“La caresse des oiseaux noirs d’Hitler” : c’est ainsi que Cibeles fut sauvé de la guerre civile.

Publié par Simon Taquet le décembre 27, 2018 | Maj le décembre 27, 2018

Vendredi 15 janvier 1937 : “Les bombes allemandes ne respectent même pas les monuments artistiques. La Cibeles a subi la caresse des oiseaux noirs d’Hitler”, rapporte le quotidien “Ahora” en référence aux dommages subis par la déesse sur son bras droit, son nez et celui d’un des lions. Le journal socialiste inclus dans la plus célèbre des sources madrilènes, la même que celle tenue par la Mairie et dans laquelle le Real Madrid célèbre ses triomphes, parmi les “victimes” de la guerre civile. Six mois plus tôt, aux petites heures du matin, les 27 et 28 août 1936, le ciel de la capitale avait été peuplé pour la première fois de son histoire de bombes à vomissements à trois moteurs.

La caresse des oiseaux noirs d’Hitler

La première attaque était menée par un Junker-52 piloté par l’officier nazi Rudolf Von Moreau, qui allait devenir tristement célèbre par la suite en participant à l’attaque de Guernica. A ses côtés, en tant que copilote, le capitaine espagnol Joaquín García Morato. Les premiers obus tombèrent d’une altitude de 500 mètres au-dessus de la gare du Nord (aujourd’hui Prince Pio) et du Ministère de la Guerre (situé dans le Palais de Buenavista, sur la même place de Cibeles). Les lumières ne s’éteignirent pas et les sirènes ne hurlèrent que dix minutes après la fin de l’attaque, de sorte qu’elle prit les habitants par surprise. Total des victimes : un mort et plusieurs blessés.

Un mois après, en octobre, il y eut un changement de stratégie et les Junkers allemands ont bombardé Madrid au matin. C’est pourquoi les avions allemands ont d’abord été baptisés “les ânes de lait”, parce qu’ils apparaissaient toujours à l’aube, comme des laitiers. Au début, la “zone neutre” était respectée par mandat exprès de Franco (le quartier de Salamanque), mais à mesure qu’il approchait de la capitale, les attaques sont devenues de plus en plus intenses et fréquentes. Les Junkers volaient en escadrilles de trois appareils, ce qui leur valut un deuxième surnom de la population : “Les Trois Veuves”. Et comme ils larguaient souvent des bombes incendiaires sur des bâtiments historiques, le gouvernement républicain a ordonné que certains monuments symboliques de la ville soient protégés. La plus importante est La Cibeles.

La célèbre fontaine avait été achevée en 1782 avec le projet de Ventura Rodríguez. La sculpture de la déesse et de la calèche, en marbre de Montesclaros (Tolède), est l’œuvre de Francisco Gutiérrez, tandis que les lions, de Roberto Michel. Jamais auparavant elle n’avait été en danger, ni lorsqu’elle se trouvait sur la rue Recoletos, entourée d’arbres, ni lorsqu’elle a été déplacée au centre de la place Cibeles, qui à l’époque s’appelait encore place Castelar en l’honneur du Président de la Première République.

En prévision des dégâts qu’elle pourrait subir, cinq jours après le déclenchement de la guerre civile, le Conseil de saisie et protection du trésor artistique a été créé. Sa mission était de protéger le patrimoine en l’inventant et en le déposant dans des lieux sûrs chaque fois que cela était possible. Ainsi, par exemple, il a été décidé de déplacer les chefs-d’œuvre du musée du Prado après l’impact de l’une des bombes sur la façade du bâtiment. En 22 expéditions, 391 peintures, 181 dessins et le fameux trésor du Dauphin ont voyagé. “Le Musée du Prado est plus important pour l’Espagne que la Monarchie et la République ensemble”, a déclaré le Président Manuel Azaña à Juan Negrín.

“La linda tapada”

Mais comme le patrimoine ne pouvait être transféré, un important travail pédagogique a également été développé parmi les miliciens qui, au début de la guerre, ont occupé plusieurs palais et bâtiments publics, ainsi que des églises qui furent détruites en surface. C’est alors que certains monuments ont commencé à être recouverts. Le Cibeles, avec un soin particulier, comme le symbole le plus représentatif des Madrileños c’était.

Les travaux avec la fontaine ont commencé au début du mois de juin 1937. Tout d’abord, une structure pyramidale en briques a été érigée autour de la déesse. Cette première œuvre le dépeint pour ABC Virgilio Muro (1891-1967) dans une photographie célèbre et insolite. “Au-dessus de la statue de Cibeles se trouve un grand mur qui la couvrira complètement. Il la laissera camouflée et à l’abri des abus fascistes qui cherchent à détruire Madrid et toutes ses œuvres d’art”, annonçait “La Voz del Combatiente” le 8 juin 1937. Au début, on doutait que le mur puisse résister à l’impact de l’une des bombes larguées par un Junker nazi. Il fut donc rempli de sacs de terre et de sable pour former une sorte de montagne artificielle au milieu de la place.

Le changement dans son apparence a conduit les habitants de la capitale à l’appeler “La linda tapada”, un surnom doux amer en temps de guerre, que ce journal a repris dans un vaste article publié le 4 août dernier an. Le titre : “Sans l’autorisation du maire, les madrilènes ont changé le nom de certaines rues et places”. “Les canons fascistes lancent leurs concombres sur la population civile”, a-t-il dit. Ils choisissent avec une cruauté inouïe les endroits où il y a le plus de monde pour faire de la viande avec des enfants, des personnes âgées, des femmes. Selon votre théorie, c’est une guerre totalitaire. Au crépuscule, pendant les fatigantes journées d’été, la rue Alcalá peut être une “bonne cible militaire”. La déesse Cibeles, la plus madrileña des déesses, courait un terrible danger. Elle devait être protégée des obusiers et était enfermée dans l’espace concave d’une grotte de briques et de sacs. Les barbares ne respectent ni l’art ni la tradition. En voyant la déesse enfermée dans sa tranchée, la messe populaire, dans une délicate démonstration d’affection, l’appelle ainsi : Tu n’as pas vu La Cibeles ? C’est la jolie !”.

“Madrid, à la guerre”

Il y avait d’autres surnoms en référence aux obus qui tombaient sur la ville. Gran Vía est devenue “l’Avenue des Quinze et demi” à cause du calibre des bombes. La place de Neptune commença à être connue sous le nom de “Plaza del emboscado”. De la Plaza de Castelar à Atocha, il n’y avait pas de dieu ou de muse à découvert, de sorte que ce tronçon de la Castellana est devenu “Le coucher du soleil des dieux”. “Comme nous sommes dans la zone de guerre, il n’y a pas d’issue. Nous revenons par l’Arenal, chemin de la rue d’Alcalá. Nous sommes arrivés à pied à la place Cibeles. Une clôture polygonale en brique recouvre le carrosse de la déesse et les lions robustes qui le traînent. Seul le buste de la divinité païenne se détache en haut, en colère et aérien, comme s’il lançait ses anathèmes divins contre les auteurs infâmes de la tragédie. Il se détache haut, mais couvert de sacs de terre”, a dit un rédacteur en chef de “La Libertad” dans un article intitulé “Madrid, en guerra. La ville inconnue”. Et trois jours plus tard, le même journal incluait dans ses pages un poème : “Romances de la liberté. La Cibeles, enterrée”.

Le même jour, le correspondant du “Mundo gráfica” a recueilli le dialogue de deux femmes madrilènes qui avaient fui à Alicante face au danger des bombes :

?Dites-vous que ceci est un paradis, et que, un enfer dont elles doivent partir.

?Le 1er avril 1939, les Espagnols écoutent la dernière partie officielle diffusée depuis le siège de Franco et diffusée à la radio avec la voix de l’animateur et acteur Fernando Fernández de Córdoba. L’image de la couverture d’ABC ce même jour était justement celle de Cibeles, où l’on pouvait voir un groupe de madrilènes la déterrer. En fait, les travaux avaient commencé quelques jours auparavant, alors que la victoire des rebelles était déjà prévisible. La déesse est sortie intacte d’une guerre de près de 1 000 jours qui a laissé des cicatrices durables sur la société espagnole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *