Pourquoi la Caravane des migrants, qui veut atteindre les États-Unis, divise le Mexique

Publié par Jerome le octobre 24, 2018 | Maj le octobre 24, 2018

Une caravane de quelque 7 000 migrants centraméricains est entrée sur le territoire mexicain à destination des États-Unis. La différence dans les discours des présidents sortant et entrant explique le climat de division généralisée.

Que va devenir la caravane ?

Des querelles ont éclaté à propos de l’entrée de la caravane des migrants d’Amérique centrale qui sont arrivés au Mexique par la frontière de Ciudad Hidalgo, au Mexique, avec Tecún Uman, au Guatemala, situé à 40 kilomètres au sud de la ville de Tapachula. Selon Casa Migrante, la caravane est composée de 7 233 personnes, dont 2 377 enfants.

Dimanche 21 octobre, lors d’une visite dans l’état du Chiapas, à la frontière avec le Guatemala, le président élu Andrés Manuel López Obrador a envoyé un message aux migrants pour ” leur dire qu’ils ont des options, j’ai offert des visas aux pauvres centraméricains qui quittent leur pays parce qu’ils n’ont pas le choix (…), car il y a du travail pour des Mexicains et des Centraméricains dans notre pays.

Le vendredi 19 octobre dernier, une avant-garde migrante a lancé une barrière à la frontière de Tecún Ouman. Cet après-midi-là, le président Enrique Peña Nieto a publié une position officielle selon laquelle ” un important contingent a tenté d’entrer de manière irrégulière (…) en attaquant, voire en blessant plusieurs éléments de la police fédérale qui, dans le strict respect des protocoles des droits humains, ne sont pas armés.

Dans une vidéo diffusée par les canaux officiels, le président sortant a ajouté que ” les membres de la caravane pourront demander leur entrée par les canaux établis par nos lois (…) Comme tout pays souverain, le Mexique n’autorise ni ne permet l’entrée sur son territoire de manière irrégulière.

“C’est plus une manifestation politique qu’une crise humanitaire.”

Mario Fernández Márquez, professeur à l’Institut national des sciences criminelles, estime que “s’il est vrai que personne n’est illégal, la migration fait partie de la politique souveraine du pays et chaque pays exerce des contrôles pour permettre ou refuser l’entrée aux personnes. La migration doit être légale, ordonnée et contrôlée.

“Il s’agit davantage d’une manifestation politique que d’une crise humanitaire (…) parce qu’elle survient à une époque politique claire. S’ils veulent vraiment l’asile, ils vont dans n’importe quel pays et demandent l’asile. De l’avis de l’avocat, “permettre aux migrants d’entrer dans le pays entraîne également des dépenses, telles que la couverture de certaines conditions sociales que l’État mexicain n’a pas été en mesure d’offrir à ses propres citoyens.

Pour sa part, Roberto Cámara Stougaard, marin mexicain ancré à Puerto Chiapas, près de Tapachula, dit que ” beaucoup de migrants sont des gens qui sont instruits ou qui fuient la violence du Honduras, les maras (bandes), et qui veulent mieux pour leurs enfants. Les Chiapas les guérissent, mais il y a un problème à long terme s’ils restent.

“Le contact direct me permet de réaliser plus facilement la gravité de ce qui se passe (…) ce sont des gens qui cherchent simplement une vie meilleure et qui sont ici pour continuer leur route vers les États-Unis où ils pensent qu’ils vont faire mieux “, ajoute-t-il.

Roberto a un blog où “ce que j’ai fait, c’est de mettre un lien pour que les gens intéressés à faire un don puissent le faire facilement. Il y a une personne qui a fait un don pour payer le billet d’avion de deux femmes, une mère et sa fille de 6 ans, afin qu’elles puissent voler directement de Tapachula à Tijuana (à la frontière américaine).

“La caravane des migrants nous montre un Mexique polarisé.”

Pour Fatima Khayar, doctorante en sociologie à l’Université de Californie à San Diego, il y a un ” va-et-vient entre xénophobie et xénophilie dans l’histoire du Mexique qui dépend de trois facteurs : le moment du Mexique dans le contexte mondial ; le capital financier, humain et même génétique de la population migrante ; et les conditions politiques intérieures qui déterminent les réponses de l’État et de la société à l’accueil donné aux migrants.

Et il ajoute que “l’arrivée de la caravane des Centraméricains à la frontière sud nous montre un Mexique polarisé où le récit officiel chancelle, laissant place à une ambiguïté ontologique si profonde qu’il en résulte des expressions radicales de répudiation ou de solidarité.

Le 23 octobre, les migrants qui composent la caravane ont décidé de prendre un jour de repos à Huixtla et de pleurer un jeune homme mort lundi dernier lors d’une chute de camion. “Nous nous reposons pour continuer”, a déclaré Reyna Elisabeth Cumala, une Salvadorienne de 49 ans qui prétend fuir la pauvreté dans son pays, à EFE.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *