Qui est Bartolo Fuentes, le moteur de la caravane de 7 000 Centraméricains aux États-Unis ?

Publié par Jerome le octobre 24, 2018 | Maj le octobre 24, 2018

La caravane d’immigrants d’Amérique centrale qui se dirige vers les États-Unis a un chef et il s’appelle Bartolo Fuentes. L’ancien législateur hondurien a commencé la caravane de plus de 7 000 personnes, avec une promesse qu’il dit n’avoir jamais faite.

Qui dirige la caravane Centraméricains

Depuis septembre, Fuentes, journaliste et homme politique hondurien selon le journal “Clarín”, a commencé à coordonner, dans tout le Honduras, différents groupes qui cherchaient à se rendre dans le nord. “Personne ne s’attendait à cette avalanche humaine”, a déclaré Fuentes au Daily Beast dans une interview publiée mardi.

Une femme qui faisait partie de la caravane a parlé à un présentateur de télévision des efforts de Fuentes, qui était apparemment prête à payer les frais de nourriture et de transport des migrants, ce qu’elle a ensuite démenti dans une interview.

Malgré tout, des milliers de personnes ont pris le risque, car un “coyote” qui fait passer clandestinement des personnes à la frontière américaine demande plus de 7 000 $ pour faire traverser la frontière américaine.

“Après cette émission d’information, j’ai commencé à recevoir des centaines d’appels, puis elle a pris sa propre vie “, a dit M. Fuentes. “Au Honduras, le gouvernement veut minimiser les raisons pour lesquelles les gens partent et disent que c’est à cause de l’opposition et non à cause des conditions qu’ils ont créées, a-t-il dit.

La caravane des Centraméricains est déjà arrivée dans la ville de Huixtla, au sud du Mexique, à 1 200 milles de la frontière du Texas. “Les voyages en groupe sont moins chers et plus sûrs “, a déclaré Yareli Guillen, une migrante de 19 ans originaire de San Pedro Sula. “Tout est entre les mains de Dieu. Si ça ne marche pas, je retournerai là où j’en suis aujourd’hui “, dit-il.

Fuentes avait voyagé avec la plus grande caravane du Honduras, mais a été arrêté à leur arrivée au Guatemala et déporté, accusé d’être l’instigateur de la marche. “C’est une bataille, a dit M. Fuentes, entre le gouvernement et ceux qui veulent se battre, pour la vérité et pour un pays meilleur où les gens peuvent vivre.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *