Le Brésil a voté, Bolsonaro et Haddad passent au second tour.

Publié par Jerome le octobre 9, 2018 | Maj le octobre 9, 2018

Avec un large avantage, Jair Bolsonaro, candidat d’extrême droite, a remporté 46,03% des voix des électeurs brésiliens. La présidence va maintenant être contestée contre Fernando Haddad, qui a obtenu le soutien de 29,28% des Brésiliens.

Lula et ses partisans font face à une défaite cuisante

 Le Brésil a voté et a décidé que Jair Bolsonaro et Fernando Haddad s’affronteront le 28 octobre lors du second tour des élections qui déterminera qui sera le prochain dirigeant du plus grand pays d’Amérique latine.

Avec 100% des tables comptées, le candidat d’extrême droite a remporté 46,03% des voix, un large avantage si l’on considère le résultat de son plus grand rival et représentant du Parti ouvrier qui a obtenu 29,28%.

Pour Mauricio Bueno, analyste et titulaire d’une maîtrise en sciences politiques à l’Université d’État de Campinas à São Paulo, les résultats des élections d’aujourd’hui peuvent être interprétés comme une punition des Brésiliens à gauche, qui a toujours été présentée comme une alternative à la corruption. “Quand Lula et Dilma sont arrivés au pouvoir, les Brésiliens ne s’attendaient pas à ce qu’ils soient impliqués dans ce type de scandale.

Bien que les résultats n’aient pas été ceux escomptés par Haddad, le candidat s’est montré optimiste et a assuré que le passage au second tour était une occasion en or de remporter les élections. Il a appelé à l’union des démocrates au second tour et a ajouté qu’il a déjà communiqué avec trois des candidats défaits au premier tour, parmi lesquels Ciro Gomes et Marina Silva. “Nous n’utiliserons qu’une seule arme : l’argument, a-t-il ajouté.

Par un message délivré dans un lieu plus privé, Jair Bolsonaro a déclaré sa victoire : “nous avons déjà décidé du nom du prochain président de la République”. Plus tard, il a attaqué le Parti des travailleurs à travers ses réseaux sociaux, les accusant d’être autoritaires et corrompus.

Le Parti ouvrier a subi un revers de la part des Brésiliens. Dans les deux plus grands bureaux de vote du pays, les partisans de Lula ont perdu des sièges. C’est le cas du Minas Gerais où la défaite la plus significative a été menée par l’ancienne présidente Dilma Rousseff, qui n’a pas obtenu suffisamment de voix pour occuper un siège au Sénat. Un autre exemple est l’actuel gouverneur de cet État, Fernando Pimentel, qui a échoué dans sa tentative de réélection, libérant l’un des territoires les plus importants gouvernés par le parti de Lula.

A Sao Paulo, Eduardo Suplicy n’était pas au Sénat lorsqu’il a pris la troisième place, laissant les sièges à Sergio Olímpio Gomes, du Parti social libéral (PSL) dirigé par Bolsonaro, et Mara Gabrilli, Parti social-démocrate brésilien (PSDB).

Mais la victoire n’était pas seulement pour Jair Bolsonaro ; ses fils ont également reçu le soutien de ses disciples. Eduardo Bolsonaro est devenu le député fédéral le plus voté de l’histoire du Brésil lorsqu’il a été réélu avec 1 814 443 voix à la Chambre basse. Son frère Flavio, qui était député à l’Assemblée législative de Rio de Janeiro, va maintenant occuper un siège à la Chambre haute de cet État.

Bolsonaro, un phénomène favorisé par l’ère numérique

Les déclarations de Bolsonaro, que beaucoup considéraient racistes, misogynes et homophobes, n’ont pas empêché sa victoire.

L’analyste Mauricio Bueno dit que les réseaux sociaux sont devenus le principal moyen de répandre la peur, et par conséquent, de ce type de discours. Il a ajouté que “les élections ne sont plus ce qu’elles étaient dans les années 1970, définies par ce qui a été dit à la télévision ou à la radio, maintenant les gens ont beaucoup confiance en Internet (…) c’est ce qui s’est passé aux États-Unis, et c’est peut-être ce qui s’est passé au Brésil.

Nicolás Liendo, vice-doyen de l’École de politique et de relations internationales de l’Université Sergio Arboleda de Colombie, estime que “la colère et l’indignation conquièrent et mobilisent bien plus que la peur. Il dit que les gens ont plus confiance en ce genre de candidats qui rompent avec les moules du système politique traditionnel et qui comparent cette affaire à la victoire du président américain Donald Trump.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *