La caravane des Centraméricains aux États-Unis provoque une guerre à la Maison-Blanche

Publié par Jerome le octobre 22, 2018 | Maj le octobre 22, 2018

Comme si les deux dernières années ne s’étaient pas écoulées, Donald Trump fait à nouveau campagne contre l’immigration illégale. Le président américain arrive aux élections partielles dans deux semaines avec une caravane de 4 000 Centraméricains tentant de demander l’asile à la frontière et sans avoir tenu sa promesse de construire un mur avec le Mexique pour mettre fin aux passages illégaux. Sur les questions d’immigration, la Maison-Blanche est paralysée par une division – devenue guerre – entre faucons et pigeons, incapables de parvenir à un consensus sur la manière de tenir la promesse principale du président.

Donald Trump ferra tous sont possibles sur le plan médiatique

Conscient que ses propositions contre l’immigration illégale ont été l’une des principales raisons de sa victoire en 2016, Trump revient sur le même sujet dans les rassemblements auxquels il participe quotidiennement avec les candidats républicains. “Ceux qui veulent arriver à la frontière avant les élections ont reçu beaucoup d’argent parce qu’ils pensent que cela va nous faire du mal “, a déclaré le président jeudi lors d’un rassemblement au Montana. Auparavant, il avait menacé le Honduras de réduire l’aide humanitaire à ce pays si la caravane, qui est déjà au Mexique, ne revenait pas.

La vérité, c’est que les arrivées irrégulières aux États-Unis ont atteint des chiffres records avec Trump, avec l’arrestation de 41 400 personnes qui ont franchi la frontière en septembre seulement, soit 4 000 de plus qu’en août. Ni l’initiative déjouée de séparer les enfants de leurs parents ni le déploiement de 1 600 soldats de la Garde nationale dans le sud du pays n’ont contribué à réduire ce nombre. Le gouvernement estime qu’au moins 11 millions d’immigrants illégaux résident aux États-Unis, bien que plusieurs études récentes portent ce chiffre à 20 millions.

Traversée d’insultes

La paralysie migratoire a provoqué la colère de Trump, qui accuse ses conseillers les plus modérés d’inaction sur cette question. Sa colère est dirigée principalement contre sa secrétaire à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, qui, jeudi, a suggéré au président de demander au HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, de s’occuper de la caravane des migrants se préparant à traverser le Mexique. John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale et ancien critique du rôle de l’ONU, a ridiculisé la proposition et a exhorté le président à forcer l’armée mexicaine à démanteler le groupe d’émigrants.

Pour défendre le secrétaire Nielsen, le chef d’état-major de Trump, John Kelly, est venu défendre l’intervention de l’ONU et s’est opposé à Bolton. Après plusieurs insultes, Kelly a quitté la Maison-Blanche et n’est revenue que le lendemain. Au cours de la discussion, M. Trump s’est rangé du côté de Bolton et, quelques minutes plus tard, il a menacé sur Twitter de fermer la frontière entre les États-Unis et le Mexique, ce à quoi s’est opposé la majorité de son gouvernement, en raison des répercussions économiques qu’une telle mesure aurait sur le transport des marchandises et le tourisme.

Vendredi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est rendu au Mexique pour demander au gouvernement mexicain d’empêcher la caravane d’atteindre la frontière américaine, où ses membres ont le pouvoir de demander asile, puisqu’ils fuient une zone de conflit. “Nous en arrivons au point où cette situation va se transformer en crise “, a déclaré M. Pompeo lors d’une conférence de presse. Le gouvernement mexicain a envoyé la police anti-émeute à la frontière entre le Mexique et le Guatemala, qui a utilisé des gaz lacrymogènes vendredi, mais n’a pas pu arrêter l’avancée du convoi, qui est arrivé hier à Ciudad Hildalgo.

Déjà en mai, une caravane de 1 200 membres est arrivée d’Amérique centrale aux États-Unis, où 400 ont demandé l’asile et ont été admis conformément aux lois sur l’immigration. Trump a fait tous les efforts possibles pour dissuader ceux qui se préparent à entrer aux États-Unis, que ce soit illégalement ou en tant que réfugiés. Sa décision la plus controversée a été de séparer les enfants de leurs parents pendant 20 jours. Au total, les États-Unis en sont venus à assumer la garde temporaire de 2 300 enfants avant d’annuler cette décision en juin.

Aujourd’hui, les faucons de la Maison-Blanche se voient imposer un nouveau règlement qui entrera bientôt en vigueur : les parents sans papiers auront la possibilité de rester en détention avec leurs enfants ou de les remettre à la garde du gouvernement. Entre-temps, le gouvernement a établi un camp au Texas où il a transféré 3 800 mineurs sur les 13 000 qui résident sans papiers dans le pays.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *