Ces applications Android partagent vos données avec Facebook (même si vous n’avez pas de compte réseau social).

Publié par Simon Taquet le janvier 5, 2019 | Maj le mars 23, 2019

Spotify, Trip Advisor, Duolingo, Kayak ou Shazam. Si certaines de ces applications sont installées sur votre mobile, faites très attention. Selon un rapport “How Apps on Android Share Data with Facebook de l’ONG britannique Privacy International, ces applications transfèrent les données personnelles des utilisateurs à la société présidée par Mark Zuckerberg, que vous ayez ou non un compte sur Facebook, utilisez-le ou faites-en beaucoup que vous ne saisissez pas.

Le réseau social

Le réseau social suit régulièrement les utilisateurs, les non-utilisateurs et les utilisateurs déconnectés en dehors de sa plate-forme grâce à ses outils commerciaux, conclut l’étude après analyse des données de 34 applications Android, avec une base d’installation de 10 à 500 millions, entre août et décembre 2018.

Pour comprendre comment les données des utilisateurs sont partagées, le rapport a analysé l’activité des développeurs d’applications, qui partagent des données avec le réseau social via le kit de développement logiciel Facebook (SDK), un ensemble d’outils qui aident les développeurs à créer des applications pour un système d’exploitation spécifique (Android, dans ce cas).

Nous avons constaté que 61% au moins des applications que l’on test les données transfert à Facebook au moment où un utilisateur ouvre une application”, dit l’ONG. En général, les applications qui transmettent automatiquement des données à Facebook partagent ces informations avec un identifiant unique : le Google Advertising ID (AAID) pour “permettre aux annonceurs de lier les données sur le comportement des utilisateurs des différentes applications et la navigation sur le Web à un profil complet. Ainsi, en combinant les données, “ils peuvent brosser un tableau détaillé et intime des activités, des intérêts, des comportements et des routines des gens, dont certains peuvent révéler des données de catégories particulières, y compris des informations sur la santé ou la religion des gens”. Privacy International illustre comment une personne avec l’application Qibla Connect (prière musulmane), Period Tracker Clue (un outil de suivi de période), Indeed (une application de recherche d’emploi) et My Talking Tom (une application pour enfants) installée sur leur terminal permet à Facebook de profiler cet utilisateur : une femme, un musulman et une mère à la recherche de travail.

Nous constatons aussi que certaines applications envoient régulièrement à Facebook des données extrêmement détaillées et parfois sensibles ajoute l’ONG. Il s’agit “des données des personnes qui sont déconnectées de Facebook ou qui n’ont pas de compte”, ajoute-t-il. C’est le cas de l’application Kayak, recherche de voyages et comparaison de prix, “qui envoie des informations détaillées sur les recherches de vols à Facebook, notamment : ville de départ, aéroport de départ, date de départ, ville d’arrivée, aéroport d’arrivée, date d’arrivée, date d’arrivée, nombre de billets (dont nombre d’enfants) et type de billet.

Une autre conclusion sérieuse de Privacy International est que, bien que la politique de confidentialité de Facebook expose deux façons dont les utilisateurs non titulaires d’un compte peuvent contrôler l’utilisation des cookies par Facebook pour envoyer de la publicité ciblée, l’agence déclare qu’après les avoir testés, “ils n’ont pas eu d’impact notable sur l’échange de données que nous avons décrit dans ce rapport.

Voici les applications que Privacy International prétend partager avec Facebook :

  • 1. MyFitnessPal (compteur de calories)
  • 2. Duolingo (langues)
  • 3. En effet (recherche d’emploi)
  • 4. Localisateur de famille et mobile
  • 5. Fréquence cardiaque – Moniteur de pouls
  • 6. KAYAK
  • 7. Bible du roi Jacques (KJV) Libre (Bible)
  • 8. Muslim Pro – Heures de prière, Athan, Coran et Quibla
  • 9. My Talking Tom (jeu d’animaux de compagnie virtuel)
  • 10. calendrier des menstruations et de l’ovulation
  • 11. trouver l’adresse Qibla
  • 12. shazam (pour identifier la musique)
  • 13. Skyscanner ? Vols, hôtels et voitures
  • 14. Spotify : musique et podcasts
  • 15. Time – The Weather Channel
  • 17. TripAdvisor : hôtels, restaurants, vols
  • 18. VK (réseau social)
  • 19. Yelp (guide)
  • 20. Salatuk (Heure de la prière) (indique l’heure de la prière, les mosquées les plus proches et l’adresse de la Qibla)

Réponse des

concernés Après l’étude, les entreprises concernées elles-mêmes n’ont pas mis longtemps à réagir. Skyscanner, par exemple, lorsqu’il était impliqué, a lancé une mise à jour de l'”application” qui va “arrêter la transmission” des données. “En conséquence, nous allons auditer tout notre suivi des consentements et nous nous engageons à apporter les changements nécessaires pour nous assurer que le droit à la vie privée des voyageurs est pleinement respecté “, dit-il.

” Spotify s’engage à la transparence et à l’équité “, déclare l’entreprise. “Nous travaillons à évaluer les conclusions techniques de Privacy International. Nous évaluerons également si des changements doivent être apportés à l’intégration de Facebook “.

Cette recherche a sa raison d’être à un moment où Facebook traverse sa pire crise à la suite du scandale de Cambridge Analytica en 2018. C’est à ce moment-là que les États-Unis et l’Europe se sont interrogés sur le suivi de Facebook. “Pour ces raisons, nous soulevons dans ce rapport des questions sur la transparence et l’utilisation des données d’application que nous jugeons opportunes et importantes “, déclare Privacy International.

Une fois de plus, l’entreprise présidée par Mark Zuckerberg passerait outre le Règlement général de l’UE sur la protection des données (GDPR), entré en vigueur en 2018.

Facebook se défend et confie la responsabilité exclusive des développeurs d’applications qui doivent garantir leur droit légitime à collecter, utiliser et partager les données. Cependant, les outils Facebook ne laissent pas toujours la place aux développeurs et transmettent automatiquement les données, selon l’ONG.

Des recherches antérieures ont montré “comment 42,55 % des applications gratuites sur Google Play partagent des données avec Facebook, ce qui fait du réseau social le deuxième plus grand réseau social après Google”, explique l’ONG.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *