Cannabis récréatif : une élue du Loiret appelle Gérald Darmanin à sortir du débat idéologique

Actualité Cannabis récréatif : une élue du Loiret appelle Gérald Darmanin à sortir du...

Le pragmatisme et la discussion plutôt que la répression, au sein du débat sur la légalisation du cannabis, deux camps s’affrontent corps et âme. Derrière ce débat clivant, se cache une proposition de loi de François-Michel Lambert qui vise à légaliser le cannabis à usage récréatif.

Une proposition de loi qui date de 2019

C’est une loi qui date de bien avant la crise sanitaire que l’on vit actuellement. Évidemment, la crise économique n’a fait que renforcer les idées des soutiens de cette légalisation : au total, une vingtaine de députés de tous bords et des médecins.

Alors, si vous souhaitez parler de votre consommation de cannabis à vos parents ou autre, montrez leur d’abord qu’une loi est en cours pour légaliser, peut-être, le cannabis.

Un argument économique

Selon le député écologiste M. Lambert, légaliser le cannabis permettrait de relancer l’économie. Pour lui, et selon ses estimations, cela pourrait rapporter à l’état entre 2 et 2,8 milliards d’euros. Pour rappel, la vente de cannabis est la première économie souterraine en France.

Le gouvernement a d’ailleurs intégré au plan de relance présenté le 3 septembre, un volet sur la culture de cannabis thérapeutique. De plus, il rajoute que cela pourrait créer entre 30 000 et 80 000 emplois dans la filière de l’agriculture.

Un problème de santé publique

Aujourd’hui, la France est le premier consommateur de cannabis en Europe : 1 Français sur 18 en âge de consommer, fume quotidiennement. De plus, l’élu rajoute que les produits se sont dégradés en matière de qualité et cette consommation est devenu une priorité de santé publique. Légaliser le cannabis pourrait permettre une régulation et un bon contrôle des produits vendus.

Soulager les forces de l’ordre

La crise du COVID-19 a incité la police se recentrer sur l’essentiel : chaque année, 120 000 infractions sont déférées devant la justice. Tout ce grabuge représente un coût entre 550 et 750 millions d’euros. Des sommes qui pourraient être utilisés pour soutenir les territoires perdus aux mains des trafiquants.

Par ailleurs, la consommation et la possession de stupéfiants sont désormais répréhensibles en France depuis le 1er septembre : 200 euros pour une amende minorée et 450 euros pour non-paiement dans les délais.

Le cannabis thérapeutique en projet d’expérimentation

Malheureusement, des études étaient prévues pour débuter en novembre 2020 mais la mobilisation des autorités de santé a reporté cette échéance à janvier 2021, au plus tard.

Des expérimentations qui étaient censées donner des réponses sur les effets du cannabis à usage thérapeutique dans le traitement des douleurs inhérentes à plusieurs maladies comme Parkinson, la sclérose en plaque et l’endométriose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -