Battlefield V ou Black Ops 4 : Quel jeu vous préférez ? On vous aides

Publié par Jerome le décembre 29, 2018 | Maj le décembre 29, 2018

Call of Duty vs. Battlefield, une confrontation entre deux durs à cuire qui se voient une année de plus dans la lutte féroce pour le trône du genre.

Deux franchises de masse font face à l’un de leurs duels les plus imprévisibles en 2018 avec Battlefield V du côté d’EA et Call of Duty : Black Ops 4 avec Activision sur leurs épaules.

Battlefield V, un classique rénové

Le pari de DICE et EA nous ramène à la Seconde Guerre mondiale après le minimaliste Battlefield 1943 où c’est le premier titre numéroté à revenir à la guerre iconique depuis ce mythique Battlefield 1942.

Les fans du tireur vétéran trouveront ici tous les éléments qui définissent la franchise vétéran. C’est-à-dire, les chars, les avions, les cartes géantes et de nombreux drapeaux à capturer. Ce ” cinquième ” épisode introduit cependant des nouveautés importantes par rapport à son prédécesseur, le colossal Battlefield 1, qui a vu le jour en 2016. Les ” béhémothes ” controversés et la possibilité de marquer les ennemis, par exemple, ont été éliminés.

Une guerre différente

En termes d’ambiance, le II G.M. de Battlefield V ne ressemble pas à celui que nous avons l’habitude de voir. Les Suédois nous ont prévenus dès le premier instant : sous le prisme de Battlefield V, nous assisterions à une seconde guerre mondiale “comme nous ne l’avions jamais vue auparavant”.

Un coup risqué qui laisserait sur le banc les poids lourds de la guerre comme le débarquement de Normandie ou la bataille de Pearl Harbor, et qui permettrait de couvrir d’autres affrontements moins médiatisés comme Narvik ou Hamada, tous deux inclus dans le jeu.

Cette nouvelle approche a également provoqué que la bande-annonce initiale du jeu a été battue par une vague de négativité qui, peu à peu, semble se rétablir, mais blâme toujours.

Mais si le contexte dans lequel s’inscrit l’action a peut-être déçu certains fans de la guerre bien connue, il n’en est pas moins vrai qu’il n’a pas déçu en recréant ce théâtre de guerre nouveau et inconnu.

Spectacle de guerre n’importe où

Battlefield V prend le relais de Battlefield 1 et nous éblouit avec des scénarios, des vues et des effets visuels qui laissent tout tireur précédent sur le terrain.

Des parties intenses de 64 joueurs avec infanterie, chars, explosions, avions et fumée partout où il est impossible de se matérialiser sans une équipe puissante.

Le portable GE75 RAIDER, par exemple, répond avec brio à toutes les exigences que les ingénieurs DICE estiment que notre ordinateur doit satisfaire pour profiter de Battlefield V dans toute sa splendeur.

Le GE 75 est le premier ordinateur portable sur le marché à disposer d’une carte graphique NVIDIA GTX 1070 sur un écran ultra-mince de 17 pouces. Ce formidable graphisme, en effet, va au-delà des exigences minimales de Battlefield V – plus exigeantes que Black Ops 4-, une GTX 1060. GPU, au moins, nous sommes bien servis.

Et en parlant de Black Ops 4, qu’en est-il de Black Ops 4, est-il aussi exigeant que le BFV ? Allons le voir.

Black Ops 4, un peu de tout.

En parlant de Fortnite, Blackout sort par la porte. Le dernier épisode de Call of Duty laisse la campagne derrière lui pour se concentrer sur ce qu’il sait vraiment bien faire : le multijoueur. Les modes de jeu traditionnels comme Team Deathmatch et Search and Destroy retour. Les zombies sont également de retour dans le mode de survie déjà indispensable de la saga. Mais s’il y a une chose qui définit ce Black Ops 4, c’est bien Blackout, le mode bataille royale du titre.

La panne d’électricité est venue comme un cyclone pour ébranler le duopole des champs de bataille de Fortnite et de Playerunknown. Le jeu d’Activision a réussi à se tailler une niche entre les deux grands du genre avec une bataille royale frénétique et amusante qui semble vouloir se positionner en plein milieu des deux titres, tirant le meilleur de chacun.

Black Ops 4 a commencé avec une mission très difficile : racheter Call of Duty : WW2. Tu l’as fait ? C’est aux fans d’en juger, mais une chose est sûre, Blackout est un succès. A tel point que certains des banderoles les plus populaires de Fortnite ont déménagé à la bataille royale du CoD, même si ce n’est que temporairement. Rien de moins que Ninja et Shroud, tous deux participants au premier tournoi compétitif du jeu.

La longévité des deux diplômes dépendra de l’appui que leurs études respectives souhaitent y consacrer. Les 3 années de soutien de Black Ops 4 ont créé un bon précédent pour sa suite, mais le contenu décevant de Star Wars : Battlefront II nous oblige à douter des “marées de guerre” de Battlefield V, qui est la façon dont ils ont baptisé en DICE le service en direct de leur dernier travail.

Qui sait si c’est finalement Black Ops 4 qui énerve les fans avec un DLC médiocre et une série de mises à jour désastreuses ? Avec ce truc de’jeux en tant que service’, nous savons qu’il suffit d’attendre.

N’oublions pas non plus que Battlefield V aura aussi sa propre bataille royale l’année prochaine. La vérité, c’est que Black Ops 4 et Battlefield V ont tous deux leur public. Certains adorent la bataille royale de Black Ops 4, mais les deux camps s’entendent sur une chose : les deux jeux ont l’air scandaleux. Surtout sur PC, bien sûr.

Battlefield V ne nous surprend pas. Après tout, le moteur graphique Frostbite et ses différentes itérations nous laissent la bouche ouverte depuis 2011. Battlefield 3 était un avant et un après dans les tireurs techniques avec ses graphismes spectaculaires, ses cartes géantes et son système révolutionnaire de destruction à grande échelle. Depuis lors, l’apparence de Battlefield n’a fait que s’améliorer, avec Battlefield 1 comme dernière preuve de sa puissance visuelle.

Cependant, profiter de la vitrine graphique des deux titres avec tout le luxe des détails et le maximum de fluidité dans le gameplay ne vaudra rien.

Éviter les goulots d’étranglement

Battlefield V, avec 64 joueurs et des possibilités infinies de bac à sable (utiliser des véhicules sur terre et dans les airs, raviver les joueurs, détruire des bâtiments…) est un jeu extrêmement exigeant avec le CPU. Il en va de même pour le mode Blackout dans Call of Duty : Black Ops 4 : plus il y a de joueurs dans le même jeu, plus le CPU fonctionne.

Il ne sert à rien d’avoir un graphique en orteils si nous allons être un goulot d’étranglement d’un CPU médiocre. Heureusement, les GPU GE75 RAIDER sont soutenus par la dernière génération de processeurs Intel i7 à huit cœurs. Bien plus que les exigences minimales – et même recommandées – de Battlefield V et Black Ops 4.

Pas une goutte de FPS

Black Ops 4, et plus particulièrement Blackout, ont une composante concurrentielle plus forte que Battlefield V. Après tout, la franchise DICE ne s’est jamais trop intéressée à l’univers eSports.

Il n’y a pas de renaissance dans Blackout. Si tu meurs, tu meurs. Même le moindre faux pas est crucial lorsque la mort a les conséquences les plus graves, pour rester en dehors du jeu.

C’est pourquoi il est essentiel de jouer avec une fréquence d’images par seconde élevée et stable qui n’est possible qu’avec des moniteurs 144Hz comme le GE75 RAIDER, qui nous permet également de profiter de la grandeur visuelle des deux titres grâce à son panneau IPS qui ne perd en aucun angle et sa technologie MSI True Color, aussi proche que possible des couleurs 100%RGB.

Immersion absolue dans les jeux

Nous ne pouvons pas non plus minimiser l’importance de la section sonore des deux titres. Quelque chose d’aussi simple en apparence que d’entendre les pas de l’ennemi peut faire la différence entre tuer et mourir.

Peu d’équipes disposent d’un système de sonorisation suffisamment sophistiqué pour offrir la même fidélité et la même précision lorsqu’elles ne portent pas de casque.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *