Le bruit humain modifie le chant des oiseaux.

Publié par Jerome le août 25, 2018 | Maj le août 25, 2018

Les oiseaux changent de trille pour s’adapter. Si un moineau chante à haute voix dans un champ pétrolier, mais que sa bien-aimée ne peut l’entendre à cause du bruit des bombes à pétrole, que peut faire un oiseau ?

Comment un humain peut modifier le bruit des oiseaux

En Alberta, au Canada, les chercheurs ont analysé des centaines d’heures de chants d’amour du moineau de savane et ont découvert quelque chose d’extraordinaire : pour se faire entendre au-dessus du bruit, les oiseaux changent leurs trilles d’une manière complexe que les scientifiques commencent à peine à comprendre.

“Ils adaptent leurs chansons en fonction de la partie de leur message qui est la plus touchée “, a déclaré Miyako Warrington, biologiste à l’Université du Manitoba, qui a dirigé une étude sur la façon dont les moineaux font face au bruit des infrastructures pétrolières et gazières qui parsèment le paysage canadien. “Cela semble indiquer un niveau complexe d’adaptation. Ce n’est pas seulement tout le monde qui parle plus fort “, explique-t-il.

Une étude de l’année dernière a révélé que l’exploitation minière en bordure de la forêt tropicale brésilienne perturbe les cris des singes marmouset locaux. On sait que les baleines et les dauphins sont particulièrement vulnérables aux gémissements des moteurs de bateaux ou aux forages en mer, ce qui peut perturber leurs modes de communication complexes. Et les humains ne sont pas à l’abri du bruit. Les épidémiologistes ont établi un lien entre le bruit de la circulation et les maladies cardiovasculaires et autres maladies.

Autrefois très répandues dans les prairies nord-américaines, les populations de moineau de savane sont en déclin, car leur habitat naturel a été réduit. Dans un environnement calme, le chant d’amour du moineau mâle est une chaîne de staccatoes ludique suivie d’un ronronnement rauque et d’un chant triomphant final.

Près d’une pompe à vis, le moineau n’adapte pas seulement la partie centrale de son chant, mais aussi la hauteur des premières notes. Warrington théorise que la première section est celle où la chanson est le plus étroitement épissée avec les sons de la pompe à vis et que l’abaissement de la hauteur améliore les chances que la première série de notes soit entendue.

Pour mieux comprendre un modèle de changement généralisé, l’équipe de recherche a suivi et enregistré 73 moineaux mâles de savane à 26 sites dans un rayon de 100 kilomètres de la ville de Brooks, au cœur de la région pétrolière du Canada.

L’équipe a constaté que les oiseaux modifiaient le plus leurs trilles près des pompes à vis alimentées par génératrice, le plus bruyant des quatre types d’infrastructure pétrolière étudiés. La différence la plus courante était la hauteur et les notes initiales et les parties bourdonnantes de leurs chansons. Le contenu des trilles n’a pas changé.

Warrington et d’autres étudient maintenant comment les changements de chants peuvent affecter les possibilités de reproduction des oiseaux. D’autres recherches menées avec des tuiles de montagne et des amandes de frêne au Nouveau-Mexique ont montré des signes de stress chronique chez les oiseaux exposés au bruit incessant des infrastructures pétrolières et gazières.

Dans un signe encourageant, une étude de suivi du comportement d’accouplement des moineaux femelles – appelés mouvements d’ailes réciproques et flirtants – a montré que les oiseaux mâles peuvent attirer les femelles avec leurs tons modifiés.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *