Bourse, logement, assurances, plans de pension…. Où investir en 2019 ?

Publié par Simon Taquet le janvier 8, 2019 | Maj le janvier 8, 2019

Après une 2018 compliquée pour nos finances personnelles, la prochaine 2019 peut apporter de nombreux changements. Le portail financier Investing.com a demandé à différents experts, d’informer les lecteurs de MyPocket , sur les facteurs à prendre en compte pour 2019 du point de vue de l’investissement.

Comment surmonter l’inflation

Comme le soulignent les gestionnaires, l’idéal est de tenter de surmonter l’inflation annuelle avec notre argent investi, qui varie généralement entre 2% et 3%. C’est pourquoi de nombreux experts se concentrent déjà sur l’année à venir. Les actions ont été traitées dans l’incertitude au cours des derniers mois et, à l’horizon 2019, les analystes de Robeco mettent en garde contre les divergences boursières et obligataires, qui peuvent varier de 4,50% à -1,25%.

Pour les cinq prochaines années, les actifs ayant les meilleurs rendements annuels seraient les bourses des pays émergents, les bourses des pays développés (Europe, Etats-Unis et Japon) et les matières premières, avec des rendements de 4,50%, 4% et 4% respectivement dans ces pays.

Bourse

Si nous parlons de secteurs, Morgan Stanley ne semble pas apprécier la technologie, la santé et la consommation. C’est normal, si on s’en tient à son comportement dans le sac. En fait, au dernier trimestre de 2018, les grandes technologies ont perdu environ 800.000 millions d’euros.

Toutefois, Felipe Lopez, analyste Self Bank, indique que bien que les technologies ont subi des baisses récentes, il ne fait aucun doute que le secteur technologique tend à croître, soit avec le FAANG (Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google) ou avec les autres entreprises qui sont en augmentation la part de marché Salesforce.com, Paypal ou Uber, qui pourrait entrer bientôt public.

Fonds

Depuis plusieurs années, de nombreux analystes mettent en garde contre la nécessité d’ouvrir un fonds de placement ou un régime de retraite afin que, à long terme, nous puissions profiter de rendements de 4 à 10 %. Dans ce contexte, BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a un pari ferme : les analystes estiment que 2019 sera une très bonne année boursière. Après une année 2018 très compliquée, nous attendons des rendements positifs pour l’année prochaine, tant en actions qu’en obligations, précise l’équipe commerciale du gérant en Espagne et au Portugal.

D’autre part, Tressis mise sur les fonds du secteur technologique : “La révolution que nous connaissons dans ce domaine est énorme et plus qu’une simple réflexion pour l’année prochaine, dans une perspective à long terme, nous considérons qu’il est même nécessaire d’investir dans ce secteur, même si les évaluations peuvent sembler dans certains cas très difficiles”.

Pension plans

Pour essayer de compenser une correction éventuelle des actions, BlackRock a un impact sur les régimes les plus conservateurs. Il s’agit de concentrer l’essentiel du portefeuille sur les titres à revenu fixe à long terme, qui peuvent réagir avec solidité en cas de correction brutale des marchés, soulignent-ils. D’autre part, le département d’analyse de Fitch fait le point sur les plans de pension.

Les experts affirment que le potentiel de croissance à l’intérieur de nos frontières est beaucoup plus élevé que celui des autres pays voisins dans les plans de pension privés. “Les réformes des retraites adoptées en 2011 et 2013 ont établi un relèvement progressif de l’âge de la retraite à 67 ans en 2027 et, dans le même temps, une baisse du taux de remplacement est prévue. Toutefois, la demande pourrait rester limitée s’il n’y a pas d’augmentation des incitatifs fiscaux ou autres pour les embaucher, prédisent-ils.

Assurance

L’industrie des assurances est aussi un bon endroit pour investir. Depuis Fitch, ils louent la robustesse de l’industrie et indiquent que ses “fondamentaux de crédit sont solides”. Enfin, la persistance de la reprise économique continuera de favoriser l’augmentation des primes pour l’assurance non-vie, y compris l’automobile, l’habitation et la santé.

Logement

Cela a été l’un des thèmes phares en 2018. Les prix des logements continuent de se réchauffer et des villes comme Madrid et Barcelone connaissent des hausses de loyer de plus de 20% par rapport à l’année dernière dans plusieurs quartiers des capitales. En fait, le Fonds monétaire international (FMI) appelle l’Espagne à suivre de près l’évolution des prix de l’immobilier.

En ce sens, Idealista.com souligne que “nous allons continuer à voir des augmentations nationales à un chiffre. A Madrid, les prix continueront probablement à augmenter, tandis qu’à Barcelone, les hausses pourraient commencer à baisser”. Par rapport à ce qui précède, elle ouvre la possibilité d’investir dans le logement. Du portail immobilier soulignent que “le retour brut sur l’investissement dans le logement pour le mettre sur le marché locatif a diminué dans les grands marchés, bien qu’il existe encore de bonnes opportunités d’investissement dans ces lieux.

Cependant, les spécialistes affirment que “de toute façon, les rendements obtenus sont beaucoup plus élevés que ceux offerts par les dépôts bancaires ou les revenus fixes, ce qui continue de rendre cet investissement attractif pour les investisseurs”.

Hypothèques

Avec l’achat de la maison, l’Euribor devient l’une des priorités lors du choix de l’hypothèque. Mais comment devrions-nous agir ? Les changements les plus directs se produiraient avec un mouvement du prix de l’argent.

S’il y avait une hausse des taux d’intérêt, il serait plus coûteux pour nous d’emprunter de l’argent aux banques. Les intérêts à payer augmenteraient. L’Euribor, le taux de référence, deviendrait également plus cher, ce qui serait préjudiciable aux hypothèques à taux variable, augmentant les versements.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *