Le chef d’Interpol disparu “fait l’objet d’une enquête” en Chine

Publié par Jerome le octobre 6, 2018 | Maj le octobre 6, 2018

Le Président d’Interpol, Meng Hongwei, dont la famille a signalé la disparition après son voyage en Chine le 29 septembre, fait “l’objet d’une enquête” en Chine, selon le quotidien indépendant South China Morning Post publié vendredi.

La chine détient le chef d’Interpol

Selon une source non identifiée citée dans ce journal de Hong Kong, Meng fait l’objet d’une enquête en Chine, même si ” on ne sait pas très bien ” pourquoi et où il serait détenu. Il a été emmené par les autorités disciplinaires du Parti communiste pour être interrogé “dès son arrivée en Chine” la semaine dernière, rapporte ce journal.

La police française a ouvert une enquête sur sa disparition vendredi après son départ de Lyon (Est de la France), siège de l’organisation policière internationale, le 29 septembre, et selon la radio Europe 1, son épouse est allée voir la police parce qu’elle n’avait pas eu de ses nouvelles depuis son départ. C’est après l’interrogatoire de l’épouse que les autorités ont décidé d’ouvrir une enquête pour disparition inquiétante.

Interpol a reconnu vendredi qu’il est au courant des informations faisant état de la disparition présumée de Meng et qu’il s’agit d’une affaire qui, selon le journal, relève “des autorités françaises et chinoises”. Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a jusqu’à présent pas répondu aux questions d’Efe à ce sujet.

Meng, 64 ans, était secrétaire adjoint à la sécurité de la Chine lorsqu’il a été élu à la tête d’Interpol en novembre 2016, en remplacement de la Française Mireille Ballestrazzi, pour un mandat de quatre ans. Considéré comme un poids lourd du Parti communiste chinois, sa nomination a créé un grand malaise parmi les organisations de défense des droits de l’homme, qui estiment que Pékin utilise Interpol pour persécuter les opposants au régime.

Cette organisation, qui est composée de 192 pays et coordonne l’action policière internationale, a ensuite assuré que le président ne s’occupe pas de la direction opérationnelle de l’organisation, qui relève du secrétaire général, puisque actuellement occupe le stock allemand Jürgen. L’article 3 de ses statuts interdit toute ingérence dans les affaires politiques.

Interpol possède sept bureaux régionaux dans le monde, ainsi que des représentations dans tous les pays membres, en plus de celles auprès de l’ONU à New York et de l’Union européenne à Bruxelles.

Le Président d’Interpol, comme tous les autres membres du Comité exécutif, est élu par l’Assemblée générale de l’Organisation, à laquelle tous les États membres sont représentés. Ses fonctions consistent essentiellement à mettre en œuvre les orientations décidées par ces pays et à superviser le travail du Secrétaire Général.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *