Le chef de Scotland Yard prévient qu’un Brexit sans accord compromet la sécurité nationale

Publié par Simon Taquet le décembre 28, 2018 | Maj le décembre 28, 2018

Le commissaire le plus important du pays a souligné, dans des déclarations à la BBC, que l’absence de pacte pourrait menacer l’accès à la vaste base de données de l’UE sur les criminels, rendant plus difficile l’extradition des criminels des pays de l’UE. Selon Dick, le MET est en contact avec les forces de police d’autres pays européens au sujet d’éventuels plans d’urgence qui pourraient être mis en place en l’absence d’accord.

La Chambre des communes

En janvier prochain, la Chambre des communes votera sur le texte négocié entre le gouvernement de Theresa May et l’UE, mais les députés de différents partis ont proposé jusqu’à présent de voter contre, rendant plus probable le fait que le Royaume-Uni quitte le club européen sans un accord le 29 mars 2019.

En dehors d’Europol

Après Brexit, le Royaume-Uni cessera d’être membre des forces de police d’Europol et ne sera pas non plus membre du mandat d’arrêt européen, ce qui permettra aux pays de l’UE d’extrader rapidement les personnes soupçonnées d’infractions. Nous allons devoir remplacer certaines des choses que nous utilisons actuellement en ce qui concerne l’accès aux bases de données, la façon dont nous arrêtons et arrêtons rapidement les gens, ce genre de choses , a expliqué le commissaire. Ce remplacement ” sera sans aucun doute plus coûteux, sans aucun doute plus lent et, peut-être, mettra le public en danger, a-t-il ajouté.

Le gouvernement britannique a donné aux ministères la “priorité opérationnelle” de préparer des plans d’urgence au cas où le Royaume-Uni quitterait finalement le bloc européen sans accord. De nombreux eurodéputés britanniques ont exprimé leur opposition à la sauvegarde incluse dans le document de sortie de l’UE, visant à éviter une frontière physique entre les deux Irlandais.

Cette garantie prévoit que le Royaume-Uni restera dans l’union douanière et que l’Irlande du Nord sera également alignée sur certaines règles du marché unique jusqu’à ce qu’une nouvelle relation commerciale soit établie entre Londres et Bruxelles, négociée pendant la période transitoire, entre le 29 mars 2019 et la fin 2020.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *