Les cerveaux masculin et féminin sont différents.

Publié par Jerome le novembre 14, 2018 | Maj le novembre 14, 2018

Peu de choses peuvent être aussi controversées et truffées de clichés, de préjugés et de sexisme qu’une conversation sur les différences entre le cerveau masculin et féminin. Beaucoup d’études qui parviennent à des conclusions telles que le fait qu’ils sont meilleurs pour faire plusieurs choses à la fois (ce qu’on appelle le multitâche) ou qu’ils sont imbattables pour lire des cartes sont basées sur un petit échantillon, qui peut être influencé par la chance. À d’autres moments, les interprétations risquent d’être biaisées par les propres croyances et stéréotypes des scientifiques. Après tout, ils sont humains aussi. Et bien que l’étude soit parfaite, ces variations entre les sexes ne sont que des statistiques, une moyenne, ce qui signifie, par exemple, que la différence de capacité mathématique entre deux femmes peut être beaucoup plus grande que la différence entre une femme et un homme.

Des cerveaux différents selon le sexe

Dans cette optique, de nouvelles recherches publiées dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) mettent en évidence ce qui distingue les deux sexes, par opposition à d’autres travaux. L’étude, la plus importante du genre jamais réalisée, a utilisé des données provenant de près de 700 000 personnes au Royaume-Uni, dont plus de 36 000 personnes autistes, qui ont répondu à un sondage en ligne mené par Simon Baron Cohen du Cambridge Autism Research Centre, entre autres, pour le documentaire “Are you autistic” de Channel 4, et semble confirmer deux théories psychologiques controversées proposées par ce chercheur il y a deux décennies. Premièrement, les femmes sont plus empathiques alors qu’elles sont meilleures dans la systématisation, c’est-à-dire la classification, l’analyse ou la construction des règles du monde. Deuxièmement, les troubles du spectre autistique sont le résultat d’un cerveau masculin poussé à l’extrême.

L’empathie est l’impulsion de reconnaître l’état d’esprit d’une autre personne et d’y répondre avec une émotion appropriée. C’est ce qui nous fait écouter un ami en détresse, nous met en contact avec lui, nous met à sa place et lui donne l’aide dont il a besoin (ce qui ne doit pas nécessairement être, et n’est généralement pas, la solution à ses problèmes). Il s’avère que, selon le rapport, c’est quelque chose que les femmes font mieux. Cependant, les hommes ont l’habitude de systématiser, d’analyser ou de construire un système, tout ce qui suit des règles ou des modèles.

Dans le cadre de l’étude, les participants ont reçu ce que les auteurs ont appelé des “d-scores. Un score élevé signifie que la capacité d’une personne à systématiser est supérieure à son empathie. Et un faible score signifie que votre empathie est supérieure à votre systématisation.

Eh bien, les chercheurs ont constaté que les mâles typiques avaient des scores D plus élevés, contrairement aux femelles typiques, qui avaient des scores D plus faibles. Et les personnes atteintes d’autisme, quel que soit leur sexe, étaient même plus nombreuses que les hommes typiques.

De même, ils ont constaté que ceux qui travaillent en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques (STIM) avaient, en moyenne, des notes plus élevées pour les traits autistiques et la systématisation que ceux des professions non STIM, qui semblent plus empathiques.

Mauvaises interprétations

Dans le rapport, les auteurs rappellent que les différences constatées s’appliquent aux groupes et non aux individus. Ils soulignent également que les données ne disent rien sur une personne en particulier selon le sexe, le diagnostic d’autisme ou la profession. “Cela constituerait des stéréotypes et de la discrimination “, rappellent les chercheurs, auxquels ils s’opposent ” fortement. De plus, l’équipe réitère que ses résultats ne font référence qu’à l’empathie et à la systématisation, donc extrapoler des théories au-delà de ces deux dimensions serait ” une mauvaise interprétation “.

Ces résultats n’impliquent pas non plus que les personnes autistes manquent d’empathie. L’empathie, expliquent les scientifiques, comporte deux parties principales : cognitive (être capable de reconnaître ce qu’une autre personne pense ou ressent) et affective (avoir une réponse émotionnelle appropriée à ce qu’une autre personne pense ou ressent). Et ce n’est que le premier aspect de l’empathie, aussi connu sous le nom de “théorie de l’esprit”, avec lequel, en moyenne, les autistes luttent. Cela signifie qu’ils ne sont pas indifférents ou cruels, mais qu’ils ont simplement du mal à comprendre les intentions des autres. En ce sens, il se peut qu’ils ne comprennent pas les indications de l’expression faciale ou de l’intonation vocale d’une personne et qu’ils n’imaginent pas ses pensées. Mais lorsqu’on leur dit que la personne souffre, ils se sentent motivés à aider. L’exemple typique de ce profil pourrait être le personnage de Sheldon Cooper de la série télévisée “The Big Bang Theory”, un génie qui a du mal à comprendre les blagues ou le sarcasme.

De même, les auteurs préviennent que leurs conclusions n’impliquent pas que les personnes autistes sont des hypermen. Ils ont des scores très élevés dans la systématisation, mais ne suivent pas d’autres différences typiques de sexe, comme l’agressivité.

Selon les chercheurs, leurs travaux démontrent que les facteurs liés au fait d’être un homme ou une femme forment le développement du cerveau. Cela ne signifie pas que tous les hommes présentent un profil et que toutes les femmes en présentent un autre, car les individus peuvent être typiques ou atypiques pour leur sexe. De même, il existe de grandes variations au sein de l’autisme, ce qui ne signifie pas que toutes les personnes autistes éprouvent des difficultés avec l’empathie cognitive.

Apprentissage et hormones

Les facteurs à l’origine de ces différences psychologiques et sexuelles peuvent aller de l’expérience sociale et de l’apprentissage à la biologie prénatale. Par exemple, les hormones sexuelles prénatales, comme la testostérone, ont été liées à l’empathie et à la systématisation, et des facteurs génétiques ont également été liés à l’empathie. De plus, le fait que les personnes autistes présentent un profil masculin extrême aux tests d’empathie et de systématisation peut aider à expliquer pourquoi un plus grand nombre d’hommes sont diagnostiqués autistes, environ deux ou trois hommes pour chaque femme.

Le Baron-Cohen croit que cette étude souligne également certaines des qualités que les personnes autistes apportent à la neurodiversité. “Ils sont, en moyenne, de bons systématiseurs, ce qui signifie qu’ils ont d’excellentes compétences en reconnaissance de formes, une excellente attention aux détails et une aptitude à comprendre comment les choses fonctionnent. Nous devons soutenir leurs talents pour qu’ils réalisent leur potentiel et que la société en profite également “, dit-il.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *