Bernardo Bertolucci, le “dernier empereur” du cinéma, meurt.

Publié par Jerome le novembre 26, 2018 | Maj le novembre 26, 2018

Bernardo Bertolucci, le grand maître du cinéma italien, est mort à Rome à l’âge de 77 ans après une longue maladie. Réalisateur, poète, producteur, star de cinéma internationale, Bertolucci est l’auteur de nombreux films à succès, dont certains ont suscité de grandes controverses, notamment le “Dernier tango à Paris”. Le chef-d’œuvre fut également “Le Dernier Empereur”, qui remporta neuf Oscars dont celui du Meilleur Réalisateur, et “Novecento”, un film avec lequel il confronta l’histoire de l’Italie entre fascisme et communisme. En 2007, il a reçu le Lion d’or pour sa carrière à la Mostra de Venise. La même reconnaissance a été obtenue en 2011 avec la Palme d’Or d’Honneur au Festival de Cannes.

LA mort de Bernardo Bertolucci

Bertolucci, considéré comme le dernier grand maître du cinéma italien de la seconde moitié du XXe siècle, a toujours reconnu avoir été particulièrement influencé par Pier Paolo Pasolini, qu’il a assisté au début de sa carrière. Avec “Le Dernier Tango à Paris”, un cinéma de transgression, il a acquis une renommée internationale, mais il a aussi été le centre de controverse pour une scène sexuelle entre Marlon Brando et Maria Schneider, censurée à la sortie du film en 1972. Bertolucci a même été reconnu coupable d’atteinte au ” bon sens de la pudeur “, ayant perdu ses droits civils pendant cinq ans. Les temps ont changé et le moral du public a changé, de sorte qu’en 1987, le film n’a plus été kidnappé.

La renommée internationale du “Dernier Tango à Paris” permet à Bertolucci, en 1976, à l’époque où une certaine culture de gauche dominait, de réaliser “Novecento”, un film épique à l’air “hollywoodien”, aux grands noms du cinéma international, qui raconte avec audace et ambition cinquante ans de l’histoire italienne. D’autres films qui ont connu un succès remarquable sont “The Conformist”, “Tea in the Desert” et “Little Buddha”.

Premières années de cinéma

Bertolucci, fils du poète et critique littéraire Attilio Bertolucci, est né en 1941 près de Parme. A l’âge de 12 ans, il déménage avec sa famille à Rome. A l’âge de 15 ans, il tourne ses premiers courts métrages avec son frère Giuseppe avec un appareil photo 16 mm emprunté. A Rome, il s’inscrit à la Faculté des Lettres, qu’il quitte bientôt.

A l’âge de 21 ans, en 1962, il remporte le Prix Viareggio Opera Prima pour le livre de poésie “En quête de mystère”. Mais son premier grand amour fut le cinéma. Dans ces années-là, il vécut dans le quartier romain de Monteverde Vecchio, où vécut Pier Paolo Pasolini, qui l’initia au septième art et le choisit comme directeur adjoint dans sa première œuvre, Accattone (1961). L’année suivante, c’est Bertolucci qui réalise son premier film : “La commare secca”. Anticipant clairement 68, il réalise en 1964 “Prima della rivoluzione”, dont le protagoniste est un jeune bourgeois inscrit au Parti communiste. En 1967, il est appelé par le metteur en scène Sergio Leone à être l’un des auteurs de son chef-d’œuvre “Once Upon a Time in the West”, un western épique avec Claudia Cardinale, Henry Fonda et Charles Bronson. Son premier prix important, le David di Donatello, a été remporté par Bertolucci avec “Le Conformiste” (1970), un film basé sur l’œuvre du même nom d’Alberto Moravia, avec Jean-Louis Trintignant.

Grand succès

Le premier grand succès international de Bertolucci remonte à 1972 avec “El último tango en País”, devenu célèbre pour une scène dans laquelle Marlon Brando utilise du beurre pour sodomiser Maria Schneider. Après la mort de l’actrice, Bertolucci révèle : “L’idée est venue à Brando et à mon petit-déjeuner, alors qu’il tartinait le pain de beurre. Nous sommes immédiatement devenus un clin d’œil complice. Nous avons décidé de ne rien dire à Maria Schneider pour avoir une réaction plus réaliste. Elle a pleuré, crié et s’est sentie blessée. D’une certaine façon, elle s’est sentie blessée parce qu’elle ne lui avait pas dit qu’il allait y avoir une scène de sodomie. La mort de Maria est arrivée avant que je n’aie pu la serrer dans mes bras et m’excuser auprès d’elle. Le film, qui a reçu le prix David di Donatello et a été nominé pour un Oscar, a suscité une énorme controverse et en 1976 le pouvoir judiciaire a ordonné sa destruction, et seulement onze ans plus tard il a été réhabilité.

Au plus fort du rapprochement des chrétiens-démocrates avec le Parti communiste italien (PCI), appelé “compromis historique”, Bertolucci a voulu rendre hommage à l’histoire du PCI. C’est ainsi qu’est né “Novecento”, un autre chef-d’œuvre de Bertolucci, dans lequel il raconte les cinq premières décennies du XXe siècle en Italie, avec l’histoire d’une famille depuis la naissance du communisme en Emilie Romagne jusqu’à la Libération, avec Robert de Niro, Gérard Depardieu et Stefania Sandrelli dans les rôles principaux.

En 1987, Bertolucci, au plus fort de son succès de cinéaste, tourne en Chine “Le dernier empereur”, d’après le livre “I was China’s Emperor”. C’est l’histoire de Puyi, le dernier empereur de Chine, intronisé à l’âge de deux ans en 1908 et adoré comme une divinité. C’était le premier film à obtenir l’autorisation officielle de Pékin d’être tourné à l’intérieur de la Cité Interdite. Contraint par de graves problèmes de santé, Bertolucci a passé les dernières années de sa vie dans un fauteuil roulant.

“Mégalomane”, Dieu merci.

Avec l’énorme succès qu’il a obtenu avec “El último tango en París”, Bertolucci a reconnu dans une interview avec “Corriere della Sera” en 2005 qu’il est devenu “un peu mégalomane”. Dans la même interview, Bertolucci avoue qu’en 1969, il a obtenu sa carte du Parti communiste (qu’il a cessé de renouveler au milieu des années 1980) et qu’il a commencé sa longue période de psychanalyse qui l’a également marqué : “Pendant les dix premières années, ce fut un grand stimulus pour le travail, allant de l’analyse d’expérience à la communication. Par la suite, les années en Orient m’ont aidé, l’étude de la culture chinoise, le bouddhisme…”. Cinéaste amoureux de la beauté et des textes, Bertolucci a centré son cinéma sur le goût du mélodrame, à partir du quotidien pour découvrir une histoire.

Dans sa vie et dans les récits de Bertolucci, la dimension politique et la transgression privée, le Parti communiste et Freud, le public et le privé, se mêlent, tout comme dans Pier Paolo Pasolini. Bertolucci a toujours souligné l’influence du directeur de l'”Évangile selon Matthieu”, au point de proclamer qu’il devait tout à un des grands artistes et intellectuels italiens du XXe siècle. En plus de l’influence qui a marqué toute sa vie de cinéaste, Bertolucci reconnaît aussi avoir été inspiré par des réalisateurs tels que Godard, Kurosawa et les néoréalistes.

Dans une interview, on lui a demandé s’il croyait en Dieu, en répondant avec un sourire : “Je suis athée, Dieu merci, comme disait Buñuel”.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *