Le bureau du procureur général des États-Unis prépare une affaire pénale contre Julian Assange

Publié par Jerome le novembre 16, 2018 | Maj le novembre 16, 2018

Un document révélé par les médias américains indique que le bureau du procureur général des États-Unis prépare un acte d’accusation contre le fondateur de Wikileaks.
Le bureau du procureur serait sur le point d’inculper l’Australien Julian Assange, fondateur de Wikileaks. Le département d’État allait mener le processus en secret, mais le document a été divulgué par erreur avec d’autres dossiers d’une affaire qui n’a aucun rapport avec Assange.

Julian Assange : Les affaires repartent de plus belle !

Selon le Washington Post, l’assistante du procureur Kellen S. Dwyer, l’une des personnes responsables de l’affaire, a demandé que le document soit tenu secret “en raison de la sophistication” de la personne concernée et “de la publicité entourant l’affaire”.

Barry Pollack, le procureur américain d’Assange, a déclaré que ” l’idée que des accusations criminelles fédérales puissent être déposées pour la publication de renseignements véridiques créerait un précédent extrêmement dangereux.

M. Assange et ses collaborateurs avaient précédemment dénoncé que les autorités américaines avaient porté des accusations pénales contre eux, ce qui avait été démenti par des sources officielles proches de l’affaire.

L’affaire Assange fait l’objet d’une enquête des États-Unis dans le cadre du “Rusiagate”.

Auparavant, les États-Unis avaient étudié les accusations de complot, de vol de biens gouvernementaux et de violation de la loi sur l’espionnage en raison de la fuite de Wikileaks en 2010, qui comprenait des centaines de documents classifiés. A cette occasion, des courriers du Parti démocrate et de l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton ont été révélés.

L’affaire Assange fait actuellement l’objet d’une enquête de la part du pouvoir judiciaire américain dans le cadre de l’affaire connue sous le nom de ” Rusiagate ” parce que les autorités estiment que le portail Wikileaks aurait été utilisé par la Russie au milieu de sa prétendue ingérence dans les élections présidentielles de 2016, lors desquelles Donald Trump avait été élu. Assange est actuellement à l’ambassade de l’Équateur à Londres. Toutefois, il y est arrivé en juin 2012 après avoir demandé l’asile parce que la loi suédoise l’y obligeait pour des raisons d’agression sexuelle. Toutefois, la procédure a été clôturée en mai 2017. Malgré cela, le fondateur de Wikileaks continue à travailler au siège diplomatique par crainte des accusations que les États-Unis pourraient porter et qui pourraient mener à son arrestation et à son extradition du Royaume-Uni.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *