L’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) fera le tout premier atterrissage sur le côté obscur de la Lune. Début janvier, le robot d’exploration Chang?e-4 devrait se trouver dans le cratère Von Kármán de 177 km de diamètre situé dans le bassin du pôle Sud-Aitken, un gigantesque cratère d’impact de 2 500 km de diamètre qui est le plus grand de la Lune. Toute cette zone est caractérisée par une composition différente de celle d’autres endroits en raison de la sortie de matériaux de l’intérieur du satellite vers la surface après l’impact qui a donné naissance à la formation.

Fournir des données précieuses

Cette région fascinante sur le plan scientifique pourrait fournir des données précieuses sur la formation et l’évolution de la Lune, puisque le manteau ?la région entre la surface et le noyau ? y est exposée , a déclaré Bernard Foing, directeur du Groupe lunaire international de l’Agence spatiale européenne (ESA), à ABC.

Pourquoi la face cachée est-elle différente ?

Selon cet expert, qui a collaboré à la mission de la CNSA, le Chang?e-4 aura pour principal objectif d’explorer une face cachée de la Lune qui “a une surface beaucoup plus ancienne que le côté proche et une croûte plus épaisse”, pour des raisons inconnues : “Cette dichotomie reste un mystère, mais les mesures géochimiques du Chang’ ; e-4 donnent peut-être des indices”.

Le róver, qui est maintenant en orbite autour de la Lune, est équipé de caméras, d’un radar pénétrant pour le sous-sol, capable de pénétrer à 100 mètres et de chercher des structures, et de deux spectromètres pour analyser la signature chimique du terrain. En outre, il étudiera les effets du vent solaire et simulera des observations radioastronomiques.

“La face cachée de la Lune, exempte de bruit radio terrestre, ouvre une toute nouvelle fenêtre pour la radioastronomie à très basse fréquence, qui est une promesse pour la cosmologie future et les observations astronomiques,” Foing dit.

Enfin, le Chang?e-4 transporte des œufs et des graines de vers à soie pour analyser leur développement dans la faible gravité du satellite.

Une étape dans une campagne majeure

L’expert de l’ESA a considéré que “la mission Chang?e-4 fera progresser la maturité technique des futurs atterrissages robotisés et humains”. En effet, les futures technologies d’atterrissage seront validées, les opérations robotiques et les communications complexes sur la face cachée de la lune seront améliorées.

Ceci est pertinent car l’atterrissage sur la lune Chang?e-4 n’est que l’étape la plus immédiate dans une campagne ambitieuse dans laquelle les chinois entendent installer une base robotique au pôle Sud de la lune. Alors que la Chine prépare des missions Change-5 et 6 pour apporter des échantillons du satellite, dès 2019, il y aura plusieurs autres alunissages. Deux missions d’atterrissage sont prévues, l’une conduite par le gouvernement indien et l’autre par la société israélienne SpaceIL. En parallèle, selon Foing, des progrès sont réalisés dans le “développement de fusées sûres et abordables, d’infrastructures de soutien, d’atterrissage de plus gros engins spatiaux, de systèmes de survie et d’association de robots et d’humains, de systèmes de survie, de systèmes de survie, d’utilisation des ressources locales (comme le sol polaire et la glace) et de participation de multiples utilisateurs pour une présence permanente et durable de l’humanité sur la lune. En outre, des travaux sont déjà en cours à l’échelle internationale sur une station spatiale permanente en orbite lunaire.

Le pôle sud du satellite, à 1 500 kilomètres de l’atterrissage du Change-4, sera d’une importance fondamentale. Ce sera l’un des domaines d’intérêt particulier en raison de la présence d’eau glacée, qui pourrait être utilisée par les astronautes ou même comme source de carburant pour les fusées.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici