La Chine et le Japon se réconcilient pour faire face à la guerre commerciale de Trump

Publié par Jerome le octobre 26, 2018 | Maj le octobre 26, 2018

La Chine et le Japon, laissant derrière eux leur inimitié historique, se sont réconciliés ce vendredi lors de la visite du Premier ministre Shinzo Abe à Pékin, la première visite officielle d’un dirigeant japonais dans ce pays depuis 2011. Au beau milieu d’une guerre commerciale avec les États-Unis à propos des droits de douane imposés par Donald Trump, Tokyo et Pékin ont “oublié” – quoique temporairement – leurs tensions passées afin de renforcer leurs relations économiques et de surmonter ainsi la tempête. Un “tournant historique” que le “premier ministre” Abe a scellé avec son homologue chinois, Li Keqiang, en parrainant la signature de 500 accords commerciaux pour un montant de 18 milliards de dollars (15 850 millions d’euros), selon l’agence Reuters. Parmi ceux-ci figure un échange de devises entre leurs banques centrales respectives afin de renforcer la stabilité financière et d’encourager le commerce bilatéral.

LA Chine et le Japon enfin ami !

“Nous estimons tous deux qu’il est dans notre intérêt mutuel de maintenir une relation durable et stable entre la Chine et le Japon, ce qui sera également bénéfique pour la région “, a annoncé le Premier ministre Li Keqiang. Tentant de surmonter les crises diplomatiques des années précédentes, notamment sur la revendication chinoise des îles Senkaku (Diaoyu en mandarin), il a déclaré que ” nous avons convenu de ne pas nous menacer ou nous attaquer mutuellement. Nous devons trouver des moyens constructifs d’éliminer toute forme de friction entre les deux pays “, écrit le South China Morning Post.

Pour sa part, Shinzo Abe, qui est venu à Pékin accompagné de 500 grands hommes d’affaires, a souligné que ” de la concurrence à la coexistence, les relations bilatérales entre le Japon et la Chine sont entrées dans une nouvelle phase “. Selon lui, ” nos deux pays ont une grande responsabilité dans la réalisation de la paix et de la stabilité dans la région “.

À cette fin, Abe et Li se sont engagés non seulement à renforcer leurs relations économiques, mais aussi à soutenir un désarmement nucléaire ouvert en Corée du Nord après le sommet de son chef de guerre, Kim Jong-un, avec le président Trump. Face à leur politique commerciale agressive, qui les a amenés à imposer des droits de douane sur l’aluminium et l’acier de leur allié japonais et à lancer une guerre commerciale contre la Chine, les deux premiers ministres ont convenu de renforcer leurs liens économiques. La Chine est déjà le deuxième partenaire commercial du Japon, avec des échanges commerciaux atteignant 300 milliards de dollars (264 milliards d’euros) l’an dernier. La preuve en est que 30 000 entreprises japonaises opèrent sur ce gigantesque marché, où elles ont investi plus de 100 milliards de dollars (88 milliards d’euros).

Afin d’approfondir encore leurs relations économiques et d’affronter ainsi le protectionnisme de Trump, Abe et Li se sont engagés à promouvoir les deux projets de libre-échange qu’ils négocient depuis des années : l’un qui inclut la Corée du Sud et l’autre qui réunit les dix membres de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et six autres pays : Chine, Japon, Australie, Inde, Nouvelle-Zélande et Corée du Sud aussi.

Les Nouvelles Routes de la Soie.

Alors que le régime de Pékin cherche à indemniser le Japon pour les dommages économiques causés par la guerre commerciale avec les Etats-Unis, qui ralentit déjà sa croissance, Tokyo aspire à rejoindre le chariot des investissements chinois à travers le monde. Parmi elles, ses constructions au sein des “Nouvelles Routes de la Soie”, appelées “A Strip, A Route” par la propagande, se distinguent. À cette fin, Abe a participé à un forum sur les infrastructures à l’Université de Beijing après sa rencontre avec Li Keqiang, et avant d’assister à un dîner de gala avec le président chinois Xi Jinping.

Lors de leur rencontre en novembre 2014 au sommet du Forum de coopération Asie-Pacifique (APEC) à Pékin, leur poignée de main a été l’une des plus froides de l’histoire et a révélé les tensions entre leurs pays. Deux ans plus tôt, Abe avait nationalisé les îles Senkaku, revendiquées par la Chine sous le nom de Diaoyu, et à Noël 2013, il avait visité le sanctuaire controversé de Yasukuni, où les âmes des soldats tués au service du Japon sont vénérées. Un pèlerinage qui révolte ses voisins, car parmi eux se trouvent 14 criminels de guerre condamnés par le Tribunal international de Tokyo pour leur occupation sanglante de la Chine et d’une grande partie de l’Asie entre 1931 et 1945.

Fermant momentanément ces blessures du passé, que la propagande et la télévision de la Chine ont cessé de se rappeler de se concentrer maintenant sur les critiques aux USA, le président Xi Jinping essaie d’ouvrir un nouveau chapitre avec Abe pour améliorer les relations commerciales et diplomatiques avec le Japon. Au moins jusqu’à la fin de la guerre commerciale.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *