Bataille sur les champs élyséens dans une nouvelle protestation contre les “gilets jaunes”.

Publié par Jerome le novembre 25, 2018 | Maj le novembre 25, 2018

Le deuxième jour d’action du mouvement “gilets jaunes” a mobilisé des centaines de milliers de Français de la condition la plus diverse dans toute la France. A Paris, les affrontements entre une frange radicale du mouvement et les forces de l’ordre se transforment en une bataille rangée sur les Champs Elysées, avec l’érection de barricades éphémères détruites rapidement par des canons à eau et des bombes lacrymogènes.

Les gilets jaunes peuvent t’il gagner le cœur des français sur le long terme ?

Alors que le reste de la France se déplace sur les routes et autoroutes, à Paris, des groupes radicaux sont à l’avant-garde du mouvement vers onze heures du matin, sur les Champs-Elysées à cinq cents mètres du Palais d’Elysées.

Quand des dizaines de milliers de “gilets jaunes” ont été lancés au cri de “A l’Elysée…” les chars de la police anti-émeute ont lancé leur propre offensive, avec des canons à eau et le larguage massif de bombes à gaz.

Le mouvement a commencé une retraite en direction de l’Arc de Triomphe, coupant le trafic, installant des barricades rudimentaires et éphémères, que la police anti-émeute a détruites dans des opérations successives, à un rythme de chargement.

Tous les environs des Champs Elysées furent coupés. La police anti-émeute a fermé toutes les entrées et sorties de l’avenue la plus emblématique de France. Après cinq heures de tension, aucune violence directe n’a été enregistrée contre les vitrines et les magasins.

Au plus fort de l’Arc de Triomphe, construit pour la plus grande gloire des campagnes militaires de Napoléon, la tension est revenue aux dimensions saisissantes tard le matin. Le long de l’avenue des Champs Elysées, les “gilets jaunes” “se réfugient” et jouent “à la souris et au chat” avec les forces de l’ordre, qui sont utilisées énergiquement pour dissoudre les rencontres.

Le combat de champ sur les Champs Elysées a eu un caractère spectaculaire, sans précédent, ces dernières décennies. Dans le reste de la France, en début d’après-midi du samedi, des centaines de milliers de “gilets jaunes” ont manifesté, coupant routes et autoroutes sans affrontements spectaculaires.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *