Charles Aznavour, le dernier romantique de la chanson française

Publié par Jerome le octobre 6, 2018 | Maj le octobre 6, 2018

En avril de la même année, peu avant de franchir une nouvelle barrière et de se tenir debout dans le 94, Charles Aznavour apparaît boiteux sur la scène du Gran Teatre del Liceu à Barcelone et traîne une pince musculaire. “Aujourd’hui, j’avais deux options : ne pas chanter ou mourir sur scène”, a-t-il déclaré peu de temps après être sorti des projecteurs. “Pour vous, ce serait quelque chose à retenir : “nous l’avons vu mourir en direct”, ajoute-t-il avec dérision en fouillant dans les entrailles “Les émigrants” à la recherche de cette voix fragile et cassante dans les sillons de laquelle se niche l’histoire de la chanson française.

Finalement, entre ne pas chanter ou mourir sur scène, Aznavour opte pour une troisième option : s’appuyer sur un tabouret et continuer à nourrir une légende qui, pendant des décennies, n’a rien fait pour se débarrasser de toute menace de retraite. C’est ainsi qu’en 1999, alors qu’il avait encore une douzaine d’albums à éditer, un promoteur malin a déjà commencé à annoncer ses concerts avec l’appel juteux des concerts d’adieu : Farewell Aznavour ? C’est pas possible.

“La retraite est l’antichambre de la mort”, a-t-il déclaré catégoriquement en 2014, à peine sorti sa sixième décennie de carrière, quelques minutes avant de se produire pour la première fois au Liceu de Barcelone. “Rétrospectivement, cela ne mène nulle part, c’est futile “, a-t-il ajouté quelques années plus tard. A cette époque, Aznavour avait déjà commencé à donner les disques d’or qui ornent les murs de sa maison en Provence française et, malgré les maux et les sonotones, il essayait de garder sa routine d’une chanson par jour. Ou alors, au moins quelques versets. Ou des répliques comme celles qu’il a commencé à écrire pour Edith Piaf, la rampe de lancement qui allait le propulser vers la célébrité.

“Il faut entraîner ce muscle qu’est le cerveau”, a-t-il toujours défendu lorsqu’un compositeur avait la chance de voir dans le travail à la pièce un moyen de compenser son abandon scolaire prématuré. Alors si Aznavour était bohème et romantique dans ses chansons, dès qu’il est entré dans son bureau, il est devenu un travailleur infatigable à qui les chansons ont échappé par une poignée… Il y a “Emmenez-moi”, “Que c’est triste Venise”, “For me formidable” et “Comme ils disent”. Et aussi “La mamma” et “Désormais”. Et, bien sûr, cette “Elle” qu’Elvis Costello a transformée en un monument de beauté volée. Des chansons qu’il a écrites à des milliers de personnes alors qu’en réalité elles étaient toutes toujours les mêmes. “Il faut du talent pour que les gens s’en rendent compte, plaisante-t-il.

Ainsi, entre les chansons et presque avec ses bottes -il avait une nouvelle tournée en France au coin de la rue-, Aznavour n’a pas seulement porté jusqu’au bout sa fidélité à la scène, mais il l’a fait en améliorant les marques qui à son époque ont fait d’autres vétérans de la longue distance comme Henri Salvador, Juliette Gréco ou son maître bien aimé Charles Trenet. Un panthéon très complet de la chanson française à laquelle Aznavour, avec un plus d’ancienneté et autant de longévité, devient maintenant le dernier représentant d’une espèce en voie d’extinction : le dernier romantique de la chanson chaude et réconfortante.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *