Brexit sans accord ? Tous les fronts ouverts que May a à Westminster.

Publié par Jerome le octobre 21, 2018 | Maj le octobre 21, 2018

Conclure une affaire Brexit n’est plus techniquement difficile. Cependant, on en est arrivé à une phase où tout est une question de confiance et la ” première ministre ” Theresa May a demandé à sa famille de voter pour le dernier vote. Il leur promet que la déclaration politique ambiguë qu’il souhaite conclure avec Bruxelles sur les relations futures conduira à un bon pacte, que l’Irlande du Nord n’aura pas un statut différent et que la période de transition sera prolongée de quelques mois seulement.

On ne sait plus quoi penser du Brexit Anglais

Le problème est que son plan Chequers est pratiquement mort, le Northern Irish Democratic Unionist Party (DUP) – dont il dépend pour gouverner – menace de lui retirer son soutien et la rébellion des ” brexites ” parce qu’ils craignent de rester un ” état vassal sine die “.

Jusqu’à tout récemment, la phrase entendue à Westminster était “à la fin, tout s’assemblera”. Cependant, après le dernier sommet européen et à un peu plus de cinq mois de la date du divorce (29 mars 2019), des doutes grandissent quant à la possibilité de ratifier un éventuel accord de sortie à la Chambre des communes.

May a de plus en plus de fronts ouverts. Les brexites ne sont pas particulièrement satisfaits de la possibilité de prolonger la période de transition au-delà de décembre 2020, notamment en raison des paiements supplémentaires qu’ils devraient effectuer dans les caisses communautaires. Plus tôt cette année, Downing Street a nié avoir activement et passivement remanié cette option. Cependant, la dirigeante conservatrice dit maintenant qu’elle envisage de prolonger la phase de mise en œuvre ” pour quelques mois seulement “.

Le noyau dur des Conservateurs eurosceptiques, dirigé par le groupe de recherche européen de Jacob Rees-Mogg, soupçonne que l’échec du dernier sommet à Bruxelles fait partie d’une chorégraphie détaillée. Il considère que tout est la stratégie de May pour utiliser l’horloge contre le Parlement britannique, à laquelle il voudrait mettre un “à prendre ou à laisser” à la dernière minute, conscient que la plupart de ses collègues députés sont contre une sortie sans accord.

Pour leur part, les DUP d’Irlande du Nord sont de plus en plus préoccupés par ce que l’on appelle le ” backstop “. Dès le départ, Bruxelles et Londres ont convenu de clôturer un “plan d’urgence” afin que, en cas d’échec des négociations sur l’avenir des relations commerciales, il n’y ait pas de frontière dure entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord.

Cependant, alors que la proposition de l’UE est d’aligner la province britannique sur le marché unique et l’union douanière, May veut maintenant laisser l’ensemble du Royaume-Uni dans l’union douanière. Il a dit au sien que ce serait pour un temps limité, mais dans une conversation privée avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, il aurait promis de ne pas fixer une date de départ précise.

L’allongement de la période de transition réduirait les chances d’avoir un jour à utiliser ce “plan d’urgence”. Quoi qu’il en soit, la prolongation de cette période de mise en œuvre n’éviterait pas d’inclure un filet de sécurité dans l’éventuel accord de sortie, sont-elles toujours là ? Même pour les députés européens, c’est déjà devenu un casse-langues.

May insiste sur le fait qu’il ne sera pas nécessaire d’utiliser un filet de sécurité, car son objectif est de clore les relations futures avec le bloc d’ici décembre 2020. Mais étant donné qu’il a fallu sept ans pour élaborer le pacte commercial UE-Canada, le premier ministre n’est pas particulièrement crédible.

Les nouveaux ennemis de May

Mais ce n’est pas tout. Les nouveaux ennemis de May cette semaine ont été imprévus : les ” Tories ” écossais eux-mêmes dirigés par la fidèle (et influente) Ruth Davidson, pour beaucoup, la véritable responsable de la victoire conservatrice dans les généraux de 2017.

Davidson menace maintenant de démissionner si l’Irlande du Nord se voit accorder un statut spécial parce qu’il n’a plus de munitions pour continuer à lutter contre l’indépendance en Écosse. Et, d’autre part, la prolongation de la période de transition sape sa promesse d’abandonner la politique commune de la pêche à l’approche des élections régionales de 2021, l’arme la plus puissante qu’il avait contre les nationalistes du SNP.

Au milieu de toutes ces tensions, les survivants réclament plus que jamais un deuxième référendum. Ce samedi, ils défileront à nouveau dans les rues de Londres en s’assurant que c’est la seule option pour éviter la catastrophe de quitter le bloc sans pacte.

Les chances d’avoir des primaires au sein du Parti conservateur avant la fin de l’année augmentent-elles ? Les’brexiteers’ se sont réunis mercredi dernier pour évaluer s’il est approprié de déposer une motion de censure contre May. Il faut 48 votes pour forcer un vote.

Beaucoup demandent maintenant à David Davis, l’ancien ministre de Brexit, de prendre l’initiative. Mais certains primaires seraient sanglants (politiquement parlant) et brutaux pour l’entraînement. Et rien ne garantit qu’avec un nouveau chef, le paysage changera. Nous n’avons pas le temps et l’UE ne va certainement pas proposer une extension de l’article 50.

Des pourparlers ministériels sont également prévus au cours de la fin de semaine qui précède la réunion du Cabinet de mardi prochain. Aucune démission n’est prévue à ce stade. Mais tout peut changer en quelques heures. Prévoir un scénario possible pour Brexit est déjà aussi complexe (ou plus) que de prédire la météo. Et bien que les Britanniques aient l’habitude de sortir avec des parapluies et de ne pas avoir à s’en servir, l’incertitude d’un divorce sans alliance est quelque chose qu’ils portent encore plus mal.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *