Bolsonaro décrochera à nouveau le Brésil du reste de l’Amérique du Sud

Publié par Simon Taquet le janvier 11, 2019 | Maj le avril 1, 2019

Le gouvernement de Jair Bolsonaro conduit une fois encore le Brésil dans son isolement régional historique, désenclavant une fois encore ce pays du reste de l’Amérique du Sud, sans plus intérêt que les Etats-Unis et avec une relation étroite. Sans clin d’œil particulier à son principal voisin, l’Argentine ; allergique au processus d’intégration du Mercosur et sans affinité idéologique totale avec aucun autre gouvernement sud-américain, Bolsonaro ne semble intéressé que par l’écoute de Washington.

On peut soutenir que Bolsonaro se soucie de l’Amérique du Sud quand il encourage la fin de la dictature au Venezuela, mais quand il parle de solution militaire, il ne cherche pas un consensus régional, mais une intervention menée par les Etats-Unis.

L’isolement dans la région a en fait été une constante historique brésilienne (séparée par l’Amazonie et la langue, le Brésil est un monde en soi), mais devenir un partenaire privilégié en Amérique du Sud de l’administration Trump fait directement référence aux années 1960 et 1970, lorsque la dictature militaire brésilienne a voulu agir comme délégué de Washington Henry Kissinger à ses ennemis de la guerre froide.

Insertion en Amérique du Sud

Dans les années 1990, avec la fin de la dictature militaire au Brésil et dans les pays voisins, les gouvernements brésiliens ont recherché une plus grande interaction régionale : en 1991, Brasilia et Buenos Aires ont mis fin à leurs querelles nucléaires, et la même année le Mercosur (Marché Commun Sud) entre en vigueur, intégrant l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay. La création de nouvelles organisations continentales dans lesquelles le Brésil est devenu le principal pays de référence, comme le CELAC (créé en 2010 en tant qu’entité parallèle à l’OEA, mais sans la présence des États-Unis ou du Canada) et l’Unasur (né en 2011 en tant que forum pour les nations du sous-continent) ont constitué des plateformes décisives de diplomatie brésilienne.

Cette recherche d’influence dans le quartier américain, alors que le Brésil se développait également à l’international avec le label BRICS, s’est construite avec l’accord de nombreux gouvernements de gauche d’Amérique latine, suite aux engagements du Forum dit de Sao Paulo.

Lula a renforcé cette ascension sur la camaraderie idéologique avec les gouvernements Bolivariens. Avec Lula et Dilma Rousseff au Brésil et les Kichners en Argentine, le Mercosur a cessé d’avoir des objectifs commerciaux et d’intégration, pour devenir un forum politique auquel le Venezuela et la Bolivie voulaient également adhérer.

Cette diplomatie était accompagnée d’un autre type de pénétration : les contrats en millions de dollars que la société brésilienne Odebrecht a obtenus dans plusieurs pays, basés sur des pots de vin, comme nous l’avons vu ci-dessous.

Mercosur, le catalyseur

Parce que l’insertion du Brésil dans son environnement continental reposait avant tout sur les alliances idéologiques de Lula-Rousseff, le vote anti-PT (Parti ouvrier) qui a donné à Bolsonaro le triomphe électoral a conduit à pousser le pendule de l’autre côté. Bien qu’il y ait logiquement place pour l’engagement et l’intégration du Brésil en Amérique du Sud, comme en témoignent les premières mesures prises par les gouvernements avant le PT, comme celles de Fernando Henrique Cardoso, le nationalisme de Bolsonaro et son protectionnisme économique favorisent plutôt un retour à un isolement qui remonte à la dictature militaire.

Le changement que Bolsonaro apporte se manifeste le plus manifestement au Mercosur. Si avec le départ du gouvernement kirchneriste en Argentine en 2015 et du PT au Brésil en 2016, il y avait l’espoir que le Mercosur mettrait enfin de côté les priorités idéologiques et évoluerait vers une plus grande intégration économique et institutionnelle des quatre pays du bassin du Rio de la Plata, la montée de Bolsonaro – et il reste à voir ce qui arrive à Macri aux élections d’octobre cette année – remet en cause l’existence même du Pacte. Le nouveau président brésilien veut assouplir les liens qui unissent ce marché commun (il veut pouvoir établir des accords bilatéraux de libre-échange hors Mercosur), avec la menace même de démissionner si leurs conditions ne sont pas acceptées.

Lorsque les plus optimistes ont commencé à spéculer sur une confluence du Mercosur et de l’Alliance du Pacifique (Mexique, Colombie, Pérou et Chili) pour donner naissance à l’intégration latino-américaine, il est clair que les prochains mois vont signifier une régression de nombreuses boîtes (ni le nouveau président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, est vraiment pour le poste).

U.S. Base

Cela étant, le seul point d’ancrage clair de Bolsonaro en politique étrangère est son alignement avec l’administration Trump, qui s’accompagne d’une défense des intérêts juifs conservateurs, comme dans le cas de l’annonce du transfert de l’ambassade du Brésil de Tel Aviv à Jérusalem.

Bolsonaro a suggéré la possibilité que les États-Unis aient une base militaire au Brésil, même si elle était très vague, laissant la question pour le futur. On peut en déduire qu’il s’agirait d’un accord différent de celui qu’en 2018 et aussi en 2002 (avant et après les présidences du PT) les deux pays ont commencé à négocier pour autoriser l’utilisation américaine de la base spatiale brésilienne d’Alcántara, dont la localisation permet des économies sur les lancements de fusées. Le gouvernement de Bolsonaro pourrait reprendre ces négociations.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *