Bonanza économique : Les promesses de Trump sont tenues

Publié par Jerome le novembre 4, 2018 | Maj le novembre 4, 2018

Ce n’est pas un hasard si Donald Trump a donné l’un de ses derniers rassemblements lors de cette campagne électorale dans un état où son parti va sûrement balayer comme il l’a fait en 2016. Le président s’est rendu en Virginie-Occidentale vendredi soir, quelques heures après la publication des nouvelles données sur le chômage : 3,7%, chômage structurel, minimum dans un demi-siècle.

Trump crée des emplois et fait tourner l’économie

Nous avons créé un demi-million d’emplois dans le secteur industriel. Rien que le mois dernier, 32 000 personnes “, a déclaré le président dans l’une des régions les plus durement touchées par la réglementation environnementale de Barack Obama.

Dans les pires mois de la Grande Dépression, le taux de chômage en Virginie-Occidentale a approché les 9%, en raison de la fermeture de nombreuses mines de charbon dans un état qui vit de leur exploitation. Avec Trump, le taux de chômage dans cette région est tombé à 5 p. 100, son plus bas niveau en dix ans. Grâce à ses réformes réglementaires, Trump a permis à plusieurs mines de rouvrir et à d’autres de ne pas fermer. Ses tarifs douaniers ont augmenté la production et l’emploi dans le secteur industriel.

Bien que le président ait voulu que le thème central de cette campagne soit l’immigration, sa force réside dans l’économie. La réforme fiscale et les mesures visant à encourager l’esprit d’entreprise, avec une réduction des procédures bureaucratiques pour les entreprises, ont créé un climat favorable à l’économie. Les salaires ont augmenté de 3,1 % en octobre. Le taux de chômage des Hispaniques a chuté à 4,4 % et celui des Noirs à 6,2 %, son niveau le plus bas historique. Pourtant, les sondages prédisent que les démocrates regagneront la Chambre des représentants, ce qui devrait faire réfléchir le président sur la façon dont il explique ses réalisations. Tous ces facteurs démontrent que la promesse d’orienter la reprise économique a été tenue au cours des deux premières années de la présidence de M. Trump. La croissance du PIB au troisième trimestre a été de 3,5 %, après 4 % au deuxième trimestre, soit un taux supérieur à la moyenne de 2 % de la dernière décennie. Bien sûr, tout est discutable et les détracteurs du président croient que ces réalisations sont dues à des raisons qui n’ont rien à voir avec sa gestion, mais la vérité est qu’avec Trump in the White House est de retour à l’optimisme des entreprises américaines, le travail et le marché boursier.

Le plus gros problème économique aujourd’hui est le déficit public. Le Capitole a révélé qu’à la clôture de l’exercice 2018 était de 782 milliards de dollars (686 milliards d’euros), 116 milliards de plus que l’année précédente. Les décisions de Trump sur l’envoi de la Garde nationale coûteront 200 millions d’ici la fin de l’année. Le président a promis que la réforme fiscale contribuerait à réduire cette dette, ce à quoi il résiste toujours.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *