Bolsonaro espère gagner le premier tour des élections brésiliennes

Publié par Jerome le octobre 7, 2018 | Maj le octobre 7, 2018

L’extrémiste de droite Jair Bolsonaro, leader des élections présidentielles au Brésil, s’est dit confiant d’être élu ce dimanche sans second tour, tandis que Fernando Haddad et Ciro Gomes, ses principaux rivaux, ont déclaré espérer passer au second tour.

Bolsonaro nouveau président Brésilien ?

“C’est décidé aujourd’hui”, a déclaré l’extrême droite, candidat controversé pour avoir défendu la dictature militaire (1964-1985) et pour ses déclarations machistes, racistes et homophobes, après avoir voté à Rio de Janeiro et s’être fait demander s’il avait confiance pour garantir son élection au premier tour, pour lequel il doit obtenir plus de la moitié des voix valables. Lors de sa première apparition publique depuis qu’il a été poignardé lors d’un rassemblement le 6 septembre, alors qu’il a passé trois semaines à l’hôpital, Bolsonaro semblait en bonne santé et marchait sans difficulté mais était visiblement plus mince.

Les élections les plus imprévisibles depuis que le Brésil a retrouvé la démocratie en 1985 ont été caractérisées par une polarisation entre Bolsonaro et le socialiste Fernando Haddad, qui a remplacé l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva comme candidat du Parti du Travail (PT).

Selon les derniers sondages, Bolsonaro remportera le premier tour avec 40 % des votes valides, Haddad l’escortera avec 25 % et Labour Ciro Gomes sera troisième avec 15 %.

Mais comme aucun d’entre eux ne remportera plus de la moitié des votes valides, les deux premiers devront s’affronter lors d’un second tour le 28 octobre, au cours duquel l’extrême droite aura un léger avantage mais un tirage au sort technique avec le socialiste.

Haddad, pour sa part, s’est dit confiant qu’il sera dans le second tour et qu’il pourra battre le scrutin parce que Bolsonaro ne pourra plus fuir les débats et exposer ses projets.

“Nous sommes très confiants qu’il y aura un deuxième tour et c’est très bien pour le Brésil “, a déclaré le candidat du PT avant de voter dans une école où il a entendu des casseroles de la part de certains voisins.

Ciro Gomes a montré la même confiance et s’est dit très optimiste quant à la possibilité qu’un retour lui permette de rester entre les deux candidats les plus votés pour passer au second tour.

“Je suis très optimiste et j’espère que le Brésil sera éclairé par Dieu en ces temps difficiles et que le peuple sera l’instrument que Dieu utilisera pour que la nation brésilienne puisse se protéger contre la violence et le radicalisme”, a-t-il dit après avoir voté dans la ville de Fortaleza, dont il était maire.

Le travail est considéré comme une alternative à la fin de la polarisation et de la radicalisation actuelles.

Le social-démocrate Geraldo Alckmin, quatrième favori (8%), a préféré demander la prudence et a déclaré qu’il gardait vivant l’espoir d’atteindre le deuxième tour malgré son emplacement dans les sondages.

L’écologiste Marina Silva, cinquième dans les sondages (3%), a déclaré qu’aucun des candidats qui polarisent les élections ne constitue une bonne alternative pour la société.

“Le Brésil traverse actuellement une grave crise politique, économique et sociale et une profonde crise des valeurs. Les deux partis qui génèrent la polarisation aujourd’hui ne sont pas une alternative pour la société”, a-t-il déclaré après avoir voté dans la ville de Rio Branco, capitale d’Acre. Malgré cette polarisation, le président Michel Temer s’est dit confiant que les Brésiliens s’uniront après les élections.

“Dès le premier instant, je prêche l’harmonie. Quand le procès sera terminé, vous verrez les Brésiliens se réunir. Je n’en doute pas “, a déclaré le chef de l’Etat.

Temer a également exprimé sa confiance dans les urnes électroniques, dont la fiabilité a été mise en doute par Bolsonaro. “Ils ont toujours bien fonctionné. Il n’y a jamais eu de problème et il n’y a pas de problème avec les urnes électroniques, a-t-il dit.

Sa confiance a été confirmée par la juge Rosa Weber, présidente du Tribunal électoral supérieur (TSE), qui, lors d’une conférence de presse, a réaffirmé sa “confiance totale dans le système” en vigueur depuis deux décennies, qui n’a jamais fait l’objet de plaintes pour fraude.

Selon le TSE, au cours des deux premières heures de vote, seules 310 urnes électroniques, représentant 0,06% du total, ont dû être remplacées par diverses pannes.

Selon un bilan du ministère de la Sécurité, 108 personnes ont été détenues jusqu’à la demi-journée, dont six candidats, accusés de différents crimes électoraux, principalement de prosélytisme au scrutin (71), de propagande irrégulière (65), de transport irrégulier (19) et d’achat de votes (10).

Outre un nouveau président, les 147,3 millions de Brésiliens appelés aux urnes éliront les gouverneurs des 27 États du pays, les deux tiers du Sénat et 513 députés fédéraux, et renouvelleront les assemblées législatives régionales.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *