Le cerveau est-il prêt pour le centenaire ?

Publié par Jerome le novembre 15, 2018 | Maj le novembre 15, 2018

Aujourd’hui, atteindre la centaine d’année devient de plus en plus faisable. Ce qui n’est pas si clair, c’est que notre cerveau peut atteindre 100 ans avec lucidité. Au moins sans interventions spécifiques pour nous garder actifs intellectuellement au fil des ans. Quelque chose à ne pas oublier à l’occasion de la Journée des personnes âgées, qui est célébrée le 1er octobre de chaque année.

Notre cerveau source de défaillance après 100 ans ?

“La composition de la population mondiale a radicalement changé au cours des dernières décennies”, se souvient l’Organisation des Nations Unies à l’occasion d’une journée comme aujourd’hui, le 1er octobre, consacrée aux “personnes âgées. Et l’organisation internationale lance des chiffres qui ne laissent aucun doute sur son affirmation. La population mondiale vieillit, et très rapidement, parce qu’elle vit plus longtemps.

Aujourd’hui, près de 700 millions de personnes ont plus de 60 ans ; d’ici 2050, il y en aura 2 milliards, soit plus de 20% de la population mondiale. Cela signifie que dans 30 ans, une personne sur cinq aura plus de 60 ans. Les progrès de la médecine et l’amélioration des conditions de vie ont permis une augmentation spectaculaire de l’espérance de vie, qui a augmenté de 40 ans en un siècle. Les enfants qui naissent aujourd’hui dépasseront facilement l’âge de 83 ans et atteindront probablement près de 100 ans. En Espagne, depuis 2002, le nombre de centenaires a plus que triplé.

Mais la question est de savoir si notre cerveau est prêt à vivre aussi longtemps. Et tout semble indiquer que, dans bien des cas, lorsque l’on croise ces chiffres de l’espérance de vie avec la prévalence de la maladie d’Alzheimer, principale cause de la démence, ce n’est pas le cas.

En Espagne, la maladie d’Alzheimer touche au moins 5% de la population âgée de plus de 60 ans. Mais ensuite, ce chiffre augmente de façon exponentielle. Une personne sur cinq âgée de plus de 80 ans l’a. Et quand il fait plus de 90 ans, un sur trois.

L’indication des Nations Unies de ” prêter une plus grande attention aux besoins et aux défis particuliers des personnes âgées ” doit être prise au pied de la lettre, en particulier lorsqu’il s’agit de la santé du cerveau. Parce que le principal défi aujourd’hui n’est plus de vivre plus longtemps, mais de maintenir la lucidité au fil des années.

En l’absence de médicaments efficaces, il vaut mieux opter pour la prévention. Un mode de vie sain, une alimentation équilibrée et le maintien de l’activité cérébrale, de sorte que les connexions cérébrales entre les neurones ne s’atrophient pas.

Un article de l’Université de Grenade publié dans la revue Clínica y Salud*, une publication du Colegio Oficial de Psicólogos de Madrid, souligne l’importance de l’exercice du cerveau pour retarder l’apparition de la déficience cognitive. Et ce n’est pas quelque chose de nouveau. L’article date de 2006 et conclut que ” les personnes âgées de 60 à 98 ans dans le groupe de traitement améliorent leurs performances cognitives dans les évaluations post-formation tandis que celles du groupe témoin souffrent d’un déclin “. Bien qu’il n’y ait pas de différences de départ significatives entre le groupe formé en stimulation et contrôle de la mémoire, sans cette formation, des différences importantes sont observées après la phase de formation. La conclusion est claire : “les résultats montrent les effets positifs de ce type d’intervention dans le travail avec les personnes âgées”.

Au total, 98 personnes âgées ont participé à l’étude (59 en tant que groupe de traitement et 39 en tant que groupe témoin) sélectionnées dans des maisons de retraite (71,4%) et dans les services de soins psychologiques de l’Université de Grenade (28,6%). L’âge des participants se situait entre 60 et 98 ans (âge moyen 76,85 ans). 65,4 % de l’échantillon étaient des femmes et 34,6 % étaient des hommes. En ce qui concerne le niveau d’instruction, 35,6 % étaient analphabètes fonctionnels (ils savaient lire et écrire), tandis que 64,4 % avaient reçu une certaine forme de formation scolaire (surtout 38,6 % au primaire ou 20,5 % au secondaire). Il est à noter que 19 personnes dans le groupe témoin et 22 dans le groupe de traitement présentaient une déficience cognitive.

En ce jour des aînés, il devrait être clair que nous devons prendre soin de la santé du cerveau, d’abord pour la qualité de vie de ceux qui ont leur anniversaire, et ensuite pour la santé du système de santé, si nous tenons compte du fait que la maladie d’Alzheimer consomme une grande partie des dépenses de santé. Autre chiffre important en matière de prévention, en Espagne, deux millions de personnes âgées vivent seules, ce qui augmente le risque de troubles cognitifs.

Pour nos politiciens, le message pourrait être que la santé ne dépense pas, c’est un investissement, c’est une économie à long terme. Et un autre message clair : si vous devez prendre soin de la santé de votre cerveau et que la formation cognitive est efficace, vous avez besoin de plus de psychologues dans le système de santé pour vous aider à garder votre mémoire en forme. Parce que, comme l’a rappelé le psychiatre Luis Rojas Marcos il y a quelques jours, “nous sommes notre mémoire”, qui est l’épine dorsale de notre vie.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *