Asia Bibi, relâchée sept jours après son acquittement

Publié par Jerome le novembre 8, 2018 | Maj le novembre 8, 2018

Quelques heures après que le gouvernement pakistanais eut déclaré qu’Asia Bibi – la catholique condamnée à mort pour “blasphème” – était toujours emprisonnée “pour sa sécurité”, son avocat a confirmé sa libération de la prison de Multan hier soir. La chrétienne est actuellement “protégée et sans nouvelles d’elle”, dans l’attente d’une confirmation de son éventuel départ du pays.

Que va faire Asia Bibi maintenant ?

La marche d’Asia Bibi et de sa famille est un impératif moral et politique pour le gouvernement d’Imran Khan, étant donné le climat de haine encouragé par les partis radicaux. Jusqu’à présent, le seul pays qui a proposé de l’accueillir est l’Italie.

L’affaire Asia Bibi a mis au jour des centaines de cas similaires de fausses accusations contre des chrétiens au Pakistan en vertu de la “loi sur le blasphème”. Il y a environ un millier d’accusés, selon l’Aide à l’Église en Détresse, et beaucoup, comme Asia Bibi, sont condamnés à mort par les tribunaux locaux, les procès étant ralentis par les appels devant les instances supérieures. Joseph Danwar a dû fuir et se réfugier à Valence il y a quatre ans, après qu’un tribunal pakistanais eut condamné sa sœur Shagufta Kausar, ainsi que son mari, à la peine capitale pour avoir prétendument envoyé des SMS contre l’Islam. Joseph vivait à Karachi, à mille kilomètres de la résidence de sa sœur. Quand la police l’a appelé pour lui dire qu’il allait faire l’objet d’une enquête, “je n’y ai pas pensé, j’ai éteint mon téléphone portable, quitté mon travail et acheté un billet pour l’Espagne”.

Le cas de Shagufta et de son mari Shafqat est particulièrement dramatique. Les deux chrétiens ont été accusés en 2014 d’avoir envoyé des SMS contre le Coran depuis leur téléphone portable. “Cela n’a pas aidé que ma sœur ait signalé son vol peu de temps auparavant, qu’elle n’ait pas été écoutée “, dit Joseph à ABC. Le fait que Shafqat soit handicapé et ait besoin d’un fauteuil roulant en raison d’un accident n’était pas non plus un obstacle. Ni que les deux sont pauvres et analphabètes, et que les supposés sms envoyés ont été écrits en anglais. Tous deux ont été condamnés à mort par un juge de première instance sous la pression de groupes islamistes. L’affaire est maintenant paralysée devant une cour supérieure par le recours de son avocat.

La libération d’Asia Bibi, ordonnée il y a huit jours par la Cour suprême du Pakistan, est une lueur d’espoir pour Shagufta et Shafqat ainsi que pour des centaines d’autres chrétiens accusés à tort par les islamistes. Mais le Calvaire de ce que beaucoup considèrent comme l’icône de la persécution religieuse n’est pas encore terminé.

Le ministre de l’Information de la province du Pendjab, Hassan Chauhan, où elle est détenue, a déclaré hier que la mère catholique de cinq enfants “est toujours en prison pour sa sécurité, protégée par la police. La même source a souligné que le gouvernement ” n’a pas interdit à Asia Bibi de quitter le pays “, et que ce sera une décision qui ” appartient à la Cour suprême “, à laquelle les islamistes radicaux ont fait appel afin que les chrétiens ne puissent quitter le Pakistan. Cependant, la plus haute cour a été explicite la semaine dernière en prononçant l’acquittement et en ordonnant la libération de la femme.

Au cours des trois jours qui ont suivi cette décision, les partis ultra-islamistes ont mobilisé leurs militants dans tout le Pakistan par des marches et des grèves pour exiger l’exécution d’Asia Bibi, et pour faire pression sur le gouvernement d’Imran Khan. Vendredi soir dernier, un accord entre Khan et le principal parti islamiste radical a été transcendé pour déclencher des manifestations en échange d’empêcher Asia Bibi de quitter le Pakistan.

La pression internationale a pu influencer les juges de la Cour suprême pour qu’ils rendent la justice, mais elle n’a pas encore mis fin à l’affaire. Le mari d’Asia, Bibi, a demandé de l’aide vidéo aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Italie, mais jusqu’à présent, seul le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a proposé d’aider sa famille ” s’il peut compter sur la collaboration d’autres pays européens “.

Le Pakistan, seule puissance musulmane dotée de la bombe atomique, compte 170 millions d’habitants, dont seulement 2,5 millions sont chrétiens, dont la moitié sont catholiques.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *