébé Adolf du nom d’Hitler, ont été condamnés ce mardi à six ans et demi et cinq ans de prison, respectivement, pour appartenance à un groupe terroriste.

Condamnés le mois dernier pour appartenance au National Action

Thomas, 22, et Patatas, 38, résidant tous deux dans la ville de Banbury, ont été condamnés le mois dernier pour appartenance au National Action, une organisation interdite en 2016.

Selon un procès devant un tribunal de Birmingham (centre de l’Angleterre), le couple a décidé de donner à leur fils le deuxième prénom Adolf parce qu’il ressentait de l'”admiration” pour Hitler.

Le juge Melbourne Inman a déclaré que les deux accusés avaient des idées “extrémistes”, tant dans “leurs opinions que dans leurs actions. “Vous avez agi ensemble dans tout ce que vous avez pensé, dit et fait, du nom donné à votre fils aux photos troublantes de votre fils entouré de symboles du nazisme et du Ku Kslux Klan “, a ajouté le magistrat en prononçant sa sentence.

Ku Klux Klan, une organisation pro-week

Thomas avait à la maison des photos de lui berçant son bébé tout en portant une capuche de Ku Klux Klan, une organisation pro-week qui s’était donnée comme objectif le procès de sept semaines.

National Action, fondée en 2013, a été interdite pour avoir célébré le meurtre du député travailliste britannique Jo Cox, qui a perdu la vie dans une attaque au couteau en juin 2016 par un homme qui a crié “Britain First”, quelques jours avant le référendum sur le séjour du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE).

Thomas, qui s’est vu refuser à deux reprises l’entrée dans l’armée britannique, était également en possession d’un manuel intitulé Anarchist’s Cookbook, qui contenait des instructions sur la fabrication de munitions explosives, selon les médias.

Selon les détails de l’essai, Thomas et Patatas ont discuté sur les réseaux sociaux des opérations de l’organisation proscrite.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *