Et si c’était nous qui avions tué la vie sur la planète Mars ?

Publié par Jerome le novembre 14, 2018 | Maj le novembre 14, 2018

L’endroit le plus proche dans l’univers où la vie extraterrestre pourrait exister est Mars, et les humains sont prêts à essayer de coloniser ce voisin planétaire dans la prochaine décennie. Cependant, avant que cela ne se produise, nous devons savoir qu’il existe une possibilité très réelle que les premiers pas humains sur la surface martienne produisent une collision entre la vie terrestre et le biote autochtone de Mars.

Si la planète rouge est stérile, la présence humaine ne poserait aucun dilemme moral ou éthique dans ce domaine. Mais s’il y avait de la vie sur Mars, il y aurait aussi la possibilité que des explorateurs humains puissent facilement causer l’extinction de toute forme d’activité. En tant qu’astronome explorant ces questions dans mon livre Life on Mars : What to Know Before You Go, je soutiens que nous, Terriens, devrions connaître ce scénario possible et débattre à l’avance des conséquences potentielles de la colonisation de la planète voisine. Peut-être que les missions qui amèneraient des humains sur Mars nécessiteraient un certain temps d’attente.

Où il pourrait y avoir de la vie

Selon les scientifiques, la vie a des besoins fondamentaux. Il pourrait exister n’importe où dans l’univers où il y a de l’eau liquide, une source de chaleur et d’énergie et des quantités abondantes de quelques éléments essentiels, comme le carbone, l’hydrogène, l’oxygène, l’azote et le potassium. Mars répond à ces exigences, tout comme au moins deux autres endroits de notre système solaire : l’Europe, l’une des grandes lunes de Jupiter, et Encelade, l’une des grandes lunes de Saturne, semblent posséder ces conditions préalables à la biologie autochtone.

Je crois que la façon dont les scientifiques ont planifié les missions d’exploration de ces deux lunes fournit de précieux renseignements de base lorsqu’ils examinent comment explorer Mars sans risquer de la contaminer.

Sous les épaisses nappes glaciaires de surface, l’Europe et Encelade abritent des océans dans lesquels, après quatre milliards et demi d’années de “soupe primitive”, la vie a pu se développer et s’enraciner. Les engins spatiaux de la NASA ont même capturé des images spectaculaires de geysers expulsant dans l’espace des colonnes d’eau de ces océans souterrains.

Pour savoir s’il y a de la vie sur l’une ou l’autre de ces deux lunes, les scientifiques planétaires développent activement la mission “Europe Clipper” à lancer dans la décennie 2020-2030. Ils espèrent pouvoir planifier de futures missions à Encelade.

Attention à ne pas contaminer Mars

Depuis le début de l’ère spatiale, les scientifiques ont pris au sérieux la menace de contamination biologique humaine : en 1959, la NASA avait déjà organisé des réunions pour discuter de la nécessité de stériliser les engins spatiaux qui pourraient être envoyés dans d’autres mondes. Depuis, toutes les missions d’exploration planétaire ont été soumises à des normes de stérilisation afin d’équilibrer leurs objectifs scientifiques avec les limites de ne pas endommager les équipements sensibles, ce qui pourrait entraîner un risque potentiel d’échec de mission. Il existe actuellement des protocoles de la NASA pour la protection de tous les corps du système solaire, y compris Mars.

C’est précisément parce que la prévention de la pollution biologique de l’Europe et d’Encelade est une exigence hautement prioritaire et extrêmement bien comprise de toutes les missions envoyées dans les environnements de Jupiter et de Saturne que les lunes de ces deux planètes restent intactes.

La mission Galileo de la NASA a exploré Jupiter et ses lunes de 1995 à 2003. Compte tenu de l’orbite de “Galilée”, il était possible que le vaisseau spatial, une fois sorti de l’hélice de la fusée et soumis à l’attraction gravitationnelle de Jupiter et de ses nombreuses lunes, puisse un jour entrer en collision avec l’Europe et la polluer.

Une telle collision peut ne pas se produire avant plusieurs millions d’années. Cependant, même si le risque n’était pas très élevé, il était réel. La NASA a porté une attention particulière aux directives du Comité pour l’exploration planétaire et lunaire des académies nationales, qui indiquaient de sérieuses objections nationales et internationales à un éventuel déversement accidentel de l’engin spatial “Galileo” sur la lune en Europe.

Afin d’éliminer complètement un tel risque, le 21 septembre 2003, la NASA a utilisé le dernier petit reste de carburant restant sur le vaisseau spatial pour le lancer dans l’atmosphère de Jupiter. À une vitesse de plus de quarante-huit kilomètres par seconde, “Galileo” s’est évaporé en quelques secondes.

Quatorze ans plus tard, la NASA a répété ce scénario de protection : la mission “Cassini” a orbité et étudié Saturne et ses lunes de 2004 à 2017, et le 15 septembre dernier, alors qu’il restait peu de carburant et suivant les instructions de la NASA, les opérateurs “Cassini” ont volontairement lancé le vaisseau spatial dans l’atmosphère de Saturne où il s’est désintégré.

Mais qu’en est-il de Mars ?

Mars est la cible de sept missions actives, dont deux véhicules d’exploration, le Opportunity et le Curiosity. De plus, le 26 novembre, la mission InSight de la NASA doit atterrir sur Mars, où elle prendra des mesures de la structure interne de la planète rouge. Puis, avec des lancements prévus pour 2020, le véhicule d’exploration “ExoMars” de l’ESA et le “Mars 2020” de la NASA sont tous deux destinés à chercher des preuves de vie.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *