La Chine ne supporte plus les blagues sur Winnie l’ourson et interdit la sortie de son prochain film

Publié par emma le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

Winnie l’ourson est le principal ennemi animé du gouvernement chinois. Cela, qui peut sembler exagéré, n’est pas le cas. L’image populaire d’une rencontre entre le dirigeant chinois et Obama en 2013 a circulé comme un mème, car la position des deux politiciens ressemblait à celle des personnages de la série des ours dans un dessin animé de leur série pour enfants. Depuis lors, tout ce qui a trait à ce travail a été censuré, notamment sur Weibo, le Facebook chinois, et WeChat, son WhatsApp. Malgré les tentatives de bloquer la comparaison (ou tout simplement la même chose d’ailleurs), la plaisanterie s’est déjà répandue à toute la population, et de nouveaux mèmes de Xi l’ourson apparaissent de temps à autre.

The Opposing Bear : Christopher Robin est le film de Disney récemment sorti, mettant en vedette Winnie l’ourson de CGI. Cette revitalisation de la franchise promettait d’être l’un des monstres au box-office du géant du divertissement, mais la Chine a bloqué son exposition. Selon le Hollywood Reporter, aucune raison publique spécifique n’a été donnée pour son absence des panneaux publicitaires. S’il est vrai que la Chine a un filtre très limité de 34 sorties étrangères par an, les films de Disney ont tendance à passer presque inévitablement cette coupe. Cela n’a pas été le cas.

John Oliver : Afin de renforcer l’idée de persécution par l’Etat des amis de la forêt des Cent acres, la Chine a également bloqué pendant deux semaines des commentaires sur les réseaux sociaux en référence à l’émission Last Week Tonight et l’accès au site web du réseau HBO juste après la diffusion d’une émission du célèbre showman britannique dans laquelle il a fait une revue spéciale des nouvelles politiques répressives du pays ? et oui, on plaisante sur l’obsession de Xi Jinping à l’encontre du petit bonachon qui adore le miel.

Chine plus totalitaire : ces derniers temps, les pouvoirs du dirigeant chinois se sont multipliés, entre autres, celui de pouvoir conserver à vie la position de dirigeant du parti unique, ce qui rend le gouvernement plus personnaliste, ce qui exige (même si ce doit être par la force) un culte du grand dirigeant pour le reste de la population, comme nous l’avons déjà vu dans les autres États communistes en faillite. Par conséquent, tout symbole possible de rébellion ou de moquerie du système doit être sévèrement puni, que ce soit Winnie l’ourson ou Peppa Pig.

Le film est mauvais, ce sont les textures détaillées de l’ours en peluche et de ses animaux, ces petits boutons cousus dans un noir insurmontable qui font les yeux, le regard innocent d’une créature qui, malgré toute logique, est vivante ? Au moins, les Chinois ne feront pas de cauchemars sur un monde fantastique dans lequel un côté sinistre est toujours sur le point d’exploser, comme c’est le cas pour de nombreux autres spectateurs.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *