L’ancien Premier ministre britannique David Cameron a déclaré mercredi qu’il ne regrettait pas d’avoir convoqué le référendum du 23 juin 2016, après la crise dans laquelle le Royaume-Uni est plongé par le manque d’accord sur les termes du Brexit. Dans des déclarations à la BBC, Cameron a insisté sur le fait que son parti, le conservateur, avait promis aux électeurs d’organiser un plébiscite européen avant les élections générales de 2015.

David Cameron ne voudrait pas revenir en arrière

La promesse a été “incluse dans le programme électoral et a été légiférée pour au Parlement. Évidemment, je suis désolé d’avoir perdu le référendum. Je suis profondément désolé. J’ai mené la campagne pour rester dans l’Union européenne et je regrette évidemment les difficultés et les problèmes que nous avons eus à essayer de mettre en œuvre le résultat de ce référendum”, a ajouté Cameron.

L’ancien dirigeant conservateur a également souligné qu’il soutient le Premier ministre, Theresa May, avant tout “son objectif de conclure un accord d’association avec l’Europe.

“C’est ce dont vous avez besoin. C’est ce que le Parlement doit essayer de faire maintenant, a-t-il dit.

Motion de censure contre May

Le gouvernement conservateur de May fait face ce mercredi à une motion de censure présentée par les travaillistes après que les députés ont voté massivement hier soir à la Chambre des communes contre l’accord Brexit.

Lors d’un vote sans précédent dans l’histoire moderne du Royaume-Uni, le gouvernement “conservateur” a subi un revers écrasant lorsque 432 députés ont rejeté le pacte qui fixait les termes du “divorce” britannique de l’Union européenne (UE) contre 202 qui l’ont voté en faveur.

La motion de censure sera soumise au vote à 19h00 GMT après plusieurs heures de débats. Tout indique que l’exécutif, qui gouverne en minorité, vaincra la motion après que ses alliés aux Communes, les dix députés du Democratic Unionist Party (DUD) d’Irlande du Nord, ont indiqué qu’ils soutiendraient mai.

L’accord négocié par le “premier ministre” avec l’UE n’a pas convaincu les députés, qui ont vu d’un bon œil les garanties controversées visant à éviter une frontière fixe entre les deux irlandais.

Si May adopte la motion de censure ce soir, elle aura jusqu’à lundi prochain, le 21, pour présenter un autre plan Brexit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici