La Chine critique le retrait de Trump du traité nucléaire

Publié par Jerome le octobre 23, 2018 | Maj le octobre 23, 2018

En pleine guerre commerciale, le président Trump a ouvert un autre front avec la Chine en annonçant son intention de se retirer du traité de 1987 que les États-Unis avaient signé avec l’ex-Union soviétique pour éliminer et interdire les missiles nucléaires à portée intermédiaire. Bien que la Maison-Blanche justifie cette décision controversée en affirmant que Moscou viole l’accord depuis des années, il semble que son objectif ne soit pas le Kremlin, mais le régime autoritaire de Beijing.

Un retrait contesté même en Chine

Dans le cadre de sa montée en puissance grâce à sa croissance économique, la Chine a développé ses propres missiles nucléaires à moyenne portée pour contester l’hégémonie américaine dans l’océan Pacifique, ou du moins ne pas être à la merci de ses porte-avions. Son arsenal pointe vers ce que l’on appelle la “première et la deuxième chaîne d’îles”. Alors que le premier est composé du Japon, de Taiwan et des Philippines (tous alliés des Etats-Unis), le second atteindrait la base militaire de Guam, où Washington a l’une de ses plus importantes bases dans le Pacifique.

Face à ces projectiles, communément appelés ” porte-avions tueurs “, la Maison-Blanche ne peut rien faire car ses mains sont liées en vertu de son traité avec Moscou il y a trois décennies, par lequel les deux parties ont renoncé à leurs milliers de navires balistiques et de croisière d’un rayon compris entre 500 et 5 500 kilomètres. Comme la Chine n’est pas soumise à cette restriction, Trump cherche maintenant à annuler l’accord avec la Russie pour se doter de roquettes intermédiaires afin de faire face à une hypothétique menace chinoise.

“Je tiens à souligner qu’il est totalement faux d’utiliser la Chine comme excuse pour se retirer du traité “, a critiqué hier la porte-parole des Affaires étrangères Hua Chunying, selon Bloomberg. Espérant que les deux pays “conserveront pendant des années leurs acquis durement acquis” et qu’ils “traiteront prudemment et par le dialogue les questions liées aux traités”, il a recommandé à Trump de “réfléchir à deux fois” avant de rompre l’accord.

Naturellement, Pékin craint que le président américain ne s’équipe à nouveau de missiles nucléaires intermédiaires – ce qui constituerait une grave menace – ou qu’il ne se libère du veto mis en place depuis 1987 pour faire pression en faveur d’un nouveau traité qui inclut non seulement la Russie, mais également la Chine. Dans l’attente d’une telle éventualité et forcé d’abandonner ses missiles intermédiaires, le régime communiste développe le H-20 depuis des années. C’est ainsi que son bombardier radar invisible est connu, capable de voler entre 8 000 et 12 000 kilomètres pour larguer un engin nucléaire sur des porte-avions américains. Un tel appareil, encore en phase d’essai, remplirait les mêmes fonctions destructrices que ses missiles à moyenne portée.

Alors que les tensions entre Washington et Moscou s’aggravent, le président chinois Xi Jinping s’est rendu hier dans la province industrielle méridionale de Canton (Guangdong), siège de “l’usine mondiale”, pour encourager les travailleurs et promouvoir de nouveaux projets technologiques. Ignorant le ralentissement de l’économie dû à la guerre commerciale, Xi a inauguré aujourd’hui mardi le plus long pont du monde, qui relie sur la mer les 55 kilomètres qui séparent Hong Kong de Macao.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *