Bon début au cinéma pour le film Invisible Man

Invisible Man est un film Américano-Australien distribué par Universal Pictures. Il est adapté du célèbre roman « l’homme invisible » de H.G.Well et rencontre un joli succès auprès de la critique mais aussi du public.

Synopsis 

Adrian Griffin est un riche et brillant scientifique doublé d’un sociopathe qui prend plaisir à tyranniser sa petite amie, Cécilia Kass. N’en pouvant plus, cette dernière décide de s’enfuir en pleine nuit pour se réfugier chez sa sœur Alice. Quelque temps plus tard, Cécilia apprend qu’Adrian s’est suicidé suite à son départ et qui lui a légué une grosse partie de sa fortune.

Sceptique, elle pense à une mise en scène en vue de la torturer. Ses doutes sont accentués par la manifestation de signes inquiétants et étranges. Malheureusement, personne ne la croit et Cécilia passe pour paranoïaque, jusqu’au moment où elle découvre qu’Adrian a réussi à devenir invisible grâce à une expérience, et fera tout pour se venger d’elle.

Invisible Man, numéro un du box-office

Malgré la concurrence du film Sonic et du charismatique Jim Carrey, Invisible Man réussit à sortir son épingle du jeu et à se hisser au sommet du box-office nord-américain. En France, il a déjà dépassé les 350 000 entrées et ne va sûrement pas s’arrêter là au vu des critiques qu’il récolte. Sans être unanimes, les éloges que le film reçoit sont assez bonnes pour attirer le spectateur en salle, qui en ressort souvent ravi comme le montre sa note de 3,8 sur Allociné, ce qui est une moyenne plus qu’honorable pour un film fantastique. D’ailleurs, les recettes ne trompent pas. Si le film a coûté neuf millions de dollars, il en a déjà rapporté plus de 97 millions, dont 52 millions rien qu’aux États-Unis.

Une équipe de choc

La réussite de ce film tient en grande partie à ses protagonistes. Jason Blum, qui produit le film et qui a déjà à son compteur beaucoup de productions à succès (Insidious, Paranormal Activity) a choisi comme scénariste et réalisateur Leigh Whannel, qui a officié sur des films qui eux aussi ont rencontré un bon accueil du public et de la critique, notamment Saw, film de James Wan qu’on ne présente plus, mais aussi Insidious.

Les deux compères sont donc à nouveau réunis pour cette œuvre reprenant un des plus grands classiques de la littérature, et arrivent avec brio à nous livrer un Homme Invisible moderne et terrifiant.

Le retour des monstres ?

Au vu de l’audience et des critiques, James Blum s’est laissé pousser des ailes et annonce un prochain film, lui aussi basé sur un des monstres les plus connus de la littérature : Frankenstein de Mary Shelley. Après Marvel, la mode semble maintenant à la résurrection des monstres mythiques. Invisible Man semble prouver que la demande est présente, et si Frankenstein rencontre le même triomphe, il y a fort à parier que nous allons assister à l’émergence d’un nouvel univers.

D’ailleurs, Jason Blum a déjà demandé à quelques grandes figures du cinéma de genre à réfléchir sur ce thème. C’est ainsi qu’il a interpellé plusieurs cinéastes, dont le géantissime James Wan afin de commencer à discuter du sujet. Si Dracula, Mister Jeckill et Mister Hyde, ont déjà été adaptés de nombreuses fois sur le petit et le grand écran, ce sont des versions dépoussiérées, plus contemporaines – à l’instar de Invisible Man-, qui risquent de débarquer dans les prochaines années. Certes, on ne doute pas que l’aspect économique a beaucoup à voir dans ce choix. Néanmoins, s’il sait aussi bien s’entourer (et cela semble être le cas) que pour ce premier opus, nul doute que Jason Blum ainsi qu’Universal Pictures vont combler les fans du genre.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici