Assange accuse l’Equateur de vouloir le livrer aux Etats-Unis.

Publié par Simon Taquet le novembre 2, 2018 | Maj le novembre 2, 2018

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, assure que l’Equateur tente de mettre fin à sa période d’asile à l’ambassade équatorienne à Londres et de la remettre aux autorités américaines.

Équateur et le fondateur de WikiLeaks , sont maintenant en pleine contestation après l’ouverture des audiences dans une action de protection demandée par les avocats de cette, qui a soulevé des ampoules dans le gouvernement de Lenín Moreno comme un signe d’ingratitude. Six ans après avoir été protégé sous l’égide de l’État équatorien, l’Australien considère inapproprié une série de dispositions par lesquelles ses hôtes veulent régulariser son séjour, étant donné qu’ils ne voient pas de solution à l’affaire à l’horizon et qu’il a rejeté l’alternative de se livrer à la justice britannique. Le protocole qui a engendré le litige, et qui a conduit les avocats d’Assange – dirigés par l’ancien magistrat espagnol Baltasar Garzón – à présenter à Quito une action en protection constitutionnelle, comprend une trentaine d’articles.

Pour l’instant, le fondateur de WikiLeaks refuse catégoriquement de recevoir le protocole -qui est entré en vigueur le 13 octobre- ainsi que le mot de passe d’accès à Internet que l’Equateur a coupé en mars. Assange a été coupé de l’accès à Internet parce qu’il a parlé, entre autres, des affaires politiques équatoriennes, des élections aux États-Unis et de la crise sécessionniste catalane.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *